Contenu principal

Message d'alerte

Centre Hospitalier Specialise Vinatier A BronCe n'est certainement pas le premier et il ne sera pas le dernier, si les conditions des unités psychiatriques, dont les services d'urgence, notamment, travail dans des conditions totalement dépourvues de moyens, que dénonce trois syndicats CGT, FO et UNSA. Un patient de de l'unité de traitement des adolescents à l'hôpital psychiatrique du Vinatier, à Bron (Rhône), a violemment agressé un infirmier, hier 28 janvier. D'après une source syndicale, il aurait frappé à l'arme blanche le membre du corps médical.

Du personnel de l'hôpital psychiatrique du Vinatier, qui a la suite de cette agression, dont l'état de santé de l'infirmier état n'inspire pas d'inquiétude, s'est rassemblé ce jeudi matin pour dénoncer l'agression et le manque de moyens du centre hospitalier. Un avis soutenu semble-t-il par la direction, qui estime celle comme « ignobles ».

Un manque perpétuel de moyens

Une situation qui perdure depuis plusieurs, pour preuve l'unité Hubert Flavigny, où un drame similaire avait causé le décès d'un infirmier en 2002. Dotée d'une dizaine de lits, cette unité prend en charge les adolescents âgés de 12 à 18 ans, en état de décompensation psychopathologique aiguë. Selon la presse locale, l'agresseur aurait 17 ans.

Les qui réclame désormais une prise de conscience de la situation avec l'accroissement du nombre de lits et une amélioration de la sécurité en état de fonctionnement. « Nous sommes équipés d'un dispositif individuel de localisation qui permet d'alerter la sécurité en cas d'agression par une pression sur un simple bouton, mais nombre d'appareils sont défaillants depuis plusieurs mois déjà », explique Jean-Louis GUGLIELMETTO infirmier et représentant syndical pour la CGT.

Ouverture d'une enquête

La ministre des Affaires sociales, de la Santé, a tenu aujourd'hui dans un communiqué, témoigné son soutien à l'infirmer et tous ses vœux de rétablissement. Indiquant faire part de sa profonde reconnaissance à l'ensemble des professionnels de santé pour le travail remarquable qu'ils accomplissent chaque jour, dans des conditions parfois difficiles, au service de leurs patients. La ministre qui conclu avoir demandé à l'Agence régionale de santé (ARS) de Rhône-Alpes de réaliser, dans les plus brefs délais, une enquête pour établir les circonstances exactes de cette agression en complément de l'enquête judiciaire. Un milieu pyschiatrique totalement laissé a l'abandon et si l'enquête judicaire et normal, il n'est pas besoin d'engager un enquête administrative pour connaitre la cause de ce drame pour lequel 12 ans après la mort d'un infirmier ne c'est pas améliorer...

Stéphane LAGOUTIERE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir