Contenu principal

Message d'alerte

Handicafe pour les personnes handicapees visuelles et auditives par la FEDEEH StandÀ l’occasion de ce premier handicafé dédié aux personnes souffrant d’un handicap visuel ou auditif, qui s’est tenu ce jeudi 23 avril 2015 dans les salons de l’Hôtel de Ville de la Mairie de Paris, 20 candidats ont pu ainsi échanger avec une dizaine de recruteurs afin de pouvoir trouver un stage, cdd ou cdi. Face à un chômage élevé, la Fédération étudiante pour une dynamique études et emploi avec un handicap (Fedeeh) espère ainsi faire changer les mentalités sur le handicap dans le monde du travail. Un chomage qui poursuit sa progression depuis plusieurs années...et plus de 23 %

« Il y a u politique d’ensemble à mener qui passe par des mesures législatives. Encore une fois, ce sont nos approches qu’il faut changer car c’est le monde des employeurs qui doit comprendre que les personnes handicapées doivent pouvoir accéder comme tous les autres. Toutes les lignes de politique qui permettent de renforcer le principe d’égalité sont bonnes. C’est pour cette raison qu’il faut multiplier les rencontres entre les employeurs et les personnes en situation de handicap », a expliqué l’Adjoint à la maire de Paris en charge du Handicap et de la Santé, Bernard JOMIER 

C’est pour cette raison que la Fédération étudiante pour une dynamique étdes et emploi avec un handicap (Fedeeh), sera, pour la première fois dans les salons de l’Hôtel de Ville de la Mairie de Paris, pour organiser ce handicafé dédié aux déficients visuels et auditifs. L’objectif est vraiment de mettre en relation des entreprises et des personnes en situation de handicap.

Sophia : « C’est le cinquième ou sixième salon où je vais. Et pour l’instant, cela ne donne rien. » 

« J’espère que ce handicafé va rencontrer un vif succès où les candidats trouveront un stage ou un contrat. Après certaines ne trouveront rien mais c’est important pour eux de venir à ce genre de forum afin de renforcer leur confiance en soi. Par la suite, ils pourront se présenter à des entretiens d’embauches ou de pouvoir envoyer des cv », nous a confié le président de la Fedeeh, Adrien LEMERCIER.

Pour ces personnes qui espèrent tant décrocher un emploi, c’est souvent difficile à le concrétiser. Comme le souligne Sophia, une jeune femme non-voyante : « Trouver un emploi, c’est le parcours du combattant. Lorsqu’on fait nos démarches seules, on n’a aucune chance devant un recruteur car le handicap est un vrai frein à l’accès des personnes handicapées. Après, je suis blasée car c’est le cinquième ou sixième salon où je vais. Et pour l’instant, cela ne donne rien ».

Matthias : « Je cherche un autre travail »

Mais alors pourquoi elle n’arrive pas à trouver son bonheur. Peut-être son profil ne correspond pas aux offres. « J’ai rencontré quelques candidats et Handicafe pour les personnes handicapees visuelles et auditives par la FEDEEHcertains répondent déjà à nos offres. Après, pour ceux dont on ne peut rien leur proposer, on garde les cv dans notre CVtèque afin que les recruteurs et nos ressources humaines puissent y avoir accès rapidement », a rappelé la chargée de mission handicap de la société Solvay, Mélanie LIOTHAUD.

Si certains arriveront à trouver un petit quelque chose, Matthias, un jeune homme sourd, veut changer d’emploi. « J’aimerais avoir un poste mieux adapté car aujourd’hui, je bosse chez Apple à Opéra. Bien évidemment, la plus grande difficulté, c’est d’évoluer au sein d’une société. C’est pour cette raison que je cherche un autre travail ». Peut-être que son profil va plaire aux entreprises.

Dorothée : « Une entreprise est prête à me proposer un contrat » 

« Cela permet d’alimenter notre vivier par rapport aux candidatures que l’on peut avoir sur ce salon. Notre objectif est de proposer à nos sociétés, des personnes en situation de handicap afin de les intégrer dans la vie professionnelle. Par la suite, on les accompagne ans leur prise de poste. Bien évidemment, le Groupe Vinci est très sensible à cette problématique », a avoué la chargée de mission chez Vinci, Leslie BOULU-GAUTHIER.

Il faut donc continuer à persévérer pour trouver un emploi. Comme le rappelle Dorothée, jeune diplômée non-voyante en BTS relation clientèle : « J’ai eu un retour positif puisqu’une entreprise est prête à me proposer un contrat. C’était important de discuter en réel avec un recruteur ». Reste maintenant à savoir si tous les candidats auront trouvé un stage, un cdd ou un cdi.

Par Romain BEAUVAIS

« 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir