Contenu principal

Message d'alerte

Facade du magasin Conforama situe 15 Rue Robert Turgot a Niort en Aout 2016« enfermée et retenue dans un local exigu » par son supérieur. Ce sont les faits que vient de dénoncer Nadine en situation de handicap, âgé de 40 ans et employé du magasin Conforama de Niort, soutenu par le Fédération CGT Commerce et Service de Montreuil. Des faits qui selon les deux communiqués de la CGT se sont déroulés le 25 février dernier afin de lui « soustraire son carnet, sur lequel elle consignait ses notes personnelles et privées en lien avec la dégradation de ses conditions de travail depuis 2013 ». La CGT qui appelé a venir soutenir l’employée dans le cadre d’une manifestation prévue le 15 mars prochain à 9h.

L equipe de handibasket de Strasbourg de l ASHPA ici en juin 2015 a BesanconEt une de plus me direz-vous ? Mais aussi et surtout quelle image pour l’image du transport ferroviaire allemand et français. Une expérience qui confirme que cette discrimination se poursuit bel et bien et n’a pas de frontière même si l'histoire se finit pour les sportifs. Ainsi le 4 mars dernier l’équipe de Basket handisport de l’association ASHPA qui devait se rendre à Match en Ile-de-France, aura failli être refoulé par le contrôleur allemand de la Deutsche Bahn (ICE) estimant le nombre de fauteuils trop important dans la rame.

Droit a l oubli pour le VIH  Alors qu’il a lance une pétition sur le sujet Actions Traitement et c’est responsable ce sont félicité dans un communiqué de la décision prise lors de la dernière commission de suivi de la convention AERAS d’intégrer enfin le VIH dans sa « grille de référence ». Un premier pas vers l’accès au droit à l’oubli qui se double néanmoins d’une grande déception pour Actions Traitements : en effet, le VIH n’est aujourd’hui inscrit qu’en partie 2 du document.

Jacques TOUBON Defenseur des droits dans ses nouveaux locaux place de Fontenoy dans le 7e arrondissement presentant le rapport d activite 2016 ce 23 fevrier 2017C’est dans les nouveaux locaux dans le 7e arrondissement de Paris, que Jacques TOUBON, défenseur des droits aura présenté a la presse le rapport annuel 2016, son troisième depuis sa nomination en juillet 2014. Un défenseur qui s’il se félicite de certaines avancées ou prise en compte de ces avis. Ce dernier ne dissimulant pourtant ces nombreuses inquiétudes avec un « accès au droit qui a tendance à reculer dans notre pays » pour les plus vénérables et des discriminations encore beaucoup trop nombreuses. L’augmentation des réclamations étant de 8,8 % sur l’année 2016 soit 17,9 % depuis 2014

Le camsp de courbevoie dans le departement des Haut de SeineSituation incroyable, mais pourtant bien réelle, auquel se trouve des parents d’enfant présentant des troubles, pathologies ou des handicaps qui dans certains départements se trouve confronté a une double peine et contrainte de saisir le défenseur des droits. Celle l’impossibilité de prise en charge de leur enfant par les Camsp faute de place et du refus de l'autre de certaine caisse primaire d'assurance maladie de rembourser des soins réalisés en secteur libéral. Une situation dénoncée dans une alerte lancée dans la presse par l’ANECAMSP et sa présidente Geneviève LAURENT.

Une urne de vote avec un dessin et un criant le vote est obligatoire le saut a la perche aussi (Illustration) © DR 2017 Après avoir rappelé l’obligation d’accès au droit de voté des personnes en situation de handicap psychique, le Défenseur des droits, Jacques TOUBON, qui présentera son rapport annuel le 23 février prochain vient d’annoncer avoir écrit au candidat à la présidentielle. Un rappel dans lequel il leur demande de veiller aux personnes handicapées d'exercer leur droit de vote et notamment en particulier dans le domaine de l’accessibilité. Une exigence d’accessibilité que la Commission nationale des Droits de l’homme avait exprimée le 26 janvier 216.

Une Ordonnance medicalA la demande de trois associations le CISS, la FNARS et Médecins du monde à saisir le défenseur des droits en décembre 2016. Ce dernier qui vient d’annoncer avoir ouvert plusieurs enquêtes sur plusieurs cas de médecins signalant sur deux sites internet de rendez-vous médicaux, leurs refus de prise en charge les bénéficiaires de la CMU ou de l'AME. Une discrimination manifeste selon association qui rappel que la loi précisant « Aucune personne ne peut faire l'objet de discriminations dans l'accès à la prévention ou aux soins ».