Contenu principal

Message d'alerte

Animateur et vacanciers apajh 2011 carnacIl y a certes le label tourisme et handicap, même s'il n'est pas totalement répandu, la situation s'améliore toute de même. Certes le droit au congé payé existe depuis 1938, mais existe-t-il vraiment dans la réalité pour tous. Malheureusement, non il faut bien l'avoué. Une situation qui comme l'APF ou l'UNAPEI, l'APAJH, souhaite que cela soit possible y compris pour ceux a faible revenu que sont les allocataires de l'AAH ou des personnes en situation de handicap. Une possibilité que organise l'APAJH permet a ces personnes de connaitre quelques instant de répit...

Ainsi comme chaque année la Fédération des APAJH, en proposant à des adultes, adolescents et enfants de partir partout en France et à l'étranger. Alors que le droit aux vacances a été reconnu, il est aujourd'hui remis en cause. Cet été, l'application dans les centres de vacances d'une directive européenne relative à l'aménagement des temps de travail des animateurs risque d'accentuer les inégalités et l'exclusion sociale. Une occasion pour l'APAJH de rappeler qu'être animateur, ce n'est pas un métier comme les autres, mais un véritable engagement associatif.

Les vacances : des lieux d'inclusion

La saison estivale arrive et, avec elle, le temps des grands départs. Pour les personnes en situation de handicap, les vacances seront des temps privilégiés de détente,  
d'enrichissement, de rupture avec le cadre habituel qui favorise les rencontres et les échanges. L'APAJH propose des séjours d'une à quatre semaines pour les enfants, les adolescents et les adultes autonomes, semi-autonomes, dépendants ou polyhandicapés.

Ainsi pour ceux qui le souhaiteraient des places sont encore disponibles. Pour les personnes autonomes, en juillet, dans le Tarn, en Provence, et en août, dans l'Isère, dans l'Hérault, dans les Pyrénées-Orientales, et en Gironde. Pour les personnes semi-autonomes, en juillet, en Vendée, en Loire-Atlantique, dans le Limousin, et en août, en Poitou Charente, dans le Cantal, en Loire-Atlantique, en Provence, en Dordogne, en Bourgogne, dans les Vosges, en Aveyron et en Gironde.

Un statut d'animateur en danger

Alors même que l'été commence, l'application par les centres de vacances d'une directive européenne relative à l'aménagement des temps de travail des animateurs risque d'accentuer les inégalités. Elle pose le principe de 11 heures de repos journalier accumulées pendant la durée du séjour. Malgré un amendement récent, les prix de séjours risquent d'augmenter, et de se révéler prohibitifs pour un grand nombre de familles.

La fédération qui dans son communiqué craint que cette situation ne puisse pas de garantir à tous un accès aux vacances et aux loisirs, l'APAJH revendique la création d'un statut du volontariat de l'animation, en corrélation avec les valeurs qui poussent à s'engager dans cette expérience humaine.

Un métier qui par sa nature, n'est pas exercé comme un autre. C'est vivre comme le soulignent les dirigeants de la fédération un apprentissage permettant l'acquisition d'un socle de compétences sociales indispensables pour tout citoyen, voire pour tout travailleur. Ce statut, dérogatoire au droit du travail, respecte les conditions de qualité des équipes, de l'offre de service, et de sécurité. Il repose sur l'idée selon laquelle les animateurs sont des volontaires exerçant une activité occasionnelle.

Pour Jean-Louis Garcia, président de la Fédération des APAJH, « 76 ans après l'instauration des congés payés, le droit aux loisirs et aux vacances, pour les personnes en situation de handicap comme pour l'ensemble de la société, demeure un combat politique et culturel plus que jamais d'actualité ».

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir