Contenu principal

Message d'alerte

Presentation du rapport sur l emploi des personnes autistes par Josef SCHOVANEC a Segolene NEUVILLEQuelques jours après la mobilisation du comédien et écrivain autiste, Hugo HORIOT qui aura annoncé sa candidature a la présidence de la république sur les réseaux sociaux. Josef SCHOVANEC, philosophe et écrivain, lui aussi autiste asperger à présenté les grandes lignes de son rapport sur l’inclusion à l’emploi des personnes autistes et à l’accès a l’enseignement supérieur à la Secrétaire d’État en charge du handicap, Ségolène NEUVILLE ce 16 mars lors d’une Viso conférence depuis la Nouvelle-Zélande ou ce dernier se trouve actuellement.

Un rapport qu’avait commandé la Secrétaire d’État, à l’occasion de la Conférence nationale du handicap (CNH) en mai 2016 avec l’objectif selon elle de permettre de nourrir la réflexion du 4e plan Autisme qui démarrera au 1er janvier 2018. Des plans qui successif dont le succès est resté très relatif, certains même ayant été comme le 2e un véritable échec...

Lors de l’une d’interventions Ségolène NEUVILLE a souhaité que « Ce rapport, très attendu par les personnes autistes et leur famille, permettra de poser, je l’espère, les bases d’une société plus ouverte sur l’emploi des personnes autistes. L’accès à l’emploi est en effet déterminant, car l’intégration professionnelle est l’une des clés de la confiance en soi et de l’émancipation ». Insistant également sur « la nécessité, que tous les ministères participent à la conception du 4e plan autisme, pour y être ensuite pleinement impliqués dans la mise en œuvre ».

Une série de recommandations pour mettre fin à l’exclusion...
Après une introduction d'Étienne PETITMENGIN du Comité interministériel du Handicap, Josef SCHOVANEC a évoqué de multiples initiatives locales ainsi que des modèles fonctionnant à l’étranger, qu’il appelle à adapter au système français. Le jeune docteur en philosophie, avec un premier constat : « la non-valorisation de l'apport passé et actuel des personnes autistes à l'économie », déplore-t-il.

Dans ce document de 76 pages, l'auteur a présenté la dizaine recommandations dans lesquels les autistes pourraient plus facilement s'insérer et s'épanouir. S’articulent notamment autour de cinq axes principaux. Avec en premier lieu celle combattre les représentations négatives de l’autisme. La seconde et la troisième étant de faciliter l’inclusion professionnelle des personnes autistes, et celle d’adapter et de réformer les stages et la formation professionnelle dont il reconnaîtra lors de la conférence n’avoir jamais « réussi à trouver d'emploi ou de stage par mes propres moyens » mais a la seule « faveur du prince ».

Un accès a l’emploi qui ne peut se faire qu’avec un acquis des connaissances et des diplômes pour lequel il appel à simplifier l’accès aux études secondaires et supérieures souhaitant la «Création un pôle universitaire spécialisé ». Enfin celle de la création un centre national dédié à la connaissance de l’autisme et de ses spécificités. Insistant sur l’importance de faire oeuvrer « ensemble les associations spécialisées dans l'autisme et celles oeuvrant dans le champ du handicap, surmonter la méfiance bilatérale ».

Des exemples à suivre...
Dans son rapport, Josef SCHOVANEC évoque de multiples initiatives réalisées à l’étranger, qu’il appelle à adapter au système français. Comme celui réalisé par l’armée israélienne « qui a joué un rôle pionnier » dans leurs inclusions professionnelles au sein de la société. Comme celui par exemple d’une unité d'élite du renseignement, l’« Unit 9900 », Tsahal recrute et forme de jeunes autistes à des postes stratégiques. Leur mission : analyser une multitude de données cartographiques selon le journal time of Israël. Il serait aussi longuement revenu sur plusieurs exemples Canada et les différences de pratiques.

Visites médicales « Parcours du combattant »...
Isabelle RADIER, du Comité consultatif national des Autistes en France, qui aura abordé la question du rôle de la Médecine du Travail, dans le privé comme dans le public. Josef SCHOVANEC, qui avouera « toujours pu éviter les rendez-vous avec le médecin du travail ! ». Reconnaissant, le parcours du combattant, sur l'emploi comme sur le bridage professionnel : et pourtant l'autisme ne signifie pas incapacité professionnelle. Il faudrait envisager que cet entretien médical se fasse avec une personne ressource. S’interrogeant également sur les incidences de la loi travail.

L’auteur du rapport qui reviendra également sur les difficultés qu'ont beaucoup de personnes autistes à utiliser le téléphone, et de « ne pas obliger à prendre un rendez-vous par téléphone, par exemple ». A Pôle Emploi, elles semblent perçues comme une « population incompréhensible, ingérable et in fine sans solution », constate M. SCHOVANEC.

Quelles professions pour les personnes autistes ?...
L’auteur qui dans son rapport ci plusieurs métiers pouvant notamment offrir des perspectives d’emploi pour les personnes autistes. M. SCHOVANEC identifie une dizaine de secteurs d’activité comme les professions techniques liées à l’armée et/ou aux forces de l’ordre, ceux liés au métier de la traduction ou a la rédaction de texte ou encore aux animaux, à l’Art et artisanat, le travail en bibliothèque ou encore l'informatique. Les Métiers de la restauration. Revenant enfin dans son rapport en détaillent notamment sur la création d’entreprises et le réservoir de compétences, et le Télétravail. Pour Josef SCHOVANEC, la thérapie la plus puissante est un cadre de vie correct. Quand on est dépourvu de revenu, de toit, de tout ce qui constitue la dignité humaine...elle ne peut être possible !

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources : Ministre des Affaires Sociale / Archives

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir