Contenu principal

Message d'alerte

À la suite notamment de mouvements suspects avaient été repérés sur les comptes de deux associations à but non lucratif qu'ils avaient créées et qui organisaient des séjours de vacances pour les personnes handicapées.

Un détournement de près 575 000 €

L'enquête, confiée à la police judiciaire de Grenoble, a mis au jour des détournements de fonds s'élevant à 575.000 euros depuis 2011, selon le parquet, confirmant une information du Dauphiné Libéré. Une enquête qui a notamment démontré que couple qui enseignait à mi-temps dans des lycées grenoblois, se rémunéraient aussi sous forme de salaires (69.000 euros chacun sur trois ans). Louant également un une-pièce de leur maison mise à disposition des associations pour un montant de 1000 €.

« Eux-mêmes vivent chichement: tout avait été épargné sur des comptes bancaires et des assurances-vie », a indiqué à le procureur adjoint Olivier NAGABBO.  Sans enfant, les deux suspects voyageaient peu n'avaient pas d'œuvres d'art ou d'objets de luxe "ostentatoire". L'homme préparant même l'agrégation de philosophie.

Deux individus qui ont nié les faits affirmant même ne pas comprendre ce qu'on leur reproche et ne pas pouvoir justifier leurs salaires et le retrait des espèces a la suite du vol d'un ordinateur « comprenant des pièces de comptabilité » justifiant les retraits, a indiqué M. NAGABBO. Affirmant enfin que l'argent épargné sont les sont « les économies de toute une vie », a ajouté le magistrat.

Le couple qui a été présenté à une juge d'instruction qui a procédé à leurs mises en examen jeudi 28 janvier pour abus de confiance, blanchiment de fraude fiscale et blanchiment d'abus de confiance, et placés sous contrôle judiciaire. La juge d'instruction a procédé à des saisies de fonds en vue d'une éventuelle confiscation par le tribunal.

La Rédaction/Avec l'AFP

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir