Contenu principal

Message d'alerte

Deuxieme édition de ce village Cap sur la santé mentale a ParisPendant trois jours du 14 au 16 mai prochain la Fondation FALRET investira le Parvis de La Défense en déployant son opération Cap sur la Santé Mentale intitulée d’une bulle à l’autre pour un autre regard. Une seconde édition qui fait suite à celle de 2016 et qui aura pour objectif une nouvelle fois d’informer et de sensibiliser la société sur un problème de santé qui qui concerne plus d’1 Français sur 5 selon les chiffres de l’OMS. Un événement parrainé par les comédiens Lorànt DEUTSCH et son épouse, Marie-Julie BAUP et l’intervention de près de 60 intervenants pour contribuer à changer les regards sur un sujet de santé et de société et qui nous concerne tous et a tous les niveaux, elle est ainsi la 2e cause d’arrêt de travail.

Un village de 1000 m² a la défense…
Comment faire évoluer les représentations en matière de santé mentale ? Tout simplement en commençant par en parler. Situé en plein Paris, ce village accueillera notamment un dôme de près de 300 m² dédiés aux conférences et animations entre des experts des professionnels de l’accompagnement, des psychiatres, des malades, des familles aidantes, des entreprises. « Une bulle » ou les visiteurs pourront dialoguer et échanger sur les enjeux de la santé mentale et la réalité des troubles psychiques, au travers de de différents ateliers et animations. Une bulle qui se veut aussi le « symbole de l’isolement dû aux préjugés dans lesquels se trouvent les personnes touchées par les problèmes de santé mentale »

À l’occasion de cette manifestation, la Fondation dévoilera son programme novateur «Clefs d’Actions en Santé Mentale» réalisé sur plus de 2 ans pour qualifier les perceptions des Français en matière de santé mentale et de stigmatisation en vue de dégager des clefs d’actions pour améliorer les conditions de vie des personnes concernées par une fragilité psychique.
Changer le regard sur la santé mentale…

Les maladies mentales seront la première cause mondiale de handicap dès 2020 » et pourraient concerner près 25% des Français au cours de leur vie. Un constat alarmant qui a incité la fondation a cet événement de sensibilisation grand public en allant à la rencontre des Français et des entreprises. Dépressions, troubles bipolaires, troubles alimentaires, schizophrénies, TOC… autant de maladies qui effraient et qui restent taboues et qui cinq des dix pathologies les plus préoccupantes concernent la psychiatrie selon l’OMS. Au cours de la vie professionnelle, les risques de dépression, burn-out et suicide sont également de plus en plus prégnants.

Comme le montrent de nombreux «faits divers » chaque jour, environ 20% des enfants et des adolescents dans le monde présentent des troubles ou des problèmes mentaux. Dans la moitié des cas, les troubles mentaux se déclarent avant l’âge de 14 ans toujours selon l’OMS. Le programme Clefs d’Actions en Santé Mentale de la Fondation à lui estimée en mars 2018 que 53% des Français pensent régulièrement à leur santé mentale, contre 73% pour leur santé physique.

Santé mentale au travail…Le tabou persiste…
Des entreprises qui pendant de longues années ont fermé les yeux, les suicides au sein de certaines d’entre elles, provoquant parfois un large émoi chez les salariés et les Français. Malgré certaines tentatives politiques les réponses restent faibles. Un tabou qui reste présent et pour lequel

Ce sont ainsi près de 8 % de salariés, soit trois millions de personnes, qui sont victimes au cours de leur carrière d’un problème lié à leur santé mentale (burnout, troubles anxieux, dépressions). Un problème de santé qui représente la première cause d’invalidité chez les salariés et la deuxième cause d’arrêt de travail dans notre pays, en 2017, se sont ainsi 2,2 millions d’arrêts de travail liés à une situation de fragilité psychique qui ont été recensés(1).

Les événements sont nombreux (deuil, divorce, chômage, accidents de la vie, prise en charge d’un tiers…), peuvent également fragiliser ponctuellement ou durablement des salariés. L’entreprise a donc un rôle à jouer dans l’accompagnement et l’écoute des salariés en souffrance comme employeur, mais aussi comme acteur social. Pourtant, la prise en charge en interne de ces situations est souvent difficile par manque d’information et méconnaissance des relais d’accompagnement. Mais aussi, soyons réaliste par un manque d’obligation législatif laissant cette politique au choix et à la seule volonté de l’entreprise.

La 3e journée de l’opération Cap sur la Santé Mentale sera exclusivement dédiée à ce sujet, et permettra de croiser les regards d’experts, de dirigeants d’entreprises ou encore de salariés concernés par la souffrance en milieu professionnel.

La Défense, carrefour des publics…
Situé au cœur du premier quartier d’affaires européen le choix par la Fondation est stratégique notamment pour affirmer de l’importance de la santé mentale dans la vie personnelle professionnelle. Mais aussi celle de sensibiliser sur la fragilité psychique et sur l’impact des symptômes dans nos vies sociales lorsque tout bascule. Le parvis de la défense est un lieu unique où 500 000 personnes transitent chaque jour réunissant les salariés d’entreprises mais aussi le grand public. Une manifestation qui sera ouverte au public en libre accès et gratuit, les 3 journées de cet évènement vous accueillent entre 11h30 et 19h30, les 14, 15 et 16 mai 2018.

De nombreux soutiens mobilisés…
Lorànt DEUTSCH et son épouse, Marie-Julie BAUP, parrain de cette édition 2018. De nombreuses personnalités publiques et politiques ainsi que la région Île-de-France soutiennent cette initiative qui vise à changer les perceptions sur un sujet aujourd’hui encore tabou. Pour Marie-Julie BAUP, « Sœur, nièce, cousine et amie de personnes touchées par la souffrance psychique, petite fille, nièce, sœur et cousine de psychiatres, le combat de FALRET fait depuis toujours partie de ma vie et des préoccupations de mes proches ». Aujourd’hui, devenue, mère elle dit réalisé combien soutenir cette cause « prend encore davantage de sens (…) je veux contribuer ainsi avec la Fondation à écarter tous les préjugés qui conduisent à une discrimination des personnes en situation de handicap psychique et de leurs proches.».

Trois axes de travail…
Créée le 2 mai 2013, la Fondation FALRET, a pour objectif d’élargir l’action de l’association Oeuvre FALRET s’adressant au grand public pour améliorer le sort des personnes en souffrance psychique. La fondation qui s’est fixé trois axes celle de l’information et la sensibilisation du public en santé mentale pour contribuer à changer les regards sur les personnes en souffrance psychique. Mais aussi le développement de la recherche-action en santé mentale pour améliorer les pratiques de l’accompagnement et favoriser l’accueil dans la société des personnes fragiles. Ainsi, que le soutien à l’innovation dans les dispositifs d’accompagnement des personnes en fragilité psychique.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources : Fondation FALRET

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir