Contenu principal

Message d'alerte

Organisé pour la 3e année consécutive par le conseil consultatif des personnes handicapées (CCAH) et l’Agence Nationale pour les Chèques-Vacances (ANCV). Un dispositif qui avait, en 2010 permis le départ de 1358 des travailleurs ou des salariés aujourd’hui vieillissant des 1500 ESAT. L’objectif étant d’atteindre, en 2011 près 3000 départs. L’autre volonté de proposer un séjour autour d’un projet éducatif et pédagogique autour de la construction de vacances individuelles ou collectives. En 2010, l’ANCV a alloué au programme d’aide au départ en vacances pour les usagers d’ESAT une dotation d’un million d’euros.

Par manque d’autonomie, mais aussi trop souvent pour des raisons économiques, plus de 40 % des personnes handicapées ayant une activité salariale dans un ESAT, déclare ne pas partir en vacances. Or, en France, 115 000 travailleurs handicapés exercent une activité dans près de 1 500 ESAT. Mais n’ayant pas le statut de salariés, ils bénéficient de peu de moyens pour partir en vacances et le surcoût lié au handicap augmente considérablement le prix des séjours adaptés. Des directeurs d’établissement qui sont invités à déposer rapidement leurs projets de vacance pour les séjours d’été de leurs usagers dans un délai au maximum de trois. Des projets individuels ou collectifs, autonomes ou accompagnés, pour une durée minimale de quatre nuits consécutives concernant les vacances d’été ou de fin d’année.
 
Expérimenté depuis 2009 par l’ANCV et le CCAH, ce programme d’aide aux vacances en faveur des travailleurs handicapés a permis, dès la première année, le départ en vacances de 350 personnes. L’objectif de 3000 départs devrait être atteint selon Dominique Ktorza, Directrice des politiques sociales de l’ANCV. « D’ores et déjà, les demandes reçues sont plus nombreuses que l’année précédente ».
 
Un bilan positif
 
L’examen des projets vacances présentées a permis de déterminer un profil de bénéficiaires dont 52 % sont des travailleurs handicapés ayant bénéficié de l’aide vivent en foyers d’hébergement, 47,5 % en logement autonome ou en famille. Sur l’ensemble des projets, 87 % des séjours correspondaient à des séjours adaptés organisés par des prestataires spécialisés et agréés, 7 % des séjours en milieu ordinaire et 6 % des séjours organisés en famille. Les séjours d’une durée de deux semaines et plus représentent la majorité des projets (79 %) et se sont déroulés en été (97 %).
 
Une chance et moment de détente comme le souligne Mme B. Esat Sud Loire (44) « Les personnes accueillies au sein de l’ESAT ont de faibles revenus. Sans ce programme, plusieurs personnes n’auraient pas pu partir. Les travailleurs n’ont pas beaucoup de loisirs et occupations pendant leur temps personnel, partir en vacances leur permet de changer de cadre, de découvrir de nouvelles activités, mais aussi de rencontrer de nouvelles personnes ».
 
Comment obtenir l’aide et qui sont les bénéficiaires ?
 
Ce dispositif d’aide au départ en vacances se traduit, par la mise en place de Cheque-Vacances dans les ESAT avec la constitution d’une épargne vacances impliquant l’usager handicape et l’établissement (150 € au minimum). Le surcoût lie au handicap est cofinancé par l’ANCV et par les membres adhérents du CCAH, sous forme de Cheques-Vacances. Les bénéficiaires sont eux des usagers des ESAT ou d’anciens travailleurs vivant en foyer d’hébergement titulaire de l’AAH ou dont les ressources ne pas un quotient familial de 800 €. Les aidants familiaux ou professionnels dont la présence est nécessaire, favorisant ainsi le départ en vacances des personnes handicapées en milieu ordinaire. Cette prise en charge pouvant aller jusqu’à 280 € pouvant correspondre à 50 % du montant de l’aide accordée au bénéficiaire par le CCAH et l’ANCV. Un séjour qui implique aussi une participation financière du bénéficiaire.

La Rédaction

Renseignent pratique : Dossier de candidature sur le site de l’ANCV

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir