Contenu principal

Message d'alerte

La présidente Odile MENNETEAU présentant les 25 ans d'action de l'AGEFIPH depuis sa création en 1987 © FHI/E.Globt.TVÀ cinq jours de la 16e Semaine nationale pour l'emploi (SEPH) organisé par l'ADAPT. La nouvelle présidente de l'AGEFIPH Odile MENNETEAU que nous avons interview a présenter le bilan de 25 ans d'actions ainsi que le sondage réalisé a cette occasion présenter Frédéric DABI. Avant que Pierre BLANC le directeur de l'AGEFIPH ne présente les nouvellesinitiatives mise en oeuvre, comme la mise en place d'un nouveau support interactif. Odile MENNETEAU qui lors de sa conférence de presse aura eu à cœur de reconnaître les actions passées en citant quelques chiffres depuis la création de l'AGEFIPH en 1987 avec la a plus d'un million de personnes handicapées de trouver un emploi grâce à l'action de l'AGEFIPH.

C'est plus de 135 000 salariés handicapés, déclarés inaptes à la suite de la survenance d'un handicap, qui ont conservé leur emploi.

Animation sous forme de dessins sur les principales action de l'agefiphEt de souligné « aussi qu'en 25 ans le taux d'entreprise a plus de 6 % aura atteint 51 % ». Avant d'ajouter que si, elle juge le « bilan positif, ils évident qu'il faut faire encore mieux et que l'objectif n'étant pas de s'adresser un satisfecit, mais d'aller plus loin ». Reste qu'une entreprise sur dix soit environ 177 % n'embauche toujours aucun salarié handicapé.

Elles sont ainsi 1 500 en France à être pénalisées à hauteur de « 1500 fois le Smic par bénéficiaire non employé », explique l'Agefiph, ce qui représente une «sur contribution» de 22 M € par an. Auquel il convient également d'ajouter plus 31 % d'entreprise avec taux inférieur à 3,5 %. Taux qui lui est lui de 4,2 % pour les trois fonctions publiques.

Trois objectifs pour l'année 2013

Odile MENNETEAU reconnaissant le contexte de forte dégradation du marché du travail avec un taux de chômage atteint des records avec un taux aujourd'hui de 22 % après une progression de 13.9 % en 2011 et de 7,5 en juin 2012. Une situation confirmée il y a quelques jours par une récente étude de la DRESS. Une situation qui pour la présidente oblige l'AGEFIPH a agir plus que jamais sur le terrain, fixant pour cela trois objectifs qui seront « de trois ordres en 2013, développer la formation, mais l'alternance, car il reste un levier important, et le maintient de salarié dans l'emploi y compris les seniors qui sont de plus nombreux ».

De nouveau moyen de communication

Pierre Blanc directeur général de agefiph Une matinée qui aura aussi été l'occasion pour le Directeur général, Pierre BLANC, de présenter un nouveau support constitué d'une cartographie interactive présentant l'action de l'Agefiph au plan national (y compris les DOM). Cela autour de trois pôle, celui de l'insertion recrutement, le pole le maintien pour l'emploi et enfin mobilisation pour les entreprises avec les grands chiffres nationaux. Cette présentation en data visualisation, assortie de multiples exemples vidéo de réalisations et de témoignages étant accessible depuis le 8 novembre sur le site de l'AGEFIPH. 

Un regard qui s'améliore face à une image stéréotypée

Selon un sondage présenté ce matin par Fédéric DABI de l'IFOP et commander par l'AGEFIPH intitulé "L'emploi et les personnes en situation de handicap : regard croisé dirigeants d'entreprise et salariés". Si les réponses entre salariés et dirigeants se retrouvent sur la majorité des questions, certains points de contradictions importants persistent. Ceux-ci tant au niveau de l'emploi que de l'image de la personne en situation de handicap. À noter que sur 420 dirigeants d'entreprise de 20 salariés et plus a avoir répondu ils sont 73 % à avoir ou embaucher un salarié handicapé.

Une embauche toujours très difficile...

En effet si la première partie nous apprend ainsi que s'agissant de l'évaluation depuis trois ans en rapport de l'emploi une très majorité 59 % (dirigeants) et 71 % (salariés) reconnaisse que celle-ci c'est un plutôt améliorer au sein de leur entreprise. Avis qui se confirme pour les entreprises en général où ils sont 71 % et 76 % a avoué que celle-ci s'est plutôt améliorée. Reste qu'ils sont encore entre 26 % et 18 % a considéré qu'elle s'est plutôt dégradée au sein de leur entreprise ou dans les entreprises en général.

Autre contradiction de ce sondage, 65 % des patrons considère toujours que l'embauche d'une personne handicapée comme « difficile » contre 68 % en 2008 et ceux qui en emploient de 73 à 79 %. L'impact de la loi ayant eu un effet mitigé puisqu'ils sont 57 % des patrons employant de salariés handicapés juge qu'elle n'a pas modifié leurs habitudes sur l'emploi des personnes handicapées », contre 43 % qui pensent l'inverse.

À noter que l'impact législatif est fortement corrélé à la taille de l'entreprise, beaucoup plus important dans les grandes et moyennes structures que dans les petites. Des chiffres quasiment similaires pour ceux n'employant aucun salarié handicapé. Dernier point s'agissant des conditions de travail, 67 %, considèrent satisfaisantes au cours des trois dernières années contre 33 %. Ils sont en conclusion 87 % selon l'IFOP à juger qu'elles se sont améliorées.

Une image du handicap encore trop stéréotypé

En effet selon l'IFOP qui a réalisé ce sondage auprès de 1409 personnes*, ils sont ainsi 60 % de dirigeants d'entreprise et 56 % de salariés à affirmer que leur regard a évolué de manière positive contre 3 % de manière négative ces Frederic DABI de lIFOPdernières années. Reste que pour 88 % des salariés et 72 % des chefs d'entreprises, un employé handicapé est selon eux une personne en fauteuil roulant confirmant un stéréotype qui reste très présent.

Situation inquiétante alors que les institutionnelles ont beau répéter année après année que les trois quarts des handicaps sont invisibles tels la déficience auditive ou encore l'épilepsie ou les problèmes cardiaques. On note également que la qualification des pathologies ou symptômes invalidants en tant que handicap testé est généralement plus avérée au sein des moyennes et grandes entreprises que dans les petites.

Autre point important à la question qu'elles sont les facteurs qui ont fait évoluer votre regard à l'égard des personnes en situation de handicap. Alors que pour 41 % des dirigeants les facteurs de changement citent eux citent « une campagne de communication sur le handicap ». 40 % citent encore la rencontre avec une rencontre avec une personne handicapée sur votre lieu de travail et 33 estiment celui vis-à-vis de l'effort réalisé par les entreprises. En dernier les jeux paralympiques et les le film « intouchable » pour 15 et 12 % d'entres eux.

Des raisons qui sont pour les salariés totalement différents, puisque la première raison étant la rencontre avec une personne handicapée dans la vie personnelle pour 34 % a égalité avec le film les « Intouchables ». Arrivent ensuite les jeux paralympiques pour 28 %, les campagnes de communications avec 26 %. L'effort réalisé par les entreprises ou la rencontre sur le lieu de travail ne représentant que 23 et 21 %.

Stéphane LAGOUTIERE

Plus d'information :  
Découvrez les chiffres de l'Agefiph de 1987 à 2012
Brochure Emploi & Handicap 25 ans d'actions. Et demain?  
Sondage IFOP regard croisé dirigeants d'entreprise et salariés
Consulter le programme de la Semaine pour l'emploi des personnes handicapées 

 

Vidéo de l'interview d'Odile MENNETEAUX, Présidente de l'AGEFIPH :

{mp4-flv width="600" height="480"}Interview_Presidente_AGEFIPH_Odile_MENNETEAU{/mp4-flv}

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir