Contenu principal

Message d'alerte

Une enquête qui aura nécessité plus de six mois d'un travail selon la directrice générale de la Fondation, Marie Lucile CALMETTES. « Nous livrons la fleur de sel, explique-t-elle, pour prendre date, mais il y beaucoup de matière que nous comptons exploiter. ». Une société, précise cette dernière, « en mutation sur ce sujet et laisse entrevoir des signaux positifs. Notre propos c'est de rebondir sur ces intentions qui ont l'air sincère en proposant des solutions. ».

Pour répondre à l'enjeu majeur d'intégration dans l'emploi des personnes en situation de handicap, la première action de la fondation Malakoff Médéric Handicap a été de créer l'Observatoire de l'emploi des personnes handicapées en entreprise. Son ambition : renverser la tendance et faire que l'embauche de salariés en situation de handicap soit vécue comme une véritable chance qui tient a précisé que ce baromètre n'est pas une fin en-soi " mais permet d'orienter et de légitimer les choix de la Fondation », conclut-elle.

Une vision réductrice de la loi

Une réglementation qui vit le jour en 1987 obligeant les entreprises de 20 salariés et plus à une obligation légale d'employer au moins 6 % de travailleurs handicapés. Pourtant, "seulement 3,1 % des salariés des entreprises françaises sont en situation de handicap comme le précise une étude la DARES publiée en 2013, et « cela fait plusieurs années que ce taux n'évolue pas », ajoute les auteurs.

« La situation en Europe est disparate, les pays du nord privilégient plutôt l'autonomie et ceux du sud la solidarité. Il faut concilier les deux », a souligné Emmanuel CONSTANT, président de l'Association pour l'insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées (ADAPT) dans une interview aujourd'hui, dans notre journal (v.article).

« Nos locaux ne sont pas adaptés », « il y a des escaliers ». Pour 72% des chefs d'entreprise, le handicap, c'est le handicap moteur alors que ce dernier concerne 13% de la population handicapée et cette vision réductrice peut freiner l'emploi. « L'accessibilité est fondamentale, dans les têtes, comme dans l'espace public. Le mot-clé, c'est la coopération entre pays, la co-responsabilité et que les personnes concernées soient aussi aux manettes », avait estimé le Belge Luk ZELDERLOO, secrétaire général de l'Association européenne des prestataires de services pour les personnes en situation de handicap (EASPD) a l'occasion d'une réunion de responsables européens sur le thème de l'emploi des personnes handicapées organisé par l'ADAPT.

650 entreprises analysées dans leurs comportements

L'enquête réalisée par la fondation et issue de 653 entreprises clientes du groupe Malakoff, a été interrogée au cours d'entretiens. Des entreprises françaises montrent combien certains stéréotypes ont la vie dure.

Ils sont, ainsi 68 % des entreprises françaises estiment, que seules certaines fonctions peuvent être assumées par des personnes handicapées et 7 % considèrent qu'aucune fonction ne leur est accessible. Une image de la France qui montre les nombreuses contradictions et, pourtant, seulement 42 % déclarent savoir exactement ce contient la loi de 2005.

Petite note d'espoir, 33 % des entreprises de plus de 20 salariés assurent avoir l'intention de recruter au moins une personne handicapée dans les 12 mois. Et 95 % des employeurs qui en ont embauché jugent leur intégration globalement positive. Ils sont plus d'un tiers (33 %), reconnaissent aussi que cela a modifié positivement leur perception du handicap. D'ailleurs plus de 94 % des entreprises veulent recommander le recrutement de personnes handicapées.

Quand elles sont intégrées dans l'entreprise, les personnes handicapées représentent 9 % des cadres et 2 % des membres de direction. Un dernier chiffre bien dérisoire...

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir