Contenu principal

Message d'alerte

Journee-mondiale-contre-le-sidaA l' occasion de la 26ème journée mondiale de lutte contre le sida, le gouvernement rappelle que la recherche publique française est plus que jamais mobilisée dans la lutte contre cette maladie mortelle. Il continuera à soutenir la recherche en vue d'éradiquer ce fléau.

Aujourd'hui encore le Sida tue. Même si d'énormes progrès ont été faits, cette maladie reste le mal du siècle. Pour y remédier, la recherche française se mobilise ce lundi à l'occasion de la 26e journée mondiale de la lutte contre le Sida. Mais les chiffres restent inquiétants.

À l'heure actuelle, 1,5 millions de personnes décèdent chaque année. En France, 150 000 personnes sont porteuses du virus dont environ 30 000 qui l'ignorent et peuvent le transmettre. Tous les ans, 6000 individus découvrent leur séropositivité. Mais alors quelles sont les grandes lignes pour la combattre ?

La découverte du V.I.H, point de départ des recherches

Depuis la première identification du virus en 1983, une coopération de recherche sans précédent associant cliniciens, chercheurs, associations de malades a abouti à des avancées exceptionnelles sur le plan du diagnostic et des thérapies. Mais il y a encore du chemin à faire pour l'éradiquer.

La secrétaire d'État en charge de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève FIORASO, rappelle qu'il : « est nécessaire de déployer l'ensemble des outils déjà existants pour prévenir ou traiter l'infection tout en poursuivant la recherche vers de nouvelles stratégies pour aboutir, le plus tôt possible, au développement d'un vaccin et d'un traitement. »

La meilleure arme reste le dépistage

Au niveau de la prévention, la ministre de la Santé, des Affaires sociales et des Droits des femmes, Marisol TOURAINE, souhaite la renforcer et systématiser l'usage du préservatif. À cette occasion, une campagne d'affichage à destination du grand public est relancée en particulier aux plus jeunes.

De son côté, la ministre de l'Éducation, de l'enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-BELKACEM, réaffirme son engagement contre la maladie. Preuve en est puisque depuis 2005, son ministère en partenariat avec Sidaction développe des actions d'information et de sensibilisation auprès des jeunes de 15 à 25 ans. Outre toutes ces informations concernant le V.I.H, la meilleure arme reste le dépistage comme le démotre aussi cette video du Bas-Rhin.

Romain BEAUVAIS
Journaliste a la Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir