Contenu principal

Message d'alerte

Une femme incorporant un produit opthamologique dans son oeilDeux patients français ont perdu l'usage d'un œil au mois juillet 2015, après une chirurgie utilisant un produit ophtalmique suspect fabriqué par la société allemande Alamedics Gmbh, a indiqué lundi l'agence du médicament ANSM. Un annonce qui intervien une semaine après le scandale sanitaire qui faisait la Une des médias espagnols la semaine dernière arrive en France. Une information qui comme par hasard n'est annoncé que plus de trois mois par l'agence du médicament, a se poser la question si celle-ci défend véritablement les intérets des malades ou des laboratoires.

Le retrait en France de l'Ala Octa, le produit incriminé, a été décidé dès la fin juillet, a précisé le Dr Brigitte HEULS, chargée des dispositifs médicaux à l'ANSM, tout en insistant sur le fait « qu'à ce stade, il n'existe pas d'élément accusant directement le produit ».

Christian LINGENFELDER : « le produit Ala Octa a été soupçonné d'être à l'origine de processus dégénératifs de la rétine ».

Ala Octa se présente sous la forme d'une solution aqueuse. Il est utilisé principalement dans la chirurgie de la rétine. Dans un courrier adressé le 13 juillet par la société Alamedics aux distributeurs, avant d'être mis sur le site de l'ANSM le 18 septembre, le Dr Christian LINGENFELDER expliquait que « le produit Ala Octa a été soupçonné d'être à l'origine de processus dégénératifs de la rétine ».

« Les ventes sont interrompues jusqu'à ce que les circonstances soient parfaitement clarifiées », ajoutait-il.

Sur son site internet, Alamedics précise qu'Ala Octa est un produit « chimiquement et physiologiquement inerte et absolument non-toxique ». Samedi, l'Agence espagnole du médicament et des produits de santé (Aemps) avait fait état de « 41 cas de personnes affectées par l'usage du produit de chirurgie Ala Octa », retiré de la vente par le ministère espagnol de la Santé en juin.

75 doses d'Ala Octa ont été commercialisées en France depuis la mise du produit sur le marché en 2012

« Jusqu'à présent ont été confirmés 13 cas d'amaurose (cécité) », soit la perte complète de la vue d'un œil, avait précisé l'agence Espagnole l'Aemps. D'autres patients ont souffert d'autres complications énumérées par  l'Aemps: nécrose rétinienne, atrophie du nerf optique, diminution de l'acuité visuelle, inflammations. Outre les patients affectés en Espagne, le laboratoire allemand évoquait également « un cas en Italie ».

Seulement 75 doses d'Ala Octa ont été commercialisées en France depuis la mise sur le marché du produit en 2012, selon l'ANSM.

La Rédaction / Avec AFP

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir