Contenu principal

Message d'alerte

Taxe de sejour les touristes handicapes perdent du pouvoir d achatAlors que les vacances approche a grand pas, et que la dépense moyenne des Français sera de 750 à 1700 €, pour celle-ci l'association Vacances au Présent, vient de lancé une pétition en faveur u retour de l'exonération de la taxe de séjour touristique pour les porteurs de handicaps. Une taxe supprimée sur la loi de finances de 2015, et dont un bénévole a décidé de parcourir la France sur un trajet de 1000 km en vélo pour diffuser cette pétition et sensibiliser les collecteurs de cette taxe. Une année 2015 qui sera pour la première fois taxe depuis l'instauration en décembre 2002 d'un décret qui avait instauré l'exonération de la taxe de séjour pour les personnes handicapées.

Bain de plage ou de soleil ou fraîcheur de la montagne auront donc un goût de poivre ! Une hérésie que ne comprennent pas les associations, ou les usagers. Faut-il le rappeler que cette taxe a effet pour but de financer des équipements touristiques, ou de leurs espaces naturels, dont les tarifs étant fixé actuellement par les communes, ceux-là mêmes et bien d'autres qui n'ont pas respecté ou fait pression pour obtenir des dérogations.

Un montant qui dépend du classement de l'hébergement touristique et varie entre 0.20 € par personne et par nuitée de séjour dans un camping 1 ou 2 deux étoiles et peut atteindre 4 € aux maximums dans les palaces. Un lieu rarement fréquenté par les allocataires de l'AAH ou des pensions d'invalidité !

Un rêve qui s'éloigne...

Une exclusion qui ne fera que progresse la perte d'un pouvoir d'achat, déjà en perte de vitesse et qui constitue depuis 2 ou 3 ans, les possibilités pourtant déjà particulièrement modestes des Français ou des adhérents a ces associations de pouvoir partir en vacances. Une situation que confirme cette association originaire de la pétition, proposant des séjours pour adultes déficients intellectuels, dans l'agglomération de Grenoble.

Pourtant eux aussi rêvent de vacances, ce moment de l'année où ils peuvent se sentir un peu moins handicapés en rompant avec leur quotidien. Des associations contraintes parfois à supporter le coût, jusqu'à 5000 € pour une quarantaine de séjours, pour cet été, la loi ayant été promulguée le 29 décembre alors que l'association avait avaient déjà affichés ces prix.

Le Ministère des Finances qui explique de son côté que les « parlementaires préconisaient de recentrer les exonérations sur ceux qui ont le moins de capacité contributive, comme les mineurs, les saisonniers ou les en hébergement d'urgence ». Précisant qu'avaient également été exclus de ce dispositif les bénéficiaires d'aides sociales, mutilés de guerre ou encore les fonctionnaires en déplacement dans le cadre d'une mission. Quant aux familles nombreuses, qui bénéficiaient d'une réduction celle-ci son également condamnée a payé plein tarif.

Un message adressé aux élus politiques...

Face a un silence et un refus des services publics et des responsables politiques, un noyau de bénévole a pris l'initiative de cette pétition si aujourd'hui celle-ci a réuni moins de 40 signatures, pour le retour de l'exonération de la taxe de séjour touristique en faveur des handicapés, celle-ci ne compte pas en resté là.

« L'un de nos bénévoles parcourra 1000 kilomètres à vélo ponctués d'étapes pour la diffuser et sensibiliser les collecteurs de la taxe de séjour à la situation des handicapés déficients intellectuels. Entre Bourges et Perpignan, 9 rendez-vous avec les handicapés déficients intellectuels et leurs représentants sont ainsi fixés sur les places de chaque Mairie pour accueillir cette pétition ». Précise, Daniel PLANCHON, président de l'association au présent.

Un président en colère n'en ai moins qui affirme ne pas comprendre le message du président de la République, « lors de sa campagne électorale, avait promis que le handicap serait au cœur de ses préoccupations et qu'il en garantirait l'existence d'un volet dans chaque loi. Il a bien tenu ses promesses pour celle des finances de 2015 ».

Dommage quand même constate-t-il « que ce volet ait eu pour conséquence de mettre un bâton de plus dans les roues des handicapés désirant partir comme tout le monde en vacances ; dommage encore que ce volet nous ait conduits, à l'instar de certains de nos adhérents déficients intellectuels, à ne plus bien savoir différencier notre droite, qui les avait exonérés de cette taxe en 2002, pour que la gauche l'a rétablisse en 2015 ».

Un rendez vous auquel il espère cette fois mobilisée les maires et élus en charges des Finances, du Tourisme et du Handicap des communes étapes collectrices de cette taxe de séjour ont également été conviés. Une pétition qui devrait remise aux autorités en décembre 2015, date anniversaire de l'abrogation de l'exonération.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir