Contenu principal

Message d'alerte

Jean-Luc ROMERO Conference de presseA quatre jours de la 7e Journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité qui aura le 2 novembre, le président de l’ADMD, Jean-Luc ROMERO, a présenté, le tout dernier sondage réalisé par IFOP sur la relation des Français face à l’euthanasie. Un sondage dans lequel 96 % des personnes interrogées souhaitent que la future reforme encadre le suicide assisté et l'euthanasie. Les plus favorables étant proches du Front national, suivis du PS et du Modem.

Mais ce nouveau sondage reflète-t-il véritablement le sentiment des Français sur une question de société ? Pour Jean-Luc ROMERO, la réponse oui, ce dernier reflète un réel consensus ou « seuls les lobbys ultraconservateurs tentent encore de nier ! ». Ce dernier faisant référence notamment à la publication du rapport le 23 octobre dernier par le Comité consultatif national d’éthique ou encore aux associations telle la Fondation Jérome LEJEUNE qui dénoncé ce rapport comme un simulacre de démocratie.

Un sondage dans lequel l’ADMD, estime que celui-ci ne fait confirmer l’évolution, ils étaient 83 % en 2012 (IFOP) et son aujourd’hui a la question si, pour «certaines personnes souffrant de maladies insupportables et incurables» réclamant une euthanasie, «la loi française devrait-elle autoriser les médecins à mettre fin, sans souffrance, à la vie de ces personnes atteintes de maladies insupportables et incurables si elles le demandent ?», 96 % des personnes interrogées répondent «oui». Soit une progression +4 points par rapport à octobre 2013.

Une progression qui semble bien réel ou encore 90 % en juin dernier dans un sondage BVA a la suite de l'acquittement du docteur Nicolas BONNEMAISON. Un avis partagé y comprit au sein des catholiques ou l’IFOP avait mesuré leur opinion pour Pèlerin et 59 % des pratiquants se déclarés en faveur la mise en place de la légalisation de l'euthanasie.

Ainsi sur la question de l’« exil » de certains Français en Suisse pour bénéficier d’un suicide assisté, 94 % comprennent cette démarche et 92 % pensent que cela montre le caractère insatisfaisant de la loi Léonetti. Pas de consensus ?

Un choix qui divise !

La réalité est bien différente, face a une société pour la relation avec la mort a toujours été un sujet tabou, auquel s’ajoute par cette pratique celle d’un « permis de tuer » auquel beaucoup se refuse encore. Reste que la France devra comme la Belgique, la Hollande, ou d’autre pays de l’Europe du nord trouver une réponse ou comme l’indique le CISS, que « l’expression et le respect de la volonté de la personne malade ».

Pour preuve chez les électeurs de 2012 de François Hollande, ils sont 98 % à demander sa légalisation. 100 % chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, 99 % chez les électeurs de François Bayrou, 98 % chez les électeurs de Marine Le Pen, 95 % chez les électeurs de Nicolas Sarkozy. Pas de consensus ?

L’ADMD qui voit dans là aussi un manque d’écoute des concitoyens par les politiques. Ils seraient en effet 40 % à renoncer à leur vote en faveur d’un candidat proche de leur sensibilité, mais qui se déclarerait opposé à la légalisation de l’euthanasie. 47 % des sympathisants du Front de Gauche, 39 % des sympathisants du PS, 33 % des sympathisants de l’UMP et 44 % des sympathisants du FN.

Pour le droit a une liberté ultime…

Dans une campagne réalisée par l’agence TwinckleTwinckle et publiée dans Libération du 29 octobre, l’ADMD appelle François Hollande à entendre les Français et à mettre en œuvre sa proposition 21. Pour qu’enfin la France ait une loi comme elle Resultat sondage IFOPexiste en… Hollande depuis 2001.

C’est aussi ce qui sera demandé par l’association à l’occasion de la 7e Journée mondiale pour de droit de mourir dans la dignité, le dimanche 2 novembre, lors d’un rassemblement sur la place de la République, à Paris (16 h), en présence de nombreuses personnalités, et lors de manifestations ce même jour dans toute la France

Une décision toujours en attente !

Au final si le consensus commence faire son chemin, le chemin lui reste encore d'être long pour les pro-euthanasie. Annoncé à plusieurs reprises, un projet de loi sur la fin de vie pourrait être déposé au Parlement autour du mois de mars 2015, selon des sources politiques.

En janvier 2014, le président avait souhaité qu'un nouveau texte pour dépasser la loi Leonetti puisse être mis au point "sans polémique, sans divisions, simplement dans l'idée qu'un changement est possible pour rassembler toute la société".

Reste projet ou proposition de loi rien n'est encore réellement décidé, simplement une hypothèse...

Stéphane LAGOUTIÉRE

Renseignement Complémentaire : Le regard des Français sur la fin de vie Annexe Etude IFOP

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir