Contenu principal

Message d'alerte

Agnès BUZYN

  • Frédérique VIDAL Ministre l'Enseignement supérieur de la Recherche et de l'Innovation lors de son discours au rencontre sur les maladies raresAprès le plan autisme lancé en grand pompe et dont le contenu a pu décevoir en partie les associations. La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès BUZYN et la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique VIDAL, ont lancé officiellement, après trois d’attente, à l’occasion des 2èmes rencontres des maladies rares, le 3e plan national 2018-2022. Un plan qui selon les ministres aura pour ambition de « partager l’innovation, un diagnostic et un traitement pour chacun ».

  • Image du documentaire "12 jours" qui nous plonge dans le quotidien des personnes internées sans consentementAprès une lettre ouverte, le 16 mai 2018 a la ministre des solidarités et de la Santé Agnès BUZYN dans lequel la présidente de l’UNAFAM exprime les craintes de l’association sur la disparition de cette discipline et la mise en œuvre d’un décret en date du 23 mai. Celui-ci autorisant les traitements de données à caractère personnel relatif au suivi des personnes en soins psychiatriques sans consentement. Trois grandes associations, ADESM, la FNAPSY et l’UNAFAM viennent dans un communiqué commun « faire part de leur font part de leur grande inquiétude », supprimant de fait « le secret médical ».

  • Agnès BUZYN est la Ministre des Solidarités et de la Santé invitée de Marc FAUVELLE le 11 juillet 2017Alors que les boites de Dépakine affichent un sigle d’avertissement sur les dangers qu’ils comportent pour les femmes enceinte. Un excès de zèle dénoncé par le Comité National de l’Épilepsie. La ministre de la Santé Agnès BUZYN interrogé sur France Inter au sujet de la Dépakine de Sanofi et d'autres médicaments responsables depuis 1967, a reconnu que l’heure était désormais à l’heure des négociations entre l'État et Sanofi Aventis.

  • Un greffon comme ici qui une fois quil a qui était replacé reforme du cartilageEn 2017, ils auront été 23 828 personnes avoir eu besoin d’une greffe. Un chiffre toujours en augmentation de près de 5 % par rapport à 2016. Si le rein représente l’organe le plus transplanté, le poumon arrive en troisième position. Un organe néanmoins qui se fait rare. La réussite de cette implantation par le Pr. Emmanuel MARTINOD de chirurgie thoracique à l’hôpital Avicenne, et Éric VICAUT, Pr. de recherche clinique à l’hôpital Lariboisière, représente un véritable espoir et surtout une première mondiale saluée par toute la communauté scientifique.

  • Lundi de pentecôte Journée de solidarité : Et vous vous bossez aujourd’hui ?Mise en place après la canicule de 2003 qui avait fait 15 000 morts, cette journée de solidarité pour les salariés de travail non rémunéré et destinées à financer la prise en charge des personnes âgées et handicapées. Une journée qui n’a jamais véritablement fait l’unanimité tant à gauche qu’à droite, mais auquel les Français semblent avoir accepté. Modifié à plusieurs reprises notamment, en 2008, qui permet aux entreprises de fixer elle-même cette journée librement. Une journée qui, en 2017, avait rapporté selon CNSA près 2.37Mds€ en 2018, la somme devrait avoisiner 2,42Mds€. La mise en place d’une deuxième journée restant « une piste possible » pour Emmanuel MACRON.

  • Equipe de recherche du genethon de l'AMF TéléthonPrésentés hier matin et attendus par les nombreux acteurs le 3e Plan National Maladies Rares (PNMR3), ne sera finalement porté que par les ministères de la Recherche et de la Santé. Un regret pour les associations et notamment l’AFM qui estime qu’un « regroupement inter-ministérialité était nécessaire pour faire face aux nombreux enjeux auxquels sont confrontées les maladies rares ». Des associations qui saluent dans leur ensemble sa mise en place, mais qui comme L’AFM-Téléthon estiment qu’il n’est pas à la hauteur des enjeux de l’innovation thérapeutique et de son accès pour toutes les maladies rares.

  • Le premier ministre Justin Trudeau prononçant son allocution à la séance de clôture de la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial à Montréal 17 septembre 2016Dans un communiqué l’Élysée vient d’annoncer officiellement le souhait du Président de la République Emmanuel Macron d'accueillir en France, en 2019, la sixieme conférence du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme après le Canada en 2016. La France qui l’un des premiers financeurs de ce fond, dont l'objectif est de récolter de nouveaux fonds et de mobiliser le plus grand nombre d'acteurs possibles pour mieux prévenir et éradiquer ces pandémies.

  • Réunion du premier Comité de la Stratégie de la santé mentale CSSMP Après l’annonce d’un plan en janvier dernier au Congrès de l’Encéphale et des nombreuses craintes exprimées. La ministre de la Santé Agnès BUZYN a présenté lors du 1er Comité Stratégique de la Santé Mentale et de la psychiatrie (CSSMP), le 28 juin dernier à Paris au foyer de vie Camille CLAUDEL, au côté de Sophie CLUZEL, la secrétaire d’État en charge du handicap, sa feuille de route en 37 mesures, pour la psychiatrie avec trois axes principaux la prévention « dès le plus jeune âge » et « déstigmatiser la maladie psychique ».

  • Un malade dans une chambre dans un hôpital psychiatrique en FranceSouvent critiqué, parfois il vrai par des comportements inadmissibles comme sur l’autisme ou d’épilepsie. La psychiatrie est devenue depuis quelques années le parent pauvre de la médecine. Une pratique qui pourtant a toute sa place dans la médecine moderne. Une « discipline à soutenir » telle est l’appel de cette lettre ouverte signé par la présidente de l’UNAFAM Béatrice BORREL. Une lettre qui interpelle la ministre, sur la crainte de l’association sur la disparition de cette discipline, mais aussi sur le décret relatif aux domaines d’intervention, aux conditions et aux règles s’appliquant à l’infirmier exerçant en pratique avancée.

  • Le Président Emmanuel MACRON présentant la stratégie de prévention et à la lutte contre la pauvretéLe président de la République a présenté ce 13 septembre au Musée de l'Homme à Paris sa politique relative à la prévention et à la lutte contre la pauvreté d’un montant de 8.5Mds€ sur quatre ans comptant cinq objectifs. Équivalent ainsi à moins de 1000€ par personne pour les 8.8 millions de Français vivant sous le seuil de pauvreté. Emmanuel MACRON qui dans un discours de près 1 h 30 aura surtout tenté de gommer l’image d’un « président des riches », appelant « toutes les forces de la Nation à se mobiliser ».

  • Les syndicats des psychiatres des hôpitaux (SPH) refusent d’avaler des couleuvresAlors qu'Agnès BUZYN a présenté sa feuille de route et installé le nouveau comité stratégique pour la santé mentale et la psychiatrie (CSSMP) le 28 juin dernier. Les syndicats hospitaliers publics dénoncent à la fois la composition de celui-ci mais aussi les 37 mesures contenues dans la feuille de route. Un mal-être d’une profession dont une étude concernant la santé mentale et le bien-être des étudiants en santé pointe un malaise évident parmi cette population qui s’est engagée dans des études très longues, hypersélectives et souvent épuisantes.

  • Remise du rapport du HCFEA avec de gauche a droite Agnès BUZYN, la Vice Présidente Sylviane GIAMPINO du HCFEA et Sophie CLUZELLe 29 août dernier, dans le cadre de la rentrée des petites sections, Agnès BUZYN ministre des Solidarités et de la santé, et Sophie CLUZEL et la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, se sont déplacées au multi-accueil « Le Sourire du Chat ». Une structure gérée par l’association APATE, accueille 30 % d’enfants en situation de handicap. Les ministres qui ont reçu à cette occasion un rapport recommandant la création de davantage dans les crèches et les écoles maternelles aux enfants handicapés de moins de 6 ans. Il serait ainsi de 30 000 à 40 000 selon ce rapport a nécessité une prise en charge plus précoce.

  • Un médecin du Samu au service de régulation en ligne du Bas Rhin en 2001.Plus de cinq mois après la mort de Naomi MUSENGA dont on vient d’apprendre le déroulement de cette affaire tragique, qui a causé la mort d’une jeune femme de 22 ans. Un décès cause survenu le 27 décembre 2017, par l’absence de prise en charge causée, semble-t-il par l’opératrice du service régulation du SAMU et d’ une femme du Centre de traitement des alertes (CTA) des pompiers du Bas-Rhin. Comme le démontre un enregistrement téléphonique ou l’on entend les nombreuses moqueries auxquelles a dû faire face la victime. Une famille qui a porté plainte et qui exige aujourd’hui des explications sur le pourquoi d’affaire, manque de formation, de moyens, surcharge de travail ? toutes les hypothèses sont ouvertes.