Contenu principal

Message d'alerte

Maladie alzheimer illustrationALZPROTECT, société biopharmaceutique engagée dans le développement de médicaments pour le traitement des maladies neuro-dégénératives, annonce aujourd’hui l’accomplissement du premier test clinique de son candidat médicament AZP2006 sur des sujets sains en administration de dose unique et l’autorisation de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) pour la poursuite des essais en doses répétées.

Ce candidat médicament AZP2006 vise à traiter plusieurs pathologies neuro-dégénératives orphelines de tout traitements telles que les Tauopathies incluant la maladie d’Alzheimer et la Paralysie Supranucléaire Progressive (PSP).

Tous les espoirs sont permis. Ce premier essai clinique, effectué en France, a permis d’étudier l'innocuité et la tolérance de l’AZP2006 chez 56 volontaires sains après une administration unique. Ils étaient répartis dans 7 groupes de 8 volontaires sains à des doses croissantes. L’objectif principal de cette étude consistait à déterminer la tolérance de doses uniques d’AZP2006 et à confirmer sa pharmacocinétique. Aucun effet secondaire n’a été détectée pour l’intégralité des doses qui sont montées jusqu’à 360 milligrammes de produit.

« Nous sommes extrêmement satisfaits des résultats du premier essai chez l’homme d’AZP2006, l’un de nos produits phares actuellement en développement. Ces résultats ouvrent la voie au lancement imminent de notre étude de doses répétées dont les futurs résultats nous permettront d’enchaîner sur les études cliniques chez le patient pour le traitement de plusieurs maladies neurodégénératives incluant la Paralysie Supranucléaire Progressive (PSP) et la maladie d’Alzheimer ».

Avant de pousuivre en affirmant qu'une « levée de fonds, prévue cette année à hauteur de 12 millions d’Euros, permettra de démarrer en 2016 une première étude sur la PSP. La petite molécule de synthèse que nous avons développée, en agissant sur les deux voies impliquées dans cette pathologie, ouvre un espoir énorme pour l’efficacité du traitement sur les symptômes, mais également sur l’arrêt de la progression de ces maladies qui affectent le cerveau », a déclaré le Dr Philippe VERWAERDE, directeur scientifique et Président d’Alzprotecte, dans un communiqué.

Pas avant 2016 pour un traitement de la PSP

Développé à l’Université Lille 2 et à l’Inserm (U837), le candidat AZP2006 a démontré son efficacité lors d’études précliniques sur des animaux présentant une caractéristique physiopathologique des Tauopathies incluant la maladie d’Alzheimer et la PSP. Ce dernier a récemment obtenu le statut de médicament orphelin auprès
de l’agence européenne du médicament.

Pour continuer leurs avancées scientifiques, les deux entités ont obtenu une nouvelle autorisation de l’ANSM afin de poursuivre leurs essais en administrant le produit de façon répétée. Trois doses seront alors administrées journellement à 8 sujets sains sur une période de 10 jours. Cette étude devrait prendre fin en Juin prochain. Enfin une dernière étude, incluant la dose la mieux tolérée, sera réalisée sur des sujets plus âgés (De 50 à 75 ans). Cette dernière sera l’ultime étape avant les études chez les patients qui devraient démarrer en 2016 pour le traitement de la PSP. Reste maintenant plus qu’à patienter…

La Redaction



 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir