Contenu principal

Message d'alerte

Les Enfants_du_silence_les_deux_principaux_acteursVoilà bien une première, plus de trente ans après sa création dans les années 80 et jouée en France en 1993, avec Emmanuelle LABORIT, la pièce "Children of a lesser god" revient sur les planches prestigieuses de la Comédie Française au théâtre du Vieux-Colombier,  à partir du 15 avril et ce jusqu'au 17 mai prochain. Mise en scène par Anne-Marie ÉTIENNE,et interprétée par une troupe de comédiens entendants avec dans le rôle principal Françoise GILLARD.

Un travail colossal puisqu'il a fallu apprendre la langue des signes car « c'est très délicat de toucher un mythe comme celui-là, parce que c'est une pièce très particulière, qui a vraiment attiré l'attention à l'époque sur le monde de la surdité », confie cette dernière.

Écrite par l'Américain MARK MEDOFF, "Children of a Lesser God", elle connaîtra un très grand succès dans les années 1980 puis à Londres avant d'être adaptée au cinéma en 1986 avec William HURT. Vingt-trois ans après sa première interprétation en France en 1993, un rôle qui vaudra à Emmanuelle LABORIT, un Molière de la révélation théâtrale pour son interprétation.

L'expression d'un droit a la différence

Les Enfants du silence sont une œuvre véritable, humaine qui par son expression représente un véritable éloge en faveur du droit à la différence et de la langue des signes, rendu internationalement célèbre depuis le film oscarisé de Randa Haines en 1986. Une pièce qui se déroule au sein d'une école pour sourds et malentendants, dont l'orthophoniste, qui oeuvre à l'apprentissage de la langue parlée va se heurter à une ancienne élève devenue femme de ménage, qui refuse d'apprendre à lire sur les lèvres à laquelle les sourds devraient se soumettre, revendiquant son propre langage.

Dans une esthétique cinématographique très fluide, en huit décors et quatorze changements, Anne-Marie ÉTIENNE raconte leur histoire d'amour et relève la façon dont les codes sociaux conditionnent les relations humaines. Elle crée un espace de rencontres, à la recherche du « vivre ensemble ».

« Au-delà de la surdité, c'est une histoire d'amour entre deux êtres qui s'aiment, mais qui ne peut pas fonctionner car il y a quelque chose entre eux de très différent. Parfois, vous pouvez vous aimer très fort et ce n'est pas compatible, pour des histoires de religion, de culture ou de classe sociale, et ça génère de grandes souffrances chez les protagonistes", confie Françoise GILLARD à l'AFP.

Une pièce à voir et à revoir pour tous et qui connaîtra sans aucun doute un succès attendu. Elle sera jouée au théâtre du Colombier à Paris, du 15 avril au 17 mai. Reste a espéré que celle-ci engage une tournée sur tout le territoire afin que chacun de nous puissions apprécier la qualité et l'histoire de la jeune Sarah. Une pièce qui participera un peu plus à la reconnaissance de cette langue, qui par ces mystères, n'exprime que plus encore sa beauté et sa finesse.

« Un investissement colossal »

Mais pour les comédiens, l'investissement est colossal : « des heures et des heures d'apprentissage de la langue des signes avec un coach », explique Françoise GILLARD, qui incarnera Sarah sur scène. Une jeune femme, ancienne élève devenue femme de ménage dans un institut pour sourds, qui refuse d'apprendre à lire sur les lèvres, revendiquant son propre langage. Cinq représentations sont organisées avec sous-titrage, en plus des casques d'amplification mis à disposition, pour permettre un meilleur accès aux sourds et malentendants.

Un apprentissage de presque un an que le coach, Joël CHALUDE, qui jouait le rôle de l'orthophoniste amoureux de Sarah dans la pièce de 1993 avec Emmanuelle LABORIT, aura assuré auprès également de Catherine SALVIAT (Madame Norman), Laurent NATRELLA, qui joue l'orthophoniste, Elliot JENICOT et Anna CERVINKA, qui joue deux malentendants. Alain LENGLET (M. Franklin)

La confirmation d'une reconnaissance ?

Utilisée par 25 millions de personnes dans le monde et entre 100 à 200 000 pour LSF, en France, la langue des signes reste parfois sujette à controverse y compris chez les Sourds eux-mêmes, certains refusantLes enfants du silence Maquette des decors obstinément l'arrivée des nouvelles techniques qui pourraient leur permettre de retrouver partiellement une audition.

En France, c'est au XVIIIe siècle que l'Abbé de l'Épée découvre son existence en voyant de jeunes jumelles communiquer. Il l'adapte en y ajoutant des notions grammaticales et ouvre une école, l'Institut national des jeunes sourds, actuellement l'Institut Saint-Jacques à Paris. Depuis les années 1980, le contexte a changé: la langue des signes, interdite en France à partir de 1880, elle est aujourd'hui reconnue comme langue officielle française depuis 2005.

Une langue, dont la pratique et l'existence sont aujourd'hui reconnues dans le monde entier, son arrivée à la Comédie-Française, temple de la langue de Molière, n'est pas anodine. C'est toucher d'emblée une large audience et ouvrir l'institution au handicap, à la différence.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Renseignement pratique : Prix des places de 9 € à 31 €. --- Réservation par internet ou par téléphone au 01.44.39.87.00 ou directement au guichet du Théâtre du Vieux-Colombier 21 rue du Vieux-Colombier 75006 PARIS -- Représentations au Théâtre du Vieux-Colombier : mardi à 19 h, du mercredi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h, relâche lundi. Représentations avec casques d'amplification. Surtitrage : dimanche 19 avril à 16h | samedi 25 avril à 20h | dimanche 26 avril à 16h | mercredi 6 mai à 20h | mardi 12 mai à 19h