Contenu principal

Message d'alerte

L’application de la loi du 11 février 2005 a changé sur le principe la donne dans les entreprises publiques ou privées et auprès des salariés. Apportant ainsi dans la loi une obligation nouvelle aux chantiers de l'accessibilité et de l'insertion. Pour quels résultats ? Véritable état des lieux sur l’expérience de la relation au handicap, ce Baromètre permet de mesurer l’évolution du regard des salariés et de faire un retour sur ce qui a été fait depuis trois ans dans les entreprises françaises.

Changement ou discrimination dissimulés ?
 
L’un des principaux indicateurs de cette enquête serait que 29 % déclare avoir changé de regard sur le handicap au cours des 3 dernières années. L'expérience, le vécu, personnel ou professionnel, demeurent les raisons principales à ce changement. Ainsi ceux qui travaillent avec une personne en situation de handicap déclarent, à 40 %, avoir modifié leur regard. « La force de l'expérience et du vécu, de la rencontre, est indiscutable. On peut lutter contre les stéréotypes, les clichés, avec des campagnes de communication qui restent un vrai point de départ d'une politique volontaire, mais la barrière que créée sa propre émotion face au handicap ne se franchit qu'avec le vécu, la rencontre et le partage », souligne Claude Boumendil, responsable de la Mission handicap de STMicroelectronics. ».
 
Des éléments qui paraisse peu convaincants malheureusement dans la réalité, les tribunaux du prud’homme ou encore avant sa disparition la Halde ou encore le statistique européenne sont là pour le confirmé. Bon nombre de syndicalistes le confirme, comme Jean V, employé dans une grande compagnie, nous confie que les apparences sont parfois trompeuses « il y a la politesse de façade et celle qui après n’hésite pas à être formulé par des critiques, pour un employé par exemple non voyant qui serait susceptible de gravir les échelons ». Autre constat, celui des raisons du changement de regard. 53 % des salariés répondent qu'il fait suite à leur vécu dans leur vie personnelle et 37 % dans leur vie professionnelle. Seuls 17 % ont changé de regard suite aux campagnes de communication nationales.
 
La connaissance du handicap reste floue pour la majorité des salariés
 
Les contours du handicap restent flous pour beaucoup de salariés français. Sur une liste de 8 pathologies proposées comme d’éventuels handicaps dans le monde professionnel (sclérose en plaque, bégaiement, problème cardiaque, lombalgie, dépression, diabète, claustrophobie et allergie), la sclérose en plaques est citée à 79 %, mais l’allergie à 24 % seulement et la dépression a 10 % pourtant au cœur de l’actualité. Pour Alain Séguy, directeur de la Mission Emploi Handicap de Logica. « Le handicap tel que l’envisage la loi de 2005 est beaucoup plus large que la perception qu’en ont les salariés. Du coup, dans l’hypothèse où ils seraient victimes de certaines pathologies ayant un impact sur leur vie professionnelle les salariés ne penseraient pas tous aux ressources offertes par leur entreprise. Un quart sont même prêts à faire avec ».
 
Sensibilisation, Information et Intégration…
 
Seul véritablement enseignement de ce nouveau baromètre celui de l’importance de la mission de sensibilisation de la part des entreprises envers leurs salariés, comme l’explique a son tour Matthieu Pénaud, responsable communication et sensibilisation pour la Mission handicap Société Générale. Ainsi, seul un salarié sur trois déclare qu’il y a eu au sein de son entreprise au moins une action en relation avec le handicap au cours des 18 derniers mois. Et les personnes ayant perçu une action dans leur entreprise citent beaucoup plus des actions de communication ou de sensibilisation (34 % citent une action de communication papier, 19 % une formation, 17 % une communication numérique) que des processus d’intégration d’une personne en situation de handicap (34 %).
 
Certes ont ne nier le travail accompli depuis la première édition de baromètre. 64 % des salariés se disent aujourd’hui préparés à accueillir un collaborateur handicapé, soit 4 points de plus qu’en 2008. Et 60 % (+2) affirment se sentir à l’aise lorsqu’ils rencontrent une personne en situation de handicap contre 11 % (- 6) qui ne se sentent pas à l'aise. Une situation qui cependant selon les syndicats ne semble pas être véritablement le cas sur le terrain.
 
Dernier point si 2011 laisse entrevoir des chiffres positifs, l'avenir reste malgré tout incertain. Certes 60 % des salariés déclarent être plutôt à l’aise avec le handicap. A noter, une baisse de 6 points par rapport à 2008 des salariés se sentant mal à l’aise lors d’une relation avec une personne handicapée. 59 % des salariés souhaitent améliorer leur capacité de contact avec une personne handicapée. «Près d’un collaborateur sur deux est en demande, cette prise de conscience est importante pour les entreprises et nous semblent être un axe fort du travail à venir pour améliorer l’intégration des personnes en situation de handicap dans le monde du travail », conclut Laurent Ryckelynck.
 
La Rédaction

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir