Contenu principal

Message d'alerte

Logo du salon Job pour tous avec en focus cette année et pendant trois semaine l’alternanceAlors que le gouvernement et sa secrétaire d’État présentera prochainement une réforme sur l’emploi des travailleurs handicapés, le chômage lui et c’est une certitude ne cesse de progresser et atteint aujourd’hui près de 23 %. Organisé par Hanploi CED et Cheops, le réseau national des caps Emploi-Sameth du 22 mai au 8 juin prochain, celle-ci lance la 2e edition du salon virtuel handicap et emploi sur le thème « Job pour tous & alternance » avec en 2018 un focus sur l’alternance. Avec l’objectif une fois de plus me diriez-vous de dynamiser l’emploi des travailleurs handicapés dans les régions. Un salon qui cette année se déroulera pour la première fois sur 3 semaines !

Un public toujours aussi concerné…
Avec plus de 550 000 demandeurs d’emploi en situation de handicap en France, ce public reste et demeure toujours particulièrement touché par le chômage. Un public dans lequel certains comme les déficients intellectuels ou auditifs mais aussi les seniors restent en tête du peloton. Des chiffres ne cessant de progresser et pour lequel on peut se demander comment cela reste possible. Car si aujourd’hui les grandes entreprises du CAC 40 ont véritablement mis en œuvre une politique d’emploi ainsi que des missions handicap. Cette situation est loin d’être le cas au sein des petites et moyennes entreprises, dont certaines préfèrent encore, pour diverses raisons, être contraintes à la contribution auprès de l’Agefiph.

Pratique, simple et efficace, “Job pour tous” ?
« Job pour tous » est certainement un outil simple, pratique et de surcroît en ligne permettant de fête de reproduire le fonctionnement d’un salon de recrutement sans que les candidats et les recruteurs n’aient besoin de se déplacer. Une virtualité qui permet en effet aux entretiens d’être effectués par visioconférence, chat ou encore par téléphone. Un aspect pratique qui comme le prouve la première édition avait rassemblé 160 entreprises ainsi que la présence d’acteurs de l’insertion au niveau des régions avait permis un certain succès. Ainsi, si pour Olivier de ISS France en charge du recrutement pour son entreprise lors de l’édition 2017, il trouve « cet événement très novateur et m’a permis de faire gagner du temps dans la recherche de mes candidatures. C’est aussi pour moi une autre façon de montrer l’intérêt opérationnel du réseau Cap emploi ».
Pour Marc et Caroline, travailleurs handicapés que nous avons interrogés, cette manifestation lui aura permis « d’ouvrir des portes et de faire des connaissances », mais n’aura pas permis véritablement de « trouver une réponse à la recherche d’emploi ». Les causes pour le premier sa surdité auquel il c’est vu répondre que son souhait de travailler dans le commerce « était impossible ». Pour Caroline au-delà de son handicap, c’est son âge qui aura été, semble-t-il le véritable frein à son emploi. Ces salons restent donc nécessaires, mais loin d’être une solution réelle pour permettre à des travailleurs handicapés de trouver un emploi dans les secteurs qu’ils désirent.

Des PME particulièrement concernées…
Le salon qui souhaite notamment par son action essayée de convaincre ces petites et moyennes entreprises, dont près d’un quart n’emploient pas toujours de personnes en situation de handicap, le reste se situant a moins de 4 %. Un salon qui sera donc gratuit pour ces PME de moins de 250 salariés.

Pour cela, l’AGEFIPH, le FIPHFP, l'OETH et l'UNEA notamment ont apporté leur soutient. Auquel s’ajoutent différents acteurs institutionnels engagés en faveur de l'intégration professionnelle des personnes en situation de handicap. Avec l’objectif d’apporter un nouveau dynamiser l'emploi au niveau local en séduisant des employeurs qui jusqu'alors étaient peu visibles sur ce type de salon. « Une initiative qui devrait de nouveau dynamiser l’emploi au niveau local en séduisant des employeurs qui jusqu’alors étaient peu visibles sur ce type de salon » selon les organisateurs. Vous êtes un recruteur Inscrivez-vous pour participer à la prochaine édition.

L’alternance : « l’un des meilleurs tremplins »
Si l’apprentissage comme la formation reste un vrai le moteur de l’inclusion, celle-ci demeure principal vrai pour les jeunes notamment ou les personnes en situation de handicap peu qualifié. Un moteur pour lequel tous les acteurs du recrutement qu’il s’agisse des associations, mais aussi des syndicats ou du patronat comme l’un des meilleurs tremplins pour l’emploi. L’alternance qu’il est vrai représente tant une opportunité pour l’employeur qui peut former des candidats en accord avec leur métier, mais aussi de détecter des potentiels. Mais aussi pour le salarié de pouvoir bénéficier souvent pour la première fois d’un contrat et d’une meilleure connaissance d’un métier.

Ainsi, comme le rappelle Franck SEURIN que « plus de la moitié des personnes en situation de handicap ayant suivi une formation en alternance ont été embauchés en moyenne 12 mois après la fin de leur contrat ». Une période donc importante pour ce salon alors qu’à cette période de l’année les employeurs préparants déjà la rentrée 2018. « Il était donc cohérent de proposer une édition avec un zoom sur l’alternance qui au-delà de répondre aux besoins de recrutement, reste une véritable clé d’entrée vers l’emploi pour les travailleurs en situation de handicap », précise Franke SEURIN
L’alternance présente aussi une vraie opportunité pour les employeurs qui peuvent ainsi former des candidats en accord avec leurs métiers. Ce type de contrat est de surcroît une façon judicieuse de détecter des potentiels.

Une solution de matching pour sécuriser les recrutements
“Job pour Tous & Alternance” réintègre une solution de matching proposant aux candidats inscrits, de répondre à un questionnaire pour leur permettre d’identifier leur potentiel et de déterminer les métiers et les organisations dans lesquels ils pourront réussir. Pour les recruteurs, la solution de matching élaborée par un spécialiste de l’évaluation RH, a été conçue pour gagner du temps et surtout fiabiliser leurs recrutements, en allant au-delà du CV.

Stéphane LAGOUTIERE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir