Contenu principal

Message d'alerte

Logo Non a la discriminationSi le droit a parlé comme s’en félicité l’APAJH dans un communiqué, le cas et l’exclusion de la jeune Amélie et qui a pu réintégrer ses cours en classe préparatoire littéraires dans au lycée Molière a Paris (v.article). La possibilité d’une telle situation et l’acharnement de la direction a envoyé cette élève dans un autre lycée, reste une preuve véritable que l’inclusion des enfants en situation de handicap reste et demeure un combat. Un combat comme le rappelle l’APAJH « que la vigilance et un regard citoyen éclairé doivent rester de mise pour que la pleine citoyenneté des personnes en situation de handicap soit respectée. Halte et honte aux démarches d’exclusion ! ».

Un droit totalement bafoué pour des milliers d’enfants...
L’école pour tous reste donc force de constaté une utopie, alors même que celle est pourtant inscrite dans les obligations de la République. Une situation que l’association juge « inacceptable, en 2016, d’avoir à se battre pour permettre à une étudiante d’accéder à son établissement au motif que ce dernier n’accueillerait pas d’élèves en situation de handicap ». Tout en saluant la mobilisation citoyenne des lycéens.

Pour le président de la Fédération des Associations pour Adultes et Jeunes Handicapés, Jean-Louis GARCIA, celui-ci souligne son agacement en tant qu’instituteur retraité, citoyen engagé et bénévole qu’« Au-delà de l’histoire d’Amélie, c’est le parcours de chaque élève en situation de handicap qu’il faut soutenir. L’APAJH soutient l’accès à l’école pour tous, avec tous, pour que la différence ne soit pas un frein, mais une richesse véritable. Des stigmatisations, des exclusions de cette nature sont indignes de notre République ».

« Une grève qui était notre seul ressort et nous nous y sommes engagés à l’unanimité», avait quelque jours plus tôt Maximilien HERVEAU, camarade de classe de la jeune fille. «Amélie a le droit de suivre sa scolarité parmi nous. »Justice pour une Amelie accroche sur le pull d un eleve du lycee moliere Lundi après-midi, lors du premier jour de grève, les quarante-cinq élèves de la classe avait occupé la cour de l’établissement, vite rejoints par ceux d’hypokhâgne (première année de classe préparatoire) mais aussi des lycéens et des collégiens.

Mais un droit pourtant opposable à tous les établissements scolaires...
L’APAJH et son président qui rappel dans leurs communiqués, les lois de Jules Ferry (1882) qui créée une obligation a l’instruction scolaire, tous comme celle prévue dans la loi de refondation de l’école de 2013 qui avait pour objectif de réduire les inégalités et permettre une école plus inclusive. Une école inclusive qu’il convient manifestement de rappeler en permanence et loin d’être un acquis dans la société française d’aujourd’hui. Car si le cas d’Amélie a trouvé une réponse favorable, faut-il rappeler que plus de 20000 se trouvent toujours sans solutions !!! 

Une affaire qui met aussi en lumière les difficultés de l’accessibilité qui comme le prévoyait la loi de 2005 qui précise notamment que « Les établissements d’enseignement supérieur inscrivent les étudiants handicapés (...) et assurent leur formation en mettant en œuvre les aménagements nécessaires à leur situation dans l’organisation. ». Comment un lycée du XVIe arrondissement de Paris, peut-il se retrouver plus dix ans après le vote toujours sans ascenseur ?

L’APAJH qui rappelle dans son communiqué les valeurs inscrites dans sa charte de Paris pour l’accessibilité universelle qui précise que « Nous [la société] ne pouvons plus accepter que la formation universitaire des étudiants en situation de handicap soit réduite trop fréquemment à une seule formation à distance. ». A quelques mois des élections présidentielles et législatives de 2017, L’APAJH sera particulièrement vigilante sur le thème de l’accès à l’établissement d’enseignement de proximité pour tous, creuset du vivre ensemble, au sein des programmes des candidats républicains.

Stéphane LAGOUTIERE

Source : APAJH

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir