Contenu principal

Message d'alerte

Charles GARDOU lors de la remise petitionLancer en fin 2013, aura connu en quelques mois un véritable succès, réunissant plus de 45 000 signatures, un nombre qui aurait selon l’un des instigateurs de cette pétition impressionnée les trois conseillers de l’Élysée a qu-il vient de remttre. Une victoire pour ce professeur à l'Université Lumière Lyon 2, auteur de nombreux ouvrage sur le handicap aux Éditions Eres. « C'est fait, vos signatures pour la création d'un mémorial en hommage aux victimes handicapées exterminées par le régime nazi ou condamnées à mourir par celui de Vichy sont maintenant entre les mains de François HOLLANDE », a-t-il souligné dans un communiqué envoyé aux signataires.

Ajoutant avec optimisme «  je peux d'ores et déjà vous dire que les échanges sur la possible création de ce mémorial sont positifs ». Précisant que rien n’était encore joué et que la prochaine rencontre dans quelques semaines avec les conseillers serait capitale. « D’ici là, il faut absolument que notre appel prenne de l'ampleur pour que ce premier pas se concrétise. Restons donc mobilisés! Plus de 5000 personnes ont déjà visionné la vidéo "Pour que plus jamais on ne touche aux Intouchables", témoignage de Philippe Pozzo di Borgo, Éric Toledano et Olivier Nakache appelant à signer la pétition. Si encore plus de personnes voient ce film, nous pouvons atteindre rapidement 50.000 signatures ».

Crimes immondes et inoubliables !

Or, qui se souvient de ces victimes ? Quel acte symbolique a été posé dans notre pays pour perpétuer leur mémoire ? Aucun. Nous ne pouvons plus l'accepter ! Alors qu'en Allemagne un site commémoratif dédié aux victimes handicapées des crimes d'euthanasie commis par le régime nazi, va ouvrir ses portes à l'automne 2014, la France n'a t'elle pas le même devoir de mémoire et de respect pour ces innombrables victimes ? Le pays des droits de l'Homme peut-il s'exonérer d'un mémorial aussi symbolique qu'utile pour les prochaines générations comme pour la mémoire des victimes ?

Ce plan d'extermination fut précédé et accompagné de stérilisations contraintes, pratiquées à partir de l'une des toutes premières législations nazies. Au nom de l'"hygiène raciale", elle fut appliquée à la manière d'une "ordonnance médicale", pour protéger le peuple de la "gangrène ou de la tumeur cancéreuse", que représentaient ceux que l'on jugeait "génétiquement inférieurs".

On estime à 400 000 le nombre des personnes stérilisées entre 1934 et 1945, en incluant celles relevant des territoires annexés par l'Allemagne après 1937 tenue d'appliquer la même loi.

En France, s’il n’y a pas eu d’extermination programmée, 50 000 personnes internées dans les hôpitaux psychiatriques français, sous le régime de Vichy, sont mortes par abandon, absence de soin, sous-alimentation et autres maltraitances comme le rappel lui dans le message vidéo Phillippe POZZO DI BORGOS.

La devise Liberté, Égalité, Fraternité qui donne un socle à notre République, la raison et l'éthique qui fondent notre citoyenneté, la vulnérabilité qui nous relie et nous humanise, leur fragilité bafouée et persécutée, appellent, pour eux comme pour toutes les victimes de la barbarie, un devoir de connaissance et de vérité, un devoir de témoignage et d'humanité.

Rendons-leur hommage et justice, pour que plus jamais cela ne se reproduise. Parce que, sous aucun motif, la dignité et la valeur des existences humaines ne peuvent se hiérarchiser. Parce que, ni hier ni aujourd'hui, il n'est pas de vies minuscules méritant le mépris et l'oubli. Signez cet appel pour la création d'un mémorial en hommage aux personnes handicapées victimes du régime nazi et de Vichy, et diffusez-le autour de vous.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir