Contenu principal

Message d'alerte

l'Adjoint au Maire Nicolas NORDMAN adjoint à la maire de Paris chargé du handicap et de laccessibilité lancant le Mois Parisien du HandicapNicolas NORDMAN, adjoint à la maire de Paris chargé du handicap et de l’accessibilité et Jérôme COUMET, Maire du XIIIe arrondissement, ont lancé officiellement le 2 juin dernier, le Mois Parisien du handicap programmé jusqu’au 2 juillet prochain. 1/10 édition dont la mairie souhaite une nouvelle fois donner l'occasion parisienne de se familiariser avec le monde handicap au travers d’événements festifs, conférences, débats, d’animation. Mais aussi de « meet-up, c’est dire faire connaissance ou encore d’initiations au braille et à la langue des signes française. Un rendez-vous avec quatre grands moments forts sur l’accessibilité, la sexualité, ou encore le lancement d’un nouveau site Internet de la ville de Paris.

Commencer la veille, les parisiens ont pu écouter un trio de jazz d’artistes autistes et non autiste à la mairie du XIVe arrondissement. La cérémonie officielle aura lieu place d’Italie ou les élus aurontAffiche Mois Parisien du Handicap du 1er au 2 juillet 2018 notamment pu assister à quelques démonstrations comme celle de « sHommeS XY », de la compagnie Les Chemins de la Danse. Ou encore avec des rugbymans en fauteuil avant que cette deuxième journée ne prenne fin par un concert Fractal ? Des artistes internationaux et des jeunes en situation de handicap. Ils sont réunis pour des créations musicales avec des sculptures audio-numériques. Des instruments dont on peut jouer avec les mains, les pieds, des baguettes ou même en montant dessus !

Un changement de nom…
Initié en 2009 par l’ancien maire de Paris, Bertrand DELANOË, le « moi Extra-Ordinaire du handicap » avait été mis en œuvre afin de combattre les préjugés et accepter l’autre dans sa différence. L’objectif étend pour la mairie de Paris de promouvoir l’apport des Parisiens en situation de handicap à la vie de la cité. Un événement qui pour sa 10e édition change de nom et devient le mois parisien du handicap. Un choix dans la ville de Paris a été qu’il puisse permettre de « donner à ce rendez-vous une nouvelle lisibilité et à nouveau dynamisme ».

« Fidèle à son esprit, le Mois Parisien du Handicap offre cette année encore un mois de visibilité, d’échanges et de partages aux personnes en situation de handicap, au tissu associatif, aux acteurs publics et privés de notre capitale. Il participe au changement de regard sur le handicap et promeut l’accessibilité universelle » selon Nicolas NORDMAN. « Cette édition va également nous permettre de mettre en lumière le travail quotidien accompli dans les vingt arrondissements de Paris, par les mairies, les associations, les établissements médico-sociaux, les établissements scolaires et de nombreux acteurs locaux » précise-t-il.

Près de 130 évènements…
Exposition a la MDPH de Paris Je suis autiste et alorsLes Parisiens qui pourront donc pendant un mois aller à la rencontre des personnes en situation de handicap mais aussi de tous les acteurs concernés qu’ils soient institutionnels, municipaux ou associatifs participants ainsi au changement de regard « pour in fine le banaliser », soulignent Nicolas NORDMAN. Un rendez-vous ou l’art, comme avec l’exposition a la MDPH de Paris qui accueillera une exposition intitulée « Je suis autiste et alors ? » Réalisé par l'association SOS autisme France. Une exposition qui nous permettra peut-être au travers d'un « autisme pluriel » et des visages d'enfants adultes de seniors d'hommes et de femmes de découvrir la richesse de ces personnes dont les clichés et les préjugés dont son estime débouche encore trop souvent discrimination. Mais aussi le sport, la culture, les loisirs seront partout grâce à des événements participatifs et accessibles à tous. Un programme divers et varié que vous pouvez aller consulter le site dédié au Mois du handicap.

Quatre grands rendez-vous…
Au-delà de ces nombreux événements quatre grands moments forts marqueront néanmoins cette édition du mois parisien du handicap avec notamment le challenge imaginé par la Jaccede.com, dont le lancement aura eu lieu en présence des élus.

L’autre aura lieu le 9 juin prochain avec lancement de la première nuit du handicap qui aura lieu sur le parvis de Notre-Dame, les Parisiens étant invités autour d’un apéro et d’un concert à venir refaire le monde entre voisins, amis, passants ou inconnus porteurs de handicap non ! À un moment à ne pas rater pour tous ceux qui voudront échanger et abattre ainsi les différences et les peurs.

La sexualité n’est pas une chose facile dans le monde du handicap, elle est souvent liée un tabou et un non-dit toujours très persistant. Pourtant, elle existe, elle est normale puisqu’elle fait partie de l’existence humaine. Autour de nombreuses personnalités sera organisé le 28 au 30 juin prochain comme un point d’orgue de ce mois de juin, un festival intitulé “Ma sexualité n’est pas un handicap”, au Cent quatre. L’occasion de conférences et de représentations artistiques et humoristiques, il vous permettra de rencontrer des intervenants dynamiques pour vous permettre un maximum d’infos, d’outils, de témoignage et de conseils.

Le quatrième sera le lancement par la ville de Paris, le 2 juillet d’un nouveau site internet : handicap.paris.fr qui concernera toutes les questions liées au handicap. Un projet porté par la MDPH qui a pourUn festival intitulé Ma sexualité n'est pas un handicap objectif de recenser les services de proximité et les actions locales destinées aux personnes en situation de handicap, « de telle sorte qu’elles puissent en profiter sans obstacle, indique le communiqué.

Dix ans de communication…
On peut se demander si véritablement les mœurs et les mentalités évoluent. Oui, la société a progressé en votant une loi sur le handicap, le 11 février 2005, mais 13 ans plus tard que de déception, une accessibilité qui aura repoussé aux calanques grecques ! un taux de chômage qui n’a jamais été aussi haut avec 23 % et qui aura progressé de 27 % lors du quinquennat de François HOLLANDE. Sans oublier l’accès a l’éducation pour laquelle plus de 20 000 d’entre eux selon les chiffres de l’UNAPEI son toujours sans solution.

Alors oui la Capitale des gaules milite, parle met en avant le handicap, comme, en 2011, avec l'exposition « Exil, l’art brut parisien » au Réfectoire du couvent des Cordeliers, qui réunissait des œuvres d’artistes en situation de handicap mental ou psychique. Ou encore le Salon « Osez nos compétences » qui rassemblait pour la première fois en France 50 ESAT et Entreprises adaptées. 2012, 2013, 2014, 2015, cette communication se poursuivra avec celle-là l’installation du mois du handicap au Printemps pour permettre au plus grand nombre de s’exprimer sur l’espace public, là où se font prioritairement les rencontres.

Tout comme en 2016 et 2017, ou de nouveaux acteurs rejoindront la démarche soutenue par la Ville de Paris de rendre ordinaire l’accessibilité aux personnes en situation de handicap comme l’UCPA, le spectacle Timéo, l’associations Accessijeux ou encore les Conseils locaux du handicap. S’il convient de reconnaitre que la ville travaille à son amélioration le chantier reste immense car il ne suffit pas de donner la gratuité des transports, comme annoncé il y a quelques jours. Faut-il encore que la personne en situation de handicap puisse par exemple au métro, ce qui est loin d’être le cas avec seulement 00 stations accessible sur 000 et la récente inauguration de la ligne X du RER ne représente qu’un petit pas.

Une manifestation dont les grandes villes ont toutes intégré celle-ci dans leurs agendas et pour lesquels personne ne peut contester le bien-fondé, mais, reste que celle-ci reste toute même peu ouverte vers l’extérieur a contrario de la nuit du handicap qui aura lieu le 9 juin prochain et pour lequel le principe paraît plus rassembleur.

Stéphane LAGOUTIERE

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir