Contenu principal

Message d'alerte

Conseil des Prud'hommes de Bobigny Salle des pas perdus face aux portes des trois salles d audienceUne fois de plus nous rappel que les nombreux malades et décès des personnes atteinte par l'amiante se poursuit près de 20 ans après son interdition en 1997, comme le rappel de tant a autre la FNATH. Le groupe Alstom a été condamné ce 28 juillet par le conseil des Prud'hommes de Bobignyà dédommager 54 ex-salariés de son site de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) qui demandaient réparation, au titre du préjudice d'anxiété, pour avoir été "délibérément exposés" selon eux à l'amiante au cours de leur carrière.

Une condamnation dont se félicite, Me Michel LEDOUX, avocat des anciens salariés, mas d'ajouter que cette somme est « en-dessous de ce qu'accorde généralement la Cour d'appel de Paris" et "un probable appel » est à l'étude. De son côté l'entreprise c'est elle refusé a tous commentaires.

Les demandeurs, qui ont travaillé à l'usine Alstom-Areva transformateurs de Saint-Ouen (TSO) jusqu'à sa fermeture en 2006, réclamaient 15.000 € de dommages et intérêts à l'entreprise au titre du "préjudice d'anxiété", c'est-à-dire la crainte de développer des maladies graves à cause de leur ancien travail.

« Cette condamnation est une satisfaction et elle nous fait justice. Mais la somme versée est parmi les plus basses pour ce genre d'affaires, c'est la bouteille à moitié vide », a réagi Bernard BALESTRI, de l'Association des anciens salariés d'Alstom TSO, à l'origine de cette procédure.

Selon l'association, huit anciens salariés sont décédés ces dernières années d'un cancer lié à leur exposition à l'amiante, dont deux depuis l'audience, le 17 février. Une vingtaine d'autres ont contracté des maladies imputables à une contamination, comme des plaques pleurales ou des asbestoses.

Un site classé en 2011 sur la liste des sites amiantés

Mettant en avant la « complexité » du dossier, l'avocate d'Alstom, Me Magali THORNE, avait assuré à l'audience que l'entreprise avait « pris des mesures » dès les années 1990 « contre les problèmes d'amiante ». « Nous ne sommes pas restés les bras ballants », avait-elle dit, demandant au tribunal de prendre en compte le parcours et le profil de chacun des anciens salariés, au lieu de prendre une décision globale.

L'usine Alstom-Areva TSO, qui fabriquait des transformateurs électriques, a compté jusqu'à 1.200 salariés dans les années 1970, avant sa fermeture en 2006. L'endroit a été classé en 2011 sur la liste des sites amiantés.

L'amiante rappel....d'une crise sanitaire annoncée...

Qu'est-ce que c'est ? Il s'agit d'une fibre minérale naturelle dont une fine pincée contient des millions de fibres microscopiques capables de pénétrer profondément dans les poumons. Ces fibres s'accumulent et provoquent des inflammations.

Attention danger ! Derrière les propriétés de l'amiante se cachent de grands dangers qui menacent de nombreux corps de métier. Carrossiers industriels, plombiers, charpentiers, électriciens et soudeurs, sont les plus exposés.

Un mode de contamination insidieux. Les fibres d'amiante sont très légères. Elles peuvent se fixer sur les vêtements et être rapportés à la maison par le travailleur. En grande quantité, les membres de la famille peuvent respirer les fibres et développer aussi un cancer du poumon ou de la plèvre (mésothéliome).

On connaît le caractère cancérigène de l'amiante depuis les années 50. C'est seulement en 1997, que la France interdit son utilisation.

Amiante et cancer. Chaque année, on recense 22 000 à 25 000 nouveaux cas de mésothéliome (cancer de la plèvre) dont 10 % sont causés par l'amiante. L'exposition à ces fibres minérales multiplie par cinq le risque d'avoir un cancer. Si en plus, la personne fume, ce risque passe à 50. Douleur thoracique, essoufflement et toux sont alors les premières manifestations.

Amiante et asbestose. C'est également une des conséquences d'une exposition à l'amiante. L'asbestose est une maladie qui entraîne une gêne respiratoire plus ou moins grave.

Victimes de l'amiante : FIVA. Depuis 2002, l'Etat a créé un Fonds d'Indemnisation des Victimes de l'Amiante et de leurs familles. Ayant un délai de prescription de 4 ans, le FIVA n'indemnisera pas les personnes et les familles des victimes qui n'ont pas déposé de dossier.

Des délais d'instruction trop longs. Délai de prescription court, démarches trop longues, triste constat pour les victimes de l'amiante.

De l'asbestose au cancer, les maladies de l'amiante sont difficiles à traiter, car les bronches et la plèvre ne sont pas facilement accessibles.

Un diagnostic tardif. Les premiers signes surviennent généralement vingt à quarante ans après l'exposition, ce qui empêche un diagnostic précoce. Mais heureusement, l'issue n'est pas toujours inéluctable.

En attente d'un meilleur traitement. Les traitements du cancer de la plèvre ne sont pas encore très au point. Actuellement, les médecins peuvent traiter la douleur mais le recours à la chimiothérapie ou à la chirurgie n'est pas encore très efficace.

La Rédaction/Avec AFP

Commentaires   

0 #1 Plombier paris 4eme 11-09-2016 03:11
bravo pour votre site très bien écrit
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir