Contenu principal

Message d'alerte

Une étude dont la finalité a pour objectif de mieux comprendre les problématiques rencontrées par les personnes handicapées, leur situation dans les réseaux de distribution et, ainsi, définir une politique nationale d’intégration du handicap adaptée au contexte de notre secteur d’activité.

Un travail auquel ont participé l’AGEFIPH, et l’AGEFOS Pme par leur soutien financier et leurs conseils. Jacques COSNEFROY, qui souligne ces résultats devrait permettre de bénéficier d’une « vision claire de l’emploi (…) de l’intérêt, de l’attractivité et des opportunités que présentent pour elles nos métiers, aussi bien sous des statuts de salarié que d’indépendant, ainsi que des convergences et des similitudes des entreprises dans l’appréhension de la thématique du handicap ».

Un chômage en progression permanente…

Avec plus de deux millions de personnes bénéficient de la reconnaissance de travailleur handicapé (RQTH) et un chiffre du chômage qui ne cesse d’exploser pour atteindre plus de 22 % la solution devient plus que jamais urgente.Quelques chiffres de l-etude emploi vente directe

Un réel potentionel d’embauche…

Si le secteur de la vente directe ne peut être considéré comme une solution miracle, avec une progression et une croissance depuis 10 ans. Un secteur qui arrive comme le quatrième après le service a la personne, les collectivités ou le support a l’entreprise(1).

Ils seraient selon l’étude, 39 524 demandeurs d’emploi recherchent un emploi dans le commerce, la vente et la grande distribution. La vente directe et le commerce en général étant un secteur facile d’accès, ce dernier ne réclamant que d’expérience, de diplômes ou d’âge. Pour preuve, le groupe Casino dont le taux d’embauche dépasse les 10,5 %, un record !

La FDV qui facilité cet accès a l’emploi a mise en place des dispositifs de formation dédiés aux réseaux de vente tels que Vente Directe Académie, outil d’e-learning. Reste que si les critères d’embauche sont effectivement beaucoup plus facile pour les travailleurs handicap souvent peu qualifié, la réelle difficulté reste la capacité à faire monter les vendeurs en compétence et à les mobiliser pour entretenir une réelle dynamique.

Difficultés de santé et fragilité des ressources…

Amenagement a prevoir etude vente directe « Ce mode de travail permet d’éviter la solitude et l'isolement psychologique, physique et financier » le témoigne l’un d’eux, le choix étant souvent imposé par leur état de santé.

Reste que parmi les difficultés rencontrées par les distributeurs interrogés, la douleur (63%), les difficultés de port de charge (66%), la fatigabilité (51%), le stress (34%), la difficulté de concentration ou de mémorisation (27%) sont cités le plus fréquemment.

Ils sont, ainsi 40 % ayant répondu au questionnaire estiment, qu’ils auraient besoin d’autres aménagements. Reste que la question des revenus 21% des animateurs de l’échantillon constatent une incidence négative du handicap sur l’activité de la Vente Directe : fatigabilité importante, période non travaillée pour raison de santé, même 73% estiment ne pas en avoir.

Une question important néanmoins dans la prise du choix pour les travailleurs handicapés qui souhaiterait insérer cette profession. Si la vente directe peut constituer un véritable salaire pour les plus investis qui ont un réseau, elle reste souvent perçue comme un revenu d’appoint.

Le revenu étant variable et lié à l’activité, celui étant communément lié à un pourcentage sur les ventes réalisées par le vendeur. Des chiffres difficiles à obtenir, mais qui pourraient correspondre à l’équivalent d’un SMIC mensuel avec une fluctuation importante.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir