Contenu principal

Message d'alerte

Des medecin manifestant en avril 2009La Confédération des syndicats médicaux français et le Syndicat des médecins libéraux annoncent mardi la poursuite de leur mouvement de protestation contre la "loi Santé". Un sentiment partagé par a Fédération nationale des Orthophonistes qui s’oppose également au projet de loi Santé et demande le rétablissement du principe de concertation préalable. Les médecins annoncent une manifestation contre la loi santé en mars à Paris avant le début de l'examen du projet de loi au Parlement. Des médecins en colère qui pour certains ont auguementé unilateralement le tarif de leurs consultations passant de 23 € à 25 € ce qui est bien evidemment illégale !

Présenté en octobre, qui prévoit notamment la généralisation du tiers payant, point sur lequel le gouvernement n'entend pas revenir. Une situation dont la FNO estime que cette obligation de tiers payant sans « s’assurer qu’entre mutuelles et professionnels de santé la garantie de paiement soit assurée tout en imposant aux professionnels de santé des conventionnements (dans quel cadre ?), avec des assureurs privés » n’est pas réaliste.

Des médecins et des syndicats professionnels (CSMF/SML/FNO) dénoncent un "passage en force" qui les amène, disent-ils, à prévoir d'autres actions après celles menées en fin d'année. Affirment que la ministre de la Santé, Marisol TOURAINE, a choisi une procédure d'urgence pour l'examen de son texte au Parlement

Dans son communiqué la FNO dénonce les principales mesures contenues dans ce projet de loi de Santé qui aurait pour effet notamment une remis en cause des conventions nationales entre les professionnels et l’Assurance maladie, conventions garantissant tarifs et prestations égales pour tous les patients sur l’ensemble du territoire. Ainsi que la fin programmée de la gestion du risque par la seule Assurance Maladie, dont l’indépendance assure une gestion du système de santé supérieure aux orientations politiques des gouvernements considérant la santé du patient comme une priorité.

De nouvelles actions de protestations…

Des actions dont "Celles-ci ont pour but d'accentuer la pression sur le gouvernement et les Caisses d'assurance maladie, mais aussi de démontrer que la mobilisation des médecins libéraux est plus forte que jamais", disent la CSMF et le SML dans un communiqué. Parmi ces actions de protestation seront organisées dans les régions à partir de lundi et jusqu'au samedi 31 janvier, une grève de la permanence des soins suivra le week-end des 31 janvier et 1er février, avant la manifestation de mars

Marisol TOURAINE riposte et maintien son texte

De son côté la ministre des Affaires sociales et de la Santé à annoncer la création de quatre groupes de travail afin de "faire évoluer le texte avant son passage" devant les députés et les sénateurs. Ces quatre groupes travailleront respectivement sur le tiers payant, l'organisation des soins de proximité, l'évolution de certaines compétences médicales, et enfin les liens entre médecins spécialistes, cliniques privées lucratives et service public hospitalier.

"Un premier retour est attendu mi-février. L'objectif est de parvenir, d'ici au débat parlementaire prévu début avril, à un texte de loi qui réponde aux inquiétudes exprimées au cours des dernières semaines", dit la ministre dans un communiqué.

Une concertation qui s’annonce difficile, dès lors que ce mouvement et les annonces des différents syndicats professionnels apparaissent comme une fin de non-recevoir opposée à la ministre

La FNO qui pour sa part annonce néanmoins quel « pourrait en est favorable à une réforme concertée de notre système de santé et sera, dans ce cadre, force de propositions en permettant aussi aux orthophonistes d’occuper la place qui leur revient ».

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir