Contenu principal

Message d'alerte

Affiche Handicap vie affective intimite et sexualite une journee pour en parlerAlors que l’APPAS venaient quelques jours auparavant de lancer une campagne visuelle sur l’accompagnement sexuel (v.article), le département du Finistère a organisé le 9 février dernier un grand forum intitulé « Handicap, vie affective, intimité et sexualité : une journée pour en parler ». Objectif, briser un sujet qui reste toujours tabou dans notre société celle de l’existence de la sexualité chez la personne en situation qu’il s’agisse d’une pratique hétérosexuelle ou homosexuelle.

Un succès dont peuvent se féliciter les organisateurs pour cet événement qui se voulait aussi d’une portée régionale et qui a fait salle comble et accueilli beaucoup plus de personnes que prévu ! Soit près de 1000 personnes et qui fait suite a la volonté exprimé du département dans le cadre du 4e schéma 2013-2018 « Vivre ensemble » comme le souligne Solange CREIGNOU, Vice-Présidente en charge des personnes âgées et handicapées, « la vie sexuelle est aussi l’un des moteurs de l’épanouissement des personnes en situation de handicap ».

Brisé les tabous sur une réalité bien présente...
Véritable sujet de société, la sexualité reste aujourd’hui encore pour les Français un sujet intime dont il ne parle que très peu et se montre extrêmement pudique au-delà d’une apparence parfois trompeuse. Une situation qui contraint les personnes handicapées soit difficile a vivre ou a pouvoir s’exprimer comme pour le handicap moteur ou le polyhandicap et dont certaine association comme l'APPAS demande la réconnaissance des aidants sexuelle sujet encore fortement polémique tant chez les spécialistes que dans le milieu politique.

À un sujet totalement tabou voir inimaginable d'une pratique sexuelle qui puisse être un moteur de plénitude et un droit pour les personnes handicapés mentaux. Un droit défini par l’ONU en 1975 et redéfinie en 2002 et dont la loi de 2005, garantie notamment le respect des projets de vie des personnes handicapées et a prendre en considération leurs besoins. Une reconnaissance de ces droits à l’intimité et de leur accès à une vie amoureuse et sexuelle en toute liberté, qui en 2017, se heurte pourtant encore à de nombreux écueils.

Des obstacles, souvent liés à la crainte...
Une pratique sexuelle souvent liée aussi a la peur, a la méconnaissance ou a la crainte comme celle liée aux conséquences d’une grossesse qui est exprimée tant chez les professionnelles du secteur médico-éducatif. L’autre blocage et celui lié aux violences sexuelles et pédophilies plus de quatre en 2016 dont les déficients mentaux sont souvent les premières victimes conduise surprotégé ces derniers contre le développement futur de celle-ci.

Mais aussi au sein des familles ou les parents, dont les grossesses sont encore très mal accompagnées tant par les institutions que par les associations encore peu présente sur des sujets quelle ont du mal aborder et qui pousse un avortement systématique dont les conséquences peuvent conduire a des situations dramatiques sous le seul prétexte que la mère ne sera pas capables d’élever son enfant.

Une sujet aborder parfaitement dans deux livres publiés aux éditions Erès en 2014 et qui prouvent que le sujet reste d’actualité comme celui de Corps à cœur de Yves JEANNE qui revient sur le sujet de l’intimité, Intimité, de l’amourUne conference anime par Lucie NAYAK Docteur en sociologie qui aura connu un grand succes avec pres de participants l apres midi, la sexualité et du handicap en donnant la parole aux personnes concernées et, plus précisément à celles qui, contraintes par leur déficience, vivent en milieu institutionnel. Mais aussi avec l’ouvrage de Jean-Luc LETELLIER, Leur sexualité n’est pas un handicap pour qui « Il n’existe pas une sexualité spécifique aux personnes en situation de handicap ou de vulnérabilité (...) Leur vie affective et sexuelle pose, dans notre pays, un problème de maltraitance généralisé. Une maltraitance active ou « en creux » surtout quand ces personnes doivent vivre en institutions.

Quatre objectifs pour le département...
Une notion dont la « La vie affective, l’intimité, la sexualité, la parentalité doivent avoir leur place dans ces projets » pour la Présidente du Conseil départemental, Nathalie SARRABEZOLLES qui regrette que ces sujets, « souvent tabous, parfois incompris, constituent aujourd’hui encore des réalités qui déroutent, générant une éviction de ces questions et, par manque d’information, une potentielle mise en danger des personnes ».

Des raisons dont a souhaité répondre le département avec quatre objectif prioritaires, celui de développer des outils d'information à destination des adultes en situation de handicap, inscrire la vie affective et sexuelle dans le projet collectif en veillant a prendre soin d'y associer les établissements et les familles enfin de structurer un réseau dynamique autour de ce thème.

Un forum en deux temps...
Une manifestation qui aura lieu en deux temps avec dans la matinée cette journée aura accueilli le matin les professionnelles et ceux du secteur associatif aura eu pour finalité de favoriser la connaissance par toutes et tous des ressources existantes sur cette thématique et de créer un espace d’échanges libres autour de la question. Avec lors de cette matinée la présence d’atelier participatif, la possibilité d’échange entre professionnels, mais aussi la présentation par la Présidente du département de la nouvelle plate-forme collaborative partenariale développée par le Conseil départemental.

L’après-midi aura-t-elle permis d’accueillir une conférence animée par Lucie NAYAK, Docteur en sociologie, dont le nombre de participants en situation de handicap aura prouvé le réel intérêt sur la question. Une conférence intitulée Handicap et sexualité : d’un enjeu de société aux réalités vécues. Comment déconstruire les préjugés ? Quels obstacles ? Quelles difficultés ? Quels droits ? Une conférence que vous pouvez revoir ou voir ici ou encore télécharger l’intégralité des actes écrits disponibles en version PDF.

Une plate-forme d’échange...
À l’heure du numérique le Finistère a voulu ce servir de celui-ci afin de développé un outil « d’information imaginé par les pro¬fessionnels du handicap et de la vie affective et sexuelle ». Un outil précise le Conseil départemental qui aura pour « vocation de permettre aux professionnels qui en feront la demande d’accéder aux informations recensées » et permettre ainsi aux « professionnels adhérents pourront d’enrichir cette plate-forme au fur et à mesure ». Une qui peut être faite en envoyant un mail pour bénéficier d'un code d'accès individuel à l'adresse suivante Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Stéphane LAGOUTIERE

Source : CD du Finistère

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir