Contenu principal

Message d'alerte

Laura Julia FIQUET et son filsAlors que le Ministère de l’Éducation nationale ne cesse de lancée des campagnes pour l’aide a l’inclusion des enfants autisme notamment dans le système scolaire, le chemin semble encore long. Preuve avec le 21 juin 2016, lors de la sortie de l’école de Louvigny, près de Caen (Calvados), la mère d’un enfant autiste de cinq ans Laura-Julia FIQUET apprend que son fils ne pourra pas se rendre à une sortie scolaire au zoo de Champrépus (Manche), prévue le 24 juin 2016. Pour elle, pas de doute : c’est à cause de son handicap que son enfant aurait été privé de cette sortie.

Une discrimination selon elle et dépose plainte
Une mère qui estime semble-t-il à juste titre que son enfant a été privé d'une sortie scolaire dans un zoo du Calvados, à cause de son handicap. Cette mère qui selon certaines sources judiciaires a porté plainte le 22 juin 2016, après l’appel avec le directeur de l’école. Cette femme résidant à Louvigny a porté plainte auprès du commissariat contre l’Éducation nationale pour « discrimination et manquement aux obligations de scolarité »,

La mère qui a alors détaillé de façon précise son compte Facebook, comment c’est dérouler l’annonce de ce refus. Ainsi « Mardi après-midi, je suis allé chercher mon fils après son unique heure d’école », témoigne la mère sur Facebook. « La maîtresse m’annonce que jeudi, il ne pourra pas venir à l’école (il y va deux heures chaque jeudi matin). Je lui en demande la raison. Elle me répond qu’il y a la sortie scolaire. Je n’étais pas au courant de cette sortie. Choqué par la nouvelle, je suis rentré chez moi avec Johan ».

Ajoutant que des le mercredi, Johan n’est pas scolarisé. « J’ai donc téléphoné à 11 h directement au directeur de l’école pour lui demander de m’expliquer ce qu’est cette sortie scolaire, dont on ne m’avait informé d’aucune façon. Ni oralement, ni au travers de son cahier de liaison. Il m’annonce que c’est une sortie prévue au zoo de Champrépus. Je lui ai demandé si toute l’école s’y rendait et il m’a dit que oui. Immédiatement, je me suis proposée accompagnante pour Johan et j’ai proposé de venir au zoo les rejoindre par mes propres moyens. Il me dit que ce n’est pas possible, que tout ce que je peux faire c’est venir “à titre personnel” au zoo avec Johan, car il n’y a pas l’assistance nécessaire. » Conclut-elle en colère !

Silence total côté de l’académie
Contacté par notre journal l’académie de Caen à elle semble-t-il privilégier le silence absolu dans cette affaire, précisant simplement la compétence de l’équipe, préférant plaider pour un malentendu « et la difficulté pour cet enfant de supporter un trajet de plus d’une heure de, car avec les autres élèves ».

Des enseignants qui a l’annonce de ces faits sont venus soutenir la mère comme Jeremy Gibson lui-même professeur et qui se dit « proprement scandalisé par l'attitude de ces pseudo profs qui exclu pour raison de confort un enfant autiste. J'ai eu des élèves autistes dans mes classes. Oui ils demandent une attention particulière. Mais ils ont les mêmes droits que chacun ». N’hésitant a pas souligné selon lui que « L'attitude de ce directeur d'école et des enseignants est inqualifiable. Indigne de notre métier. Va à l'encontre de l'égalité des chances prônée par le ministère. À l'encontre des compétences professionnelles des enseignants. Et bien plus que cela. À l'encontre d'un enfant qui a les mêmes droits que les autres. C'est une atteinte profonde au fondement de notre métier : nos élèves eux-mêmes ».

Une thèse que refuse la mère qui affirme de son côté avoir bien l’intention de faire condamner l’État dans cette affaire, pour mon fils, pour son droit fondamental d’être traité à égalité avec les autres enfants », poursuit la mère de l’enfant sur Facebook. « C’est bien du fait de son handicap qu’il n’a pas été convié à cette sortie au zoo. J’estime qu’il avait autant le droit d’aller à cette sortie scolaire que tous les autres enfants. »

Elle créé l’Union des Mamans d'Enfants handicapés
Simple, mais efficace, cela va faire 2 années que j'administre le groupe Facebook de l'Union des Mamans d'Enfants handicapés (UMEH). Un groupe devenu association en 2014 dans le but premier de former un réseau social réunissant les femmes ayant pour point commun d'être la mère d'un enfant handicapé. « A ce jour, nous sommes fortes de 2600 membres », affirme fermement Laura-Julia FIQUET.

L'UMEH qui est devenu rapidement « un formidable lieu d'écoute, de partage et d'entraide, accessible à tout moment, 7 jours sur 7. Mais elle est aussi devenue un exutoire. Exutoire d'une forme de violence morale que l'Éducation nationale inflige à de nombreux enfants handicapés et à leurs familles. J'ai assisté à de maintes reprises à des témoignages de situations d'exclusions de la vie scolaire vécues par des enfants en raison de leur handicap » ajoute-t-elle.

Une femme qui aura reçu ces dernières heures des centaines de nouveaux témoignages de parents d'enfants handicapés eux aussi victimes d'exclusions scolaires, y compris dans le cadre des sorties scolaires, mais aussi des témoignages d'AVS qui admettent des dérives dans le cadre de leurs fonctions.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir