Contenu principal

Message d'alerte

La Présidente Anne BALTAZAR de lAGEFIPH le 3 octobre lors de son intervention à l'ouverture du 30e anniversaire de l'AGEFIPH à Boulogne-BillancourtCrée en 1987, à l’issue d’une large concertation avec les partenaires sociaux et les associations, le parlement adoptait une loi sur l’obligation d’emploi des personnes handicapées et créait l’Agefiph. 30 ans plus tard, le chômage des travailleurs atteint 23 % et ceux malgré un renforcement de la loi votée en 2005 « il importe que tous les acteurs qui peuvent concourir à l’emploi des personnes handicapées se mobilisent » à insisté la Présidente, Anne BALTAZAR devant 400 invités. Mais l’existence de L’AGEFIPH, malgré ces changements en 2016 et réaffirmer son positionnement, n’est telle pas aujourd’hui comme le président FIPHP le déclarait il y a quelques jours, en danger ?

30 ans aux services de l’emploi…
Une institution qui fête ces trente ans d’existence, avec pour objectif « tous activateurs de progrès humain » et dont les dirigeants ont souhaité faire le bilan afin d’échanger des pistes de réflexion. Un dialogue intéressant, mais ou certains comme le philosophe André COMTE-SPONVILLE se demande en reconnaissant « la richesse de ce qui est fait en France » mais de s’interroger sur le fait de ne pas avoir « peut-être pas assez appuyé là où ça fait mal. Depuis trente ans, l'objectif de 6 % n'est pas atteint et je n'ai pas compris pourquoi. »

Des questions pour lequel beaucoup restent partiellement sans réponses. Ainsi l’AGEFIPH à telle aujourd’hui véritablement les moyens de combattre le chômage de masse ? Quelle auront les conséquences le changement du Code du travail ? Alors même que le premier ministre Édouard PHILLIPPE a parlé d’une possible réforme de l’obligation d’emploi et des cotisations. Des questions qui sont essentielles, que sa présidente Anne BALTAZAR nous répondra dans une prochaine vendredi prochain.

Un chômage en perpétuelle progression…
Une politique de l’AGEFIPH qui aura ainsi peut éviter le pire, mais qui n’aura pas réussit a empêcher la progression chômage, une situation du il vraiment essentiellement au manque de volonté politique et dont certaine décision y compris avec le gouvernement actuel ne risque pas d’améliorer la situation, comme avec la suppression des contrats aidés.

2017.10.03.Photo de Famille 1987 2017 a loccasion des trente ans de la création de lAGEFIPHAinsi le chômage des personnes en situation de handicap, n’aura eu de cesse de progresser, avec une population estimée selon l’INSEE en France de 2.7 millions en 2015 soit 7 % de la population active des 15-64 ans. Le chômage des travailleurs handicapés atteint et dépasse 23 % et aura progressé de + 65 % sous le quinquennat de François HOLLANDE. Un taux auquel il faut préciser auquel sont exclus dans les calculs tout ceux qui malgré en âge de travailler ne sont plus inscrit a Pole emploi ou a Cap Emploi. Un défi qui ne relève pas seulement de l’AGEFIPH, mais d’une véritablement volonté politique et des entreprises…Absente de la manifestation la ministre du Travail, Muriel PENICAUD, dans une intervention vidéo, préférant renvoyé celle-ci a simple « bataille d'opinion » afin de « convaincre les entreprises que, oui, elles peuvent le faire »

Une nouvelle stratégie de l’emploi sur les territoires…?
Une lutte contre le chômage dont l’AGEFIPH a décidé en 2016 qui passe par la mise en œuvre d’un plan d’une offre d’intervention rénovée sur les territoires. Un plan institué en 2016 dans le cadre de sa réforme et dont déploiement progressif, a également pour objectif d’ouvrir une nouvelle page de l’histoire de l’Agefiph. « Il s’agit d’être plus agile, au service de ses bénéficiaires et demain, de continuer à évoluer, expérimenter et répondre à l’évolution de son environnement et des enjeux emportés par l’emploi des personnes handicapées », à souligné Anne BALTAZAR. Mais en aura telle véritablement les moyens au vu des nombreux changements sur le Code du travail, des reformes qui pourrait mettre en danger des financements de l’organisme, mise à mal depuis quelques décennies par des ponctions régulièrement sur son budget. De nombreux doutes persiste, même si la Sécretaire d'Etat aura voulu se montrer rassurante...

« Ne pas s'arrêter aux échecs »…
Pour la Sécretaire d’État Sophie CLUZEL qui aura dans une longue intervention a l’ouverture de la seconde table ronde intitulée « », celle-ci aura invité les participants ainsi que l’ensemble de la sociétéLa secrétaire d'Etat en charge du Handicap Sophie CLUZEL le 3 octobre à Boulogne-Billancourt à de « s'inspirer des expériences réussies et ne pas s'arrêter aux échecs ». De belles paroles qui la encore ne répond pas a la réalité avec un bilan douloureux et un taux d'emploi de travailleurs handicapés dans le secteur privé qui n'atteint que 3.3 % selon des chiffres Dares 2014, avec une hausse de 0.3 % en 3 ans. Un constat qui pousse adjoint au Défenseur des droits en charge des discriminations Patrick GOHET, à s’interroger a sur l’importance et la pertinence d’une « politique du seuil » soulignant que, sur 24 critères de discrimination, le handicap arrive en 2e position, principalement sur des dossiers relatifs à l'emploi. Un taux qui n’est pas responsable de situation d’échec pour André Comte-Sponville qui affirme « que la seule chose qui peut permettre de progresser, c'est la conjonction de la volonté politique et technologique ».

« Une obligation de changements »… ?
Bachir KERROUMI, chargé de mission à la mairie de Paris, aura mis en avant les capacités du pays et notamment ces richesses créatives, mises à mal par un système médico-social alors que la réponse se trouve dans un « modèle social inclusif ». Une représentation des salariés handicapés dont ils doivent être les seuls détenteurs, prenant pour exemple la Grande-Bretagne, les pays scandinaves ou les États-Unis. Des « modèles équilibrés » qui selon lui trouvent leurs bases grâce à l’existence de « fondamentaux de la scolarité et de la Le groupe Percujam composé d'artiste autisteformation professionnelle sont assez solides, via des centres ressources qui soutiennent les formateurs en milieu ordinaire ». La France doit pouvoir « provoquer ces changements pour éviter d'aller droit dans le mur » a mit en garde Régine Monti-Tessier, directrice du groupe ressources et prospective (Gerpa).

Un concert pour clôture…
Un trentième anniversaire qui se sera terminé, avec une note d’espoir, avec la présence, sous le dôme de la toute nouvelle Seine musicale, sur l'île Seguin à Boulogne-Billancourt, du groupe Percujam. Un groupe d’artistes autiste qui aura pendant près d’heure présenté le handicap sous une autre facette. Apportant une nouvelle fois la preuve que le handicap n’est pas une frontière et que celle-ci peuvent quand l’occasion et les moyens leurs données de prouvé leurs talents.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources : AGEFIPH

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir