Contenu principal

Message d'alerte

L equipe de handibasket de Strasbourg de l ASHPA ici en juin 2015 a BesanconEt une de plus me direz-vous ? Mais aussi et surtout quelle image pour l’image du transport ferroviaire allemand et français. Une expérience qui confirme que cette discrimination se poursuit bel et bien et n’a pas de frontière même si l'histoire se finit pour les sportifs. Ainsi le 4 mars dernier l’équipe de Basket handisport de l’association ASHPA qui devait se rendre à Match en Ile-de-France, aura failli être refoulé par le contrôleur allemand de la Deutsche Bahn (ICE) estimant le nombre de fauteuils trop important dans la rame.

Prés 50 minutes de négociation et de retard...
Des joueurs qui ont eu peur de ne pas pouvoir assister a leurs matchs contre l'équipe de Saint-Ouen, en Ile-de-France, et ceux à cause de l’un des chefs de bord présent dans la rame d’origine Allemande, celui estimant que le nombre des fauteuils trop important et pour prétendues raisons de sécurité. Des basketteurs et leur entraîneur Thierry BODEMER obligé de négocier ferment pour rester à bord du train. Des places pourtant réservées selon l’association, trois mois à l’avance.

Un contrôleur qui aurait été jusqu’à menacé d’avertir la police, si ces derniers n’acceptaient pas de descendre du train, acceptant de conserver trois seulement. Les quatre étant « invités » a prendre le train suivant. Une « décision impossible à prendre, avec une salle réservée et des arbitres prévus pour 15h », affirmant « ont n’a jamais vu des joueurs d’une équipe arrivée a l’heure qu’ils le souhaitent ou le peuvent ».

Une situation qui trouvera tout de même sa solution, avec le second chef de bord appartenant lui a la SNCF, prenant la décision de faire descendre la majorité des voyageurs de la rame et de demander au joueur de l’ASHPA de procéder a un nouveau des sept fauteuils de sport qui contrairement au fauteuil classique ne sont pas pliables, leur structure étant renforcée afin de résisté au choc. La SNCF également contrainte a mobilisé un d'urgence un second contrôleur, une obligation quelle aurait dut prévoir des la réservation, pour accompagner cette rame jusqu'à Paris. La SNCF qui exprimer ces regretté cet incident et invoque un "souci de réservation. Un train qui devait partir à 10 h 51 et qui sera finalement parti avec près 50 minutes de retard à 11 h 40.

Un incident qui exprime une fois de plus la discrimination permanente auquel font l’objet les personnes handicapés physiques, mais également dans leur ensemble et qui démontre comme l’exprime le défenseur des droits les nombreux efforts qu’il reste a accomplir pour obtenir une société inclusive et accessible a tous !!!

Stéphane LAGOUTIERE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir