Contenu principal

Message d'alerte

Affiche campagne APPASAprès avoir organisé deux nouvelles formations le 20 et 22 janvier à l’hôtel Les Bords de L’Ill à Erstein (67) ou il a accueilli près d’une dizaine de stagiaires. L’association pour la promotion de l’accompagnement sexuel (APPAS), lance une nouvelle campagne dont Marcel NUSS espère qu’elle puisse atteindre le grand public et les politiques en pleine campagne présidentielle et législative. Sujet qui reste malgré les nombreuses tentatives de communication encore un tabou au sein de nos sociétés occidentales et pourtant reconnues comme un droit.

Une campagne abordant trois thèmes...
L’association qui cette nouvelle campagne qui pourra peut-être attirer le regard des candidats a la présidentielle qui sont maintenant tous déclaré, même si certains pourraient être contraint d’y renoncer ! Une campagne qui sera présentée sous la forme de trois visuels des scènes de vie réelle d’un jeune homme en situation de handicap. Des visuels abordant chacun d’eux des messages a la sexualité comme « Il n’y a pas que pour les gestes de la vie quotidienne que j’ai besoin d’être accompagné », ou encore « il n’y a pas que pour me déplacer que j’ai besoin d’être accompagné ».

Des messages essentiellement tournés vers le numérique fort tous comme celle des visuels qui ont pour objectif selon président de permettre grâce « au site et média internet ou encore au réseau social dont l’un d’eux Facebook va sponsorisée afin d’atteindre un maximum le grand public » et que vous suivre sur le site de l’association.

L’APPAS qui espère aussi que celle puisse relancer à nouveau sa pétition lancée le 28 décembre 2016 et qui atteint aujourd’hui plus de 996 signatures et qui pour objectif de demande une reconnaissance de l'accompagnement sexuel en France. Situation qui existe déjà ou comme a l’être dans certains pays en Europe comme dans les Pays‐Bas, la Norvège, le Danemark, l’Autriche, l’Allemagne, la Suisse ou la Belgique.

Le Département de Bretagne, organise un colloque
À noté a ce sujet que ces questions seront aussi abordées à l’occasion d’un colloque intitulé « Vie affective, intimité et sexualité des personnes handicapées » organisées par le Conseil départemental du Finistère qui réunira plus 400 professionnels et particulier à Quimper, le 9 février.

Un sujet de l’accompagne sexuel qui sera abordée confirme Pauline RANNOU, de la Direction des personnes âgées et personnes handicapées du Département qui souligne que si « dans certains pays comme la Suisse, ils sont autorisés. En France, nous n'avons pas de réponse à ces demandes, si ce n'est l'écoute (...) La prudence des institutions sur ces questions peut aussi être liée aux questions de violence, avec des publics qui présentent parfois des pathologies difficiles (...) Cela devient complexe quant à la responsabilité des établissements au niveau juridique ».

Stéphane LAGOUTIERE

Source : APPAS / CD du Finistère 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir