Contenu principal

Message d'alerte

Les bienfaits du jardin contre la maladie d AlzheimerÀ l'occasion de la journée mondiale d'alzheimer, qui se tiendra le 21 septembre 2015, la Fondation Georges TRUFFAUT souhaite valoriser les b bienfaits de l'hortiohérapie. Rappelons que cette Fondation considère le jardin comme un lieu de méditation et met en oeuvre des actions qui permettent de développer des jardins à but thérapeutique dans les lieux de résidence des malades d'Alzheimer. Par ailleurs, la Fondation d'entreprie Georges TRUFFAUT soutient depuis 2014 France Alzheimer qui est la seule association de familles reconnue d'utilité publique dans le domaine de la maladie d'alzheimer et des maladies apparentées.

Selon une étude menée sur une période de deux ans sur deux ans sur des patients atteints de la maladie d'alzheimer, l'association horticole canadienne a prouvé une baisse de 19% d'incidents violents pour des patients en contact avec des jardins, et une hausse de 680% pour les autres patients.

Face à une maladie neuro-dégénérative, les personnes qui en sont atteintes ont des difficultés pour s'exprimer et leur sens sont également touchées. De ce fait,lorsque la parole est fragilisée le jardinage représente une bonne alternative pour maintenir un échange avec la personne qui peut alors rester en contact avec le m onde extérieur et ainsi exprimer ses émotions.

L'hortithérapie réveille les sens par la mémoire

L'hortithérapie réveille les sens par la mémoire. Odeurs, couleurs, ou encore textures peuvent rappeler des souvenirs d'enfance. De plus, l'évolution des saisons et les différentes étapes de croissance des végétaux apportent des repères qui permettent de se situer dans le temps. Cette stimulation permet autant que possible de contrer l'évolution rapide de cette maladie. Par ailleurs, les malades atteints d'alzheimer sont souvent dans l'errance mais avec ce jardin, ils ne le sont plus car ils ont un but.

Pour Paule LEBLAY, présidente de l'association Graine de de jardins : « retranscrire ce que peuvent ressentir ces personnes qui viennent à ce jardin n'est pas simple d'autant qu'elles ne peuvent pas l'exprimer par des mots. Mais lorsqu'une dame refuse qu'on la rentre ou qu'on la mette à l'abri du soleil, cela signifie certainement qu'elle éprouve du plaisir à être là. En tant qu'animatrice, cela apporte une grande satisfaction de voir des familles (patients et leurs proches) se retrouver pour construire ensemble ce jardin de partage. On se dit remplir complètement notre rôle d'aidant ». Grâce à ces jardins à but thérapeutique, la maladie d'alzheimer pourrait ainsi reculer.

La Rédaction

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir