Contenu principal

Message d'alerte

affiche de la conference intitulé maintien dans l'emploi et management regards croises france europeA deux semaines de la traditionnelle semaine pour l'emploi des personnes handicapées organisée par l'ADAPT, l'association Hanploi invitera elle à l'occasion de son 7ème anniversaire, des professionnels du handicap, du management et des ressources humaines, à la conférence « Maintien dans l'emploi et Management : Regards croisés France – Europe », organisée en partenariat avec l'ESCP Europe.

Une journée du 6 novembre placé sous le haut patronage de la Ministre déléguée chargée des personnes handicapées, Marie-Arlette CARLOTTI, représenté par son Conseiller qui interviendra a cette occasion.

Marie-Arlette CARLOTTI, de souligner les raisons de son soutien a cette manifestation pour qui « Il est vrai que la loi de 2005 pour l'égalité des droits et des chances des personnes handicapées a fait évoluer les mentalités et en particulier celles des recruteurs. Mais sur le terrain, les managers se sentent parfois démunis lors de l'intégration ou du maintien dans l'emploi d'une personne en situation de handicap. C'est parce qu'ils ressortiront de cette conférence avec des conseils concrets, que j'accorde aujourd'hui mon haut patronage à la 7ème conférence de l'association Hanploi. ».

« Qui doit agir »

Une fois de plus aussi intéressante que soit ce type de manifestation, celle-ci reste très majoritairement préparer ou encore avec des intervenants qui ne connaisse le handicap que dans sa technicité et dans lequel le terme d'inclusion ait totalement lui disparu...Si il est certes très important de savoir « qui doit agir ». Il triste de constater que plus de vingt ans après la l'obligation d'embauche la question soit encore sur la table... On peut facilement comprendre la progression du taux de chômage de 13,9 % et qui devrait être supérieur encore en 2012. Ne serait-il pas mieux de poser la question directement aux intéressés et non a des intermédiaires...

Trois tables rondes, pour comprendre, échanger, et avancer avec le manager

Peut-on garder son emploi, quand on est handicapé ? Une réelle problématique pour le salarié et... le manager. A travers trois tables rondes, les intervenants répondront à cette question ainsi qu'à celles des managers s'interrogeant sur leurs responsabilités et les leviers d'action existants pour favoriser le maintien dans l'emploi. Les salariés concernés par la question seront également présents à travers des témoignages vidéo. Une conférence soutenue par l'AGEFIPH, l'AFMD, l'ADAPT et Entreprises et Handicap, sera entièrement accessible aux personnes sourdes ou malentendantes grâces aux partenaires de l'évènement Tadeo et SurdiciTé. A la fin de la conférence, les invités pourront compléter l'échange par la découverte des stands de démonstration d'outils de compensation.

Informations pratiques : Rendez-vous mardi 6 novembre de 14h à 18h, à l'ESCP Europe (Paris 11ème). Entrée libre sur inscription sur le site hanploi (évènement réservé aux professionnels). Pour plus d'informations, contactez-nous par email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2012.10.01.Etat-generaux-des-maladies-chroniquiesOrganisée le 8 octobre prochain par le collectif d'association Patients, Chroniques & Associés*, une centaine de participants seront réunis pour établir une liste de revendications et de priorités nationales rendues publiques en présence de Marisol Touraine, Ministre des affaires sociales et de la santé et d'autres décisionnaires.

Une rencontre dont l'objectif présenté par les organisateurs et permettre d'améliorer la qualité de vie des personnes concernées par des maladies chroniques telles que le diabète, l'épilepsie, VIH, hépatites, sclérose en plaques, parkinson, alzheimer, polyarthrite rhumatoïde, insuffisance rénale, cancers, etc...Des maladies qui en France touche plus de 15 millions de personnes, et plus de 9 millions sont inscrites en affection de longue durée (ALD). Une situation qui, avec l'allongement de la durée de la vie et les progrès médicaux, est appelée à s'accentuer. Auquel s'ajoute les dossiers de plus en plus nombreux de dossier d'invalidité déposé auprès des MDPH ou de la Sécurité Sociale.

Organisée de manière communautaire et participative, cette rencontre place la personne au coeur de l'évènement leur permettant d'exprimer au mieux leurs besoins, de partager leur vécu et leurs difficultés...Entre novembre 2011 et février 2012, trois rencontres régionales (États généraux régionaux) ont rassemblé une trentaine de participants dans le but de valider, de modifier et de réagir sur les thématiques de travail autour de l'emploi, des soins, des aidants...Des recommandations qui ont été émises par ces groupes de personnes à partir desquelles les participants vont travailler tous ensemble lors des États généraux nationaux. Cette liste sera communiquée par la suite au Bureau "Cancers, maladies chroniques et vieillissement" de la Direction générale de la santé (DGS).

Quatre guides et des outils pratiques

Quatre guides sont déjà disponibles et mise en place par le HAS. Ils concernent la broncho-pneumopathie chronique obstructive, la maladie de Parkinson, la maladie rénale chronique et l'insuffisance cardiaque. D'autres sont en préparation, notamment sur la sclérose en plaques et la maladie d'Alzheimer.

Stéphane LAGOUTIÉRE

* Patients, Chroniques & Associés est un collectif d’associations de personnes touchées par une maladie chronique. Association qui rassemble à ce jour : l’AFD, l’AFSEP, l’AFH, Amalyste, AIDES, la FNAIR, JSC, Keratos. Son objectif déclaré étant de sensibiliser l’opinion et les pouvoirs publics aux difficultés quotidiennes rencontrées par les personnes malades chroniques.

affiche des rencontres regionale pour l'autismeDans le cadre de la Grande cause nationale 2012 et au titre du Mouvement « Ensemble pour l'autisme1 », la FEGAPEI2, avec le soutien d'AG2R LA MONDIALE, organise les Rencontres Régionales de l'Autisme. Celles-ci se dérouleront de fin septembre à fin novembre 2012 dans plusieurs grandes villes de France3 avec comme point de départ le 27 septembre a Paris. Avec comme point d'orgue de cette année le congrès de l'association Autisme France le 17 novembre a Paris.

Au nombre de six, ces rencontres s'adressent à un large public (professionnels des secteurs médico-social, social et sanitaire, familles, décideurs publics, etc.) et ont pour vocation de faire le point sur l'autisme suite aux recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) et de l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM). Ces rencontres seront également l'occasion de présenter À bout de bras, le dernier film inédit du réalisateur Ludovic Virot, spécialement réalisé pour l'occasion et qui sera diffusé en ouverture de chacune de ces six journées.

Six journées, quatre temps forts

Articulées autour de quatre temps forts – Comprendre, Repérer, Accompagner, Déployer- les Rencontres Régionales de l'Autisme rassembleront des experts nationaux et régionaux afin de faire le point sur les recommandations de la HAS et de l'ANESM en matière d'autisme et autres troubles envahissants du développement (TED), véritables fils conducteurs de ces journées. Elles visent également à mettre en lumière les bonnes pratiques et innovations locales ainsi que les politiques publiques attendues en la matière.

À"bout"de"bras ! film inédit de Ludovic VIROT

Film documentaire de 35 minutes, réalisé avec le soutien d'AG2R LA MONDIALE et de la FEGAPEI spécialement pour les Rencontres Régionales de l'Autisme, À bout de bras sera diffusé en ouverture de chaque rencontre afin d'initier la réflexion et de lancer les débats. Ce dernier film de Ludovic VIROT s'écarte des films pédagogiques pour nous offrir un point de vue subjectif et réflexif sur l'autisme.

Réalisé au gré des rencontres du réalisateur, le film suit plusieurs personnes concernées par ce handicap et développe une réflexion sur les contacts et les échanges que ces étrangers pourtant très proches -que sont les autistes et les non-autistes- sont susceptibles de nouer. Pour plus d'informations ou pour vous inscrire aux manifestations prévues vous pouvez vous rendre sur le site des Rencontres régionales de l'Autisme.

La Rédaction

 

1Le Mouvement Ensemble pour l'autisme est composé de : Asperger Aide France, Autisme France, Autistes sans Frontières, la Fondation Autisme, la FEGAPEI, Pro Aid Autisme, Sésame Autisme et l'UNAPEI

 

2Fédération nationale des associations gestionnaires au service des personnes handicapées et fragiles

 

3 Parsi le 27 septembre, Bordeaux le 18 octobre, Nantes le 23 octobre, Toulouse le 8 novembre, Nice le 15 novembre, Lyon le 29 novembre 2012

 

 

 

affiche du congres mondiale de la psychiatrie et enfant a parisLa 20e édition du Congrès mondial de l'Association internationale de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent et des professions associées aura lieu le 21 juillet prochain à Paris pour la troisième fois depuis la première édition du Congrès mondial en 1948. Plusieurs milliers de professionnelle qui se réuniront cette année sous le thème "Cerveau, psyché et développement". L'occasion avec pour les intervenants comme le Pr, de faire le point sur les conséquences des avancées des neurosciences pour la compréhension du fonctionnement psychique et le traitement de ses troubles, à travers de nombreuses conférences et tables rondes...

Ainsi pour la présidente de ce congrès, Olayinka OMIGBODUN un an après le Congrès de Pékin en 2011, ou le thème avait été « Améliorer la santé mentale de l'enfant en augmentant la prise de conscience et les nouvelles voies thérapeutiques ». Le thème du Congrès à Paris représente un mouvement significatif des « processus » au « contenu ». Permettant de poser d'autre question Quels facteurs dans nos environnements agissent en faveur de la résilience ou de la vulnérabilité pour l'enfant qui se développe ? Quel est l'impact de nos diverses pratiques culturelles sur le cerveau et la psyché de l'enfant qui se développe ?

Le thème « Cerveau, Psyché et Développement », choisi pour cette 20ème Congrès mondial de la IACAPAP, est une invitation à faire le point sur les conséquences des avancées des neurosciences pour la compréhension du fonctionnement psychique et le traitement de ses troubles.

Les dernières décennies ont vu évoluer la conception que l'on avait des interactions entre l'équipement biologique et l'environnement. On ne pense plus en termes de causalité linéaire directe entre un gène et un trouble, ou en termes d'inné et d'acquis. On prend en compte l'environnement génomique et l'environnement tout court, on pense le développement en termes d'épigenèse et, s'agissant des troubles psychopathologiques, on distingue les facteurs de risque, les facteurs pronostiques, les facteurs de protection et les facteurs de maintien.

Naturellement rien ne se passe dans la vie psychologique sans un événement dans le cerveau. Les techniques d'imagerie fonctionnelle l'ont montré sans ambiguïté. Mais les structures cérébrales dont l'enfant est pourvu à la naissance doivent être activées et modelées par les expériences vécues. Il n'existe pas de langue primordiale de l'humanité, nous parlons la langue que l'on nous parle ; nous lisons tous en activant la même aire cérébrale, mais nous lisons des caractères romains ou des caractères chinois en fonction d'un apprentissage culturel.

Dans tous les secteurs de notre activité dans le champ de la santé mentale, la gageure est de combiner la rigueur scientifique avec la qualité de la relation humaine. Les connaissances récentes sur la plasticité neuronale et l'épigenèse apportent un éclairage nouveau sur les relations entre facteurs de risque, biologiques ou sociaux, et développement de l'enfant, approches thérapeutiques psychologiques et fonctionnement du cerveau, expériences traumatiques et transmission à l'enfant.

Dans cette perspective, le partage des expériences cliniques acquises dans différents pays, pour les grandes psychopathologies, sera sans nul doute l'un des enjeux de ce congrès.

La scientologie présente à l'ouverture

Comme régulièrement lors de ce type de manifestation, la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme à ne pas confondre avec des instances gouvernementales ou non gouvernementales de défense des Droits de l'homme. L'organisation plusieurs fois condamnée pour diffamation sera présente à l'ouverture affirmant vouloir lutter contre le « danger est que les diagnostics psychiatriques sont souvent très subjectifs, et qu'ils ne s'appuient sur aucune preuve physique et médicale (scanner, prise de sang, radio, etc). Le risque est d'autant plus important en ce qui concerne les jeunes. Leurs comportements et émotions changent pendant cette période de leur vie, ce qui est tout à fait normal. Ce n'est pas une maladie mentale et cela ne requiert pas de traitements psychiatriques ». avant d'ajouter Ce congrès exposera comment mieux diagnostiquer des enfants et adolescents atteints de troubles mentaux, et comment les soigner. Il est parrainé par la Fondation Pfizer, et est sponsorisé par six gros laboratoires pharmaceutiques comme Shire, Janssen, Bristol Myers Squibb.

La Rédaction

Hervé Allart de Hees, 53 ans, Président Fondateur de Delta Process, Tadeo et Acceo il aussi membre du Conseil d’Administration du MEDEF de l’Est Parisien, Membre d’Oseo Excellence, Créateur d’ADN, agence de notation de la  prise en compte de la diversité par les acteurs économiques. © Accès UniverselHervé ALLART, Président Fondateur de Delta Process, Tadeo et Acceo, invité par Accès Universel le 30 avril dernier, s'est exprimé lors d'une conférence-débat régulièrement organisée est intitulée «L'innovation et la création au service de l'autonomie et de l'inclusion professionnelle des personnes en situation de handicap. ». L'occasion de mettre en avant les nombreuses disparités autour des problématiques liées aux nouvelles technologies s'offre aux personnes handicapées et ceux même que l'accessibilité s'est progressivement installé dans le monde du travail. Une expérience venu délivrer Hervé ALLART.

À l'origine d'un projet créé par des entreprises pour des entreprises, Hervé Allart a débuté la conférence par un film illustrant l'apport des nouvelles technologies qui ont été développées pour permettre aux personnes qui ne perçoivent pas la parole de pouvoir travailler en toute autonomie. « L'objectif n'était pas de compenser le handicap mais plutôt de permettre l'expression de talents et de performances individuelles » ajoute-t-il.

L'innovation est au cœur du débat quel que soit le type de handicap. L'innovation technologique permet de dépasser certaines limites. Les exemples sont nombreux. L'intervenant a notamment eu l'occasion d'échanger avec le public sur les lunettes à réalité augmentée comme réponse à la malvoyance ou à la surdité.

Mais l'innovation n'est pas que technologique, elle peut aussi être conceptuelle. L'insertion professionnelle des personnes en situation de handicap et leur maintien dans l'emploi passent aussi par de nouvelles approches. Il faut oser des situations a priori « anormales ». Selon Hervé ALLART « L'innovation, c'est aussi se demander : comment un handicap peut être une plus-value par rapport à une personne qui n'est pas atteinte de handicap ». Des expériences de transcription sur la base de sténotypie avec des personnes aveugles ont prouvé que les performances atteintes étaient plus élevées. L'innovation peut exister et prospérer mais encore, faut-il que tout à chacun puisse y accéder. Pour cela, il y a également besoin de moyens innovants.

Les dispositifs mis en place pour l'inclusion et l'autonomie des personnes en situation de handicap au sein de leur travail sont-ils efficaces ? D'après Hervé ALLART, nous sommes en présence d'un système à bout de souffle. Il y a d'une part, un manque de coordination et de mutualisation des moyens concernant la recherche et le développement des innovations et des technologies. D'autre part, il est important de noter que plus l'emploi des personnes handicapées augmente, plus les contributions qui permettent leur accès et leur maintien à l'emploi diminuent. C'est le paradoxe de ce système. Pour Hervé ALLART « L'État est garant de l'égalité de traitement des handicapés mais le système sur lequel il repose est inégalitaire ».


Couverture du livre "l’Accessibilité des lieux du Travail" de Soraya KOMPANYPour une personne valide comme pour une personne handicapée, l'emploi est le premier vecteur d'intégration sociale. Aujourd'hui, les employeurs ont une obligation d'emploi de 6% de personnes en situation de handicap. On peut se demander pourquoi seuls les employeurs ont cette obligation. Hervé ALLART a évoqué le besoin d'équité entre les acteurs de l'emploi.

« Pourquoi ne pas mobiliser l'intégralité des acteurs liés à l'emploi (le Pôle emploi, les employeurs, les fonds pour la formation, ...) sur le fléchage de 6% de leurs moyens ou de leurs obligations ? »

La dernière partie de cette conférence-débat a mis l'accent sur les déséquilibres existant à handicap égal. Les TPE et les PME représentent aujourd'hui 80% des emplois en France. Hervé ALLART a fait état des inégalités qui demeurent en matière d'accessibilité aux technologies selon la structure dans laquelle la personne handicapée travaille. Or l'innovation doit pouvoir toucher le plus grand nombre.

L'innovation soit, mais l'innovation doit être accessible. « Les nouvelles technologies sont des moyens extraordinaires pour faciliter l'accessibilité des personnes handicapées. Mais d'un autre côté, si ces nouvelles technologies ne sont pas accessibles, elles créent, elles même des inégalités» concluent Soraya KOMPANY, experte en matière d'accessibilité et auteure de nombreux livres sur le sujet. Dont le dernier parut, en 2009, aux Éditions du Puit Fleuri, intitulé "l'accessibilité des lieux de travail" que vous pouvez retrouver sur notre site dans la rubrique archives.

La Rédaction

Avec des systèmes de santé généralement organisés de manière à ce que les professionnels soient au centre des soins dispensés aux patients. Une conférence
Un médecin montrant et expliquant a son patient sa radiographie. Les patients veulent passer du temps avec leur médecin voudrait il devenir des expert de leur santeorganisée les 11 et 12 avril 2012 dernier en collaboration technique étroite avec le Bureau régional de l'OMS pour l'Europe, sous l'égide de la présidence danoise du Conseil de l'Union européenne*, cette vision traditionnelle de la relation entre les patients et leurs médecins a été remise en question lors de la première Conférence européenne sur l'autonomisation des patients qui a eu lieu à Copenhague (Danemark).

Une situation et une question « À l'origine, il était prévu que les services de santé interviennent en cas de maladies aiguës et traitent ces dernières. Aujourd'hui, le besoin croissant de soigner les affections chroniques exige l'adoption d'autres approches à cet égard, » a déclaré Zsuzsanna JAKAB, directrice régionale de l'OMS pour l'Europe. « La relation existant entre le patient et son médecin évolue fondamentalement : le patient est de plus en plus considéré comme un "expert" dont la participation active est cruciale à la prise de décision ».

Des maladies chroniques constituent actuellement la principale cause de décès et d'invalidité dans le monde, notamment les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète, l'obésité et les maladies respiratoires chroniques. Selon les estimations, elles concourent à 86% de la mortalité et à 77% de la charge de morbidité dans la Région européenne, si l'on en juge par le nombre d'années de vie corrigées et facteur de source d'invalidité. Cette évolution a entraîné un bouleversement des systèmes de santé et des soins de santé, et donc du rôle des patients. L'attention s'est accrue largement sur la pratique des soins autoadministrés. La plupart des soins et des traitements ayant donc lieu à domicile, les patients et leur famille sont de plus en plus responsables de leur propre santé. « La modification profonde de l'approche adoptée s'insère parfaitement dans le cadre des soins de santé et de l'aide sociale du XXIe siècle, où les patients jouissent d'une plus grande maîtrise de leur traitement en y participant, » explique Zsuzsanna JAKAB.

L'autonomisation des patients établit de nouvelles exigences pour le système de santé

graphique sur les conditions d'Evolution de la prise en charge du patientDans certains pays d'Europe, comme le Danemark et le Royaume-Uni, les soins de santé sont déjà considérés comme un processus de coproduction dans lequel une équipe de professionnels interagit avec les patients, leur famille et un groupe de soutien. Cette approche exige une évolution fondamentale de la manière dont est perçue la prise en charge des maladies ainsi que certaines conditions, dont les suivantes que l'on peut répertorier en quatre points.

Les patients atteints de maladies chroniques constituent une ressource

Au final, l'autonomisation du patient modifie le statut des personnes atteintes d'affections chroniques dans la mesure où elles ne sont plus une charge financière pour les services de santé, mais sont reconnues en tant que ressources. Leur expérience unique à cet égard est ainsi valorisée : elles peuvent aider les autres dans le cadre d'un bénévolat ou d'un emploi rémunéré, et offrir une perspective différente de celle des professionnels de santé. Les patients qui prennent en charge leur propre maladie de manière active et ont effectuait des changements positifs dans leur vie peuvent devenir des modèles très convaincants pour leurs pairs.

Les actions entreprises à l'avenir pour autonomiser les patients de la Région européenne

Le Bureau régional de l'OMS pour l'Europe est membre du réseau européen pour l'autonomisation des patients (ENOPE), un réseau d'organisations engagées à renforcer les initiatives de promotion de la santé et de prévention des maladies afin d'autonomiser les patients. Le réseau ENOPE facilite l'échange de données d'expérience et défend la participation et les droits des patients. Il vise à motiver les pays européens afin qu'ils mettent en œuvre des initiatives d'autonomisation des citoyens et des patients au niveau des systèmes et des services de santé, ainsi que dans les communautés. Cette action est conforme à l'esprit de santé 2020, la nouvelle politique européenne de la santé, qui plaide en faveur de systèmes de soins de santé centrés sur le patient et engagés envers leur autonomisation.

La Rédaction

Si la politique en matière d'accessibilité s'installe progressivement dans notre société, si l'acceptation de la personne présentant un handicap lui permet de s'insérer peu à peu dans la cité, il nous faut encore faire davantage afin d'inscrire la société européenne dans une démarche valorisante au profit de la conception Universelle. C'est le l’accessibilité en France et en Europe doit se construire ensemble car nous sommes tous concernée aujourd'hui ou demain. (amf 2011)l’accessibilité en France et en Europe doit se construire ensemble car nous sommes tous concernée aujourd'hui ou demain. (amf 2011)message qu'Anne HOUTMAN, chef de la représentation en France de la Commission Européenne est venue délivrer à la soixantaine d'invités de l'association Accès Universel le 19 mars dernier.

L'association qui a d'ailleurs renouvelé ce débat avec le Ministère des affaires étrangères et européennes le 2 avril dernier pour une conférence-débat intitulée « La politique étrangère de la France en matière de droit des personnes en situation de handicap ». Avec notamment la présence et l'intervention de Jean François BAFFRAY qui représenter la Direction des Nations Unies, des organisations internationales des droits de l'homme et de la Francophonie du Ministère des Affaires étrangères et européennes.

M. BAFFRAY qui a présenter la politique étrangère de la France en matière de droits de l'homme et, plus particulièrement, de droit des personnes en situation de handicap, le système international de protection et de promotion des droits de ces personnes et les programmes de soutien mis en oeuvre par le Ministère en faveur de la société civile.

Accessibilité en Europe...

Soucieuse d'améliorer la situation des personnes handicapées, la Commission européenne promeut une politique d'intégration active de ces dernières et met en place, de plus en plus des actions de sensibilisation. Selon les statistiques officielles, 15% de la population européenne est en situation de handicap, ce qui représente à peu près 80 millions de personnes et le vieillissement de la population contribue à augmenter ce chiffre à hauteur de 20%.

Soraya KOMPANY, experte en accessibilité et auteur de nombreux livres sur le sujet, dont le dernier en date « L'accessibilité des établissements d'enseignement aux personnes handicapées » au Éditions du Puits Fleuri en avril 2011. Mais aussi « L'accessibilité des lieux de travail » en mars 2009 ou enfin l'excellent ouvrage paru en janvier 2008 mais totalement d'actualité trois ans plus tard avec « Accessibilité pour tous : la nouvelle réglementation », fait un état de la législation existante en la matière. Évoquant par la même, la loi du 11 février 2OO5 relative aux personnes handicapées et à leur accessibilité.


Couverture de l'ouvrage de Soraya KOMPAGNY paru en 2008 au édition le Puit Fleuri intitulé accessibilité pour tousIl ressort de son analyse, la conclusion suivante : «L'ensemble des dispositions relatives à l'accessibilité, aussi élargi soit-il, ne saurait être complet que lorsque l'on tiendra compte également de l'accessibilité des moyens, des équipements et des biens de consommation. Le principe de « conception universelle » devrait être la prochaine étape à franchir, pour que réellement et concrètement notre société devienne accessible à tous ».

Il faut savoir que la charte des droits fondamentaux reprend en un texte unique promulgué en septembre 2000 pour la première fois dans l'histoire de l'Union Européenne, l'ensemble des droits civiques, politiques, économiques et sociaux des citoyens européens ainsi que ceux de toutes personnes vivant sur le territoire de l'union. Ces droits sont regroupés en six grands chapitres (Dignité – Liberté - Egalité - Solidarité – Citoyenneté – et Justice). Cette charte permet de renforcer la protection des droits fondamentaux à la lumière de l'évolution de la société, du progrès social et des développements scientifiques et technologiques.

Comment garantir une égalité de traitement pour tous les citoyens dans les secteurs aussi divers que les transports, les télécommunications, la santé, l'emploi, le logement et les loisirs ? Pour répondre à cette question et mener à bien les missions qui lui sont confiées, Anne HOUTMAN a souligné la nécessité d'harmoniser les législations des vingt-sept états membres en matière d'accessibilité.

Dans un premier temps, il est nécessaire de comprendre les mécanismes de fonctionnement de la Commission Européenne, le rôle qu'elle est amenée à jouer en matière d'accessibilité. Organe exécutif de l'Union Européenne, garante de l'intérêt général européen, elle prépare les propositions législatives européennes, met en œuvre les politiques, exécute le budget de l'Union, et veille au respect du droit européen dans tous les états membres.

Organe politiquement indépendant, la Commission Européenne dispose d'une représentation dans la capitale de chaque État membre de l'Union. Anne HOUTMAN est la représentante en France de la Commission Européenne depuis 2010. Son travail s'articule autour de trois grands axes : informer, écouter et débattre.

Anne HOUTMAN qu’Anne HOUTMAN, chef de la représentation en France de la Commission Européenne le 11 janvier 2011©ueAnne HOUTMAN La conférence-débat intitulée : « Europe : vers une égalité de traitement pour tous » a donné l'occasion à Anne HOUTMAN d'échanger avec un public averti composé de citoyens, d'associations, de média, de centres de collectivités et d'entreprises sur l'évolution de l'accessibilité, notamment en matière de transports et d'accès aux biens et services. Lors de cette conférence, Anne Houtman s'est principalement penchée sur les droits des personnes à mobilité réduite dans les transports publics, car depuis quelques années, un travail important de la Commission européenne a été engagé visant à renforcer leurs droits dans ce domaine. La législation en matière de véhicule de transports : aérien, ferroviaire, maritime et sur les infrastructures par exemple, font l'objet de règlements spécifiques entrés en vigueur entre 2007 et 2010. Néanmoins, il subsiste de nombreux problèmes d'adaptabilités. 

L'exemple en matière de transport aérien, qui consiste à ne pas interdire la réservation d'une personne en situation de handicap ou à fournir une assistance gratuite lorsque l'on prévoit ce service 48 heures à l'avance a soulevé de nombreuses questions et mis en exergue le fait qu'il reste encore des points en matière d'adaptabilité à améliorer. Il y a eu à ce niveau, un travail important de la Commission européenne pour trouver des solutions pratiques : mise en place d'instruments financiers tels que le programme « Progress » depuis 2007 qui soutient des projets liés au handicap, on peut également citer le prix « Accès City Award », une initiative émanant de sa stratégie 2010-2020 en faveur des personnes handicapées. Ce prix a pour ambition de récompenser les villes qui prennent des initiatives marquantes en matière d'accessibilité. La ville autrichienne de Salzbourg s'est ainsi vue décerner l'Access City Award 2012.

En cas de non-respect des droits des passagers, des organismes nationaux d'exécution ont été désignés pour traiter les plaintes des passagers. En France, il s'agit de la DGACC (la Direction Générale de l'Aviation Civile) pour le transport aérien et la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) pour le transport ferroviaire. Par ailleurs, Anne HOUTMAN a insisté sur le fait que la Commission européenne organisait régulièrement des consultations publiques car elle souhaite une participation plus effective des citoyens. D'autre part, elle encourage les citoyens à participer à des consultations publiques sur le site Europa.eu

Marie-Patricia HOARAU débarquée d'un vol Paris-Nice avec ses deux billet après le refus d'embarquement dont l'affaire a été jugée le 16 mars dernierMarie-Patricia HOARAU débarquée d'un vol Paris-Nice avec ses deux billet après le refus d'embarquement dont l'affaire a été jugée le 16 mars dernierDe son côté, le président d'Accès Universel, Roland Dreyfus a tenu à rappeler l'organisation du 1er Congrès mondial sur l'accessibilité universelle les 20 et 21 novembre 2012 à la Maison de l'UNESCO. De même que l'exécutif de l'Union Européenne se prépare à lancer une importante étude qui identifiera et analysera les obstacles qui empêchent les personnes souffrant d'un handicap, de profiter pleinement des bâtiments, des transports et des autres services publics. L'objectif étant d'améliorer l'accès aux biens et aux services au sein du marché européen.

Il est à souhaiter que le Congrès Universel donne l'occasion à Vivianne READING, vice-présidente de la Commission européenne, l'occasion de nous donner plus d'informations sur ce projet de loi européen dans la mesure où les normes juridiques qui lui sont appliqués pourraient devenir cohérentes au niveau international en ce qui concerne toutes les institutions.

Rappelons que l'association Accès Universel, créée en janvier 2006, a pour mission de promouvoir l'accessibilité dans tous les domaines de la vie en société : architecture, transports, santé, éducation, emploi, nouvelles technologies, culture et sports.

La Rédaction