Contenu principal

Message d'alerte

Centre Hopsitalier Pyschiatrique a ClermontIl est vraiement temps de procédé a étude approndi des moyens alloué aux secteurs pychiatriques dont le budget en 2014 en baisse depuis plusieurs années. Ce nouvel incident après l’agression de l’infirmer a Bron, concernant un homme qui n’avait pas réintégré le centre psychiatrique de Clermont (Oise) dans lequel il était interné, à tué n sexagénaire à son domicile avant de se rendre, de lui-même.

L’homme âgé de 45 ans, qui après s’être rendu a la gendarmerie. "Il a conduit les gendarmes sur place. Les premières constatations sont conformes aux indications qu'il a données", a déclaré de son côté Amélie CLADIERE, procureure de Senlis. Une agression dont les raisons ne sont pas encore déterminées, l’homme selon les premier élements ne connaissait pas la victime, un homme d'une soixantaine d'années qui habitait au 3 e étage d’un étage d’un immeuble située dans le quartier des Sables.

Toujours selon le procureur le tueur présumé a utilisé un couteau pris sur place. Le suspect n'a "pas vraiment donné d'explication". Un homme dont les antécédents judicaires remontait
Immeuble Agression a Clermonta plusieurs années, et qui fesait l’objet d’une surveillance pyschiatrique, ne quittant le centre que deux fois par semaine pour assister à un atelier thérapeutique à la campagne, à quelques kilomètres de Clermont.

Sans domicile ni famille connus, il avait des antécédents judiciaires "lointains" et des troubles "liés à une enfance douloureuse", rapporté de son côté le Directeur de l’établissement, ne précisant pas la nature de ces troubles psychiatriques. L’équipe médicale qui n'avait noté aucun problème de comportement. Décrit comme ayant peur de l'extérieur. "Il n'était pas considéré comme étant dangereux et avait de très bonnes relations avec les soignants", selon une journaliste de France3

L’homme qui été placé en garde a vue, après vérification de son état de santé physique et mental, ce dernier devrait selon toute vraisemblance être déféré dans les prochaines heures devant un juge. Reste a déterminé maintenant la question de son discernement au moment des faits afin de savoir si il peut être jugé ou non.

A noté que de son côté le Ministere de la Santé et la Ministre Marisol TOURAINE, c'est elle refusé a tous commentaires.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir