Contenu principal

Message d'alerte

Le jeune Loig chez lui avant son placementA la suite difficultés familiales qui ont touché successivement sa sœur et une blessure invalidantes de sa mère, celle-ci demande l'application à l'automne 2014 pour le motif de « droit au répit » au Centre d'accueil de jour de l'Institut les Tournesols dans le Haut-Rhin (68). Un jeune garçon qui aura eu la chance, comme le reconnaît le Directeur de l'établissement Daniel LE, la présence importante de sa mère au détriment de sa carrière et de sa vie sociale, mais ce dernier qui refuse néanmoins les accusations porter par l'association Vaincre l'autisme ou de camisole chimique...

Vaincre l'autisme qui annonce avoir lancé cette pétition destinée Marisol TOURAINE et Ségolène NEUVILLE, pour lutter contre l'absence de décision administrative qui aggrave selon elle « les risques et les dangers pour l'état de santé de Loïg ».

Beaucoup d'incohérence et d'incompréhension....

Nous avons d'un coté Loïg et un jeune garçon, qui a certes été champion en Alsace de course à pied a l'âge de 19 ans, musicien, scout, ayant acquis des compétences dans de nombreux domaines et au niveau social. Connu pour son sourire, et sa joie de vivre extraordinaire. Des acquis, qu'il a eus grâce aux moyens que sa mère s'est donnés pour se former, au détriment de sa carrière et de sa vie sociale.

Des avancés, qui si elles ne sont pas remises en cause par le Directeur de l'établissement, ce dernier rappel, que ce placement demandé par la mère pour une durée maximum de 90 jours a de l'être prolongé au vu de la situation familiale et du comportement du jeune Loig qui connaît depuis plusieurs semaines de graves crises.

Ce bouleversement de vie familiale et son placement à la demande de sa mère. Cette dernière qui aura a l'arrivée de son fils dans l'unité FAM PSY aura mis en garde le corps médical sur l'utilisation des psychotropes que son fils ne supporterait pas selon elle. Ce à quoi le Docteur répond à la maman de Loïg « qu'il est payé pour prescrire des médicaments, qu'il prescrira alors des médicaments, que ce n'est pas négociable ».

Interrogé au téléphone le Directeur de l'établissement ou se trouve le jeune garçon dit ne pas comprendre la réaction ni de l'association, ni de celle de la mère. Reconnaissant la phrase du médecin, « mais qu'il convient de placer dans son contexte ».

Précisant que si le « comportement ou l'évolution allez dans le sens d'une auto-destruction, s'arrache les cheveux c'est dans ce cadre de ce traitement que notre médecin c'est exprimé, maintenant il faut le rappeler si la mère n'est pas contente de la façon d'agir de l'établissement, ce lieu n'a rien d'une prison ».

L'association Vaincre l'autisme qui dans son communiqué affirmant notamment que ce dernier « ne reçoit pas de soins somatiques, ni de traitements pour ses blessures », des accusations quel refuse néanmoins d'apporter les preuves quelconques.

« L'incapacité des administrations a la bonne gestion des êtres vulnérables »

Une situation qui ne devrait plus durer puisque comme le rappel également l'association Vaincre l'autisme, la MDPH du Haut-Rhin a décidé une orientation en Alsace-Lorraine, spécialisée en matière de prise en charge des personnes autistes et des cas difficiles, se trouvant dans les Vosges (88).

Une situation actuellement refusée par l'ARS de Lorraine a titre dérogatoire nécessaire pour appliquer celle de la MDPH. « Il est inacceptable que l'administration reste silencieuse devant les souffrances que vit Loïg et devant la dégradation de son état de santé. Comme ses semblables, Loïg n'a pas de perspective de vie digne dans notre pays, seuls la camisole chimique et l'internement en hôpital psychiatrique sont envisagés », estime le président fondateur de Vaincre l'autisme, M'Hammed SAJIDI.

Daniel LE qui réaffirmer que « si les désirs de la mère étaient de voir partir son enfant dans les Vosges je m'opposerais pas a cette décision dans le rapport que je prépare actuellement pour l'ARS ainsi que l'excellent travaille effectué par l'équipe médicale ».

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir