Contenu principal

Message d'alerte

Le sport au coeur de la Campagne Handivalide 2015 de l asssociation Starting BlookÀ l'occasion de cette campagne Handivalides organisée par l'association Starting Block, pour l'inclusion des étudiants en situation de handicap, qui se tient du 28 janvier au 28 mai 2015, le handisport a été mis sous les feux des projecteurs. Rappelons que le sport est vecteur d'intégration pour les personnes en situation de handicap. Reste maintenant à trouver son sport en fonction de son type de handicap. Une personne handicapée peut faire du sport comme tout le monde. Mais sa pratique doit être en corrélation avec son handicap. Un sentiment partagé par la Marraine de la campagne Handivalides et athlète handisport, Marie-Amélie LE FUR.

C'est pour cette raison que la France compte parmi ses rangs, la Fédération française handisport (FFH) et la Fédération française du sport adapté (Ffsa) afin que le plus grand nombre puisse pratiquer une activité sportive. Mais pour ne pas froisser certains, il faut les différencier même si l'une comme l'autre œuvre en faveur du sport pour tous. Pour l'une, la Fédération française handisport lancée en 1977, regroupe les personnes ayant un handicap moteur, physique ou sensoriel alors que l'autre, la Fédération du sport adapté, fondée par les familles des personnes en situation de handicap, rassemble ceux qui ont un handicap mental. Mais dans tous les cas, le sport a certaines vertus.

Le sport, vecteur d'intégration sociale

En effet la pratique d'une activité sportive pour une personne handicapée permet de développer des qualités musculaires exceptionnelles. Ainsi, cesCampagne Handivalide 2015 de l Association de Starting Blook derniers ne pensent plus à leurs douleurs ou leurs troubles, car à travers le sport, tout disparaît... De plus, grâce au sport, les personnes handicapées peuvent retrouver confiance en elles. Comme le souligne la championne du monde handi ski nautique, Delphine LE SAUSSE : « Le sport m'a beaucoup aidé sur le plan psychologique, et ce, malgré les inconvénients que cela peut engendrer au niveau physique ». Avant d'ajouter : « Je ne pouvais pas me résoudre à abandonner le ski tant cela me faisait du bien ».

À travers l'exemple de Delphine, on peut voir que le sport a une place prépondérante dans sa vie quotidienne. Mais la pratique sportive pour ces personnes-là apparaît comme un vecteur d'intégration sociale. Mais elle leur permet également de ne plus se sentir exclues de la société, car ils font partie d'un club, d'une équipe ou d'un groupe. Pour aller dans ce sens, le campus de Caen a pu, à l'occasion de sa journée handivalides, pratiquer le Torball ou encore la Sarbacane, le volley assis ou encore l'handiboxe. Une journée, qui a rencontré un vif succès auprès des sportifs valides, elle rappelle surtout que le sport est plus que jamais bénéfique pour les personnes en situation de handicap.

Une campagne pour l'inclusion des étudiants

Des Journées Handivalides seront organisées sur les campus à Paris, Nice, Montpellier, Strasbourg, Metz, Rennes, etc... avec des ateliers de mise en situation, des conférences, des temps d'échanges et de débats... Objectifs : susciter une meilleure compréhension des situations de handicap et encourager les comportements adaptés, les initiatives étudiantes et les politiques handicap des établissements d'enseignement supérieur.

Une vingtaine de grandes écoles et université participent à la Campagne Handivalides 2015. Chaque journée mobilise des associations étudiantes implantées sur les campus, des structures et associations spécialisées, les administrations des établissements d'enseignement supérieur et des missions handicap de grandes entreprises. L'agenda 2015 est disponible et sera actualisé régulièrement !

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir