Contenu principal

Message d'alerte

aide la personnes agees handicapeesEntrée en vigueur le 1er janvier 2016, la loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement (ASV) celle-ci aura permis notamment à plusieurs mesures au-delà d’une revalorisation de l’APA jugé parfois insuffisante par certaines associations. Elle aura notamment permis la création d’un droit au répit des aidants et le renforcement des politiques d’adaptation du logement. Face a une loi encore méconnue Cap Retraite a réalisé une consultation citoyenne et solidaire lancée avec deux partenaires l'Association Française des Aidants et la Fondation pour la Recherche sur Alzheimer.

Une enquête1) réalisée auprès 1.215 personnes âgées, aidants et professionnels du secteur médico-social.

Entre manque de connaissance des mesures et nouvelles aspirations, les résultats de cette étude apportent un éclairage nouveau sur l’expérience des Français face aux avancées en faveur du Grand Âge. Une mise en évidence que souligne l’auteur du rapport interministériel sur l’ASV Luc BROUSSY, selon lequel Cap Retraite « met en évidence ce paradoxe d’une loi qui est méconnue par ceux-là mêmes qu’elle est censée soutenir ; et mets ainsi l’accent sur la question cruciale de l’accès aux droits. Cette loi est un progrès évident, qui nécessite un fort travail d’information de la part des pouvoirs publics ».

7 Français sur dix ignorent les bénéfices de cette loi
Une consultation réalisée en ligne du 30 mai au 12 juin 2016 qui démontre 70 % ignorent que la loi est effective et plus 82 % ne connaissent ni ses mesures phare, ni le portail internet d'information du gouvernement et les réels Infographie sur l enquete Cap Retraite loi asvprogrès en termes de soutien des aidants et de prévention de la perte d’autonomie. Une situation qui par nature ne permet pas aux familles et aux bénéficiaires de pouvoir faire falloir leurs droits.

Un constat qui se dresse pour l’une des réelles améliorations avec la création d’un droit au répit des aidants. Force et constaté que malgré leur épuisement, point central du vécu de 400 000 aidants aujourd’hui en France. Ils sont ainsi 80 % ne sachant pas comment bénéficier de l'aide au répit d’un montant de 500 € par an destiné aux aidants. Alors que le développement des résidences autonomie est apprécié par 71 % des personnes interrogées.

Tout comme pour le renforcement de la politique d’adaptation du logement alors que la volonté des Français reste très forte pour rester dans l’habitation familiale et la volonté de volonté de vieillir à domicile. Si 78 % savent faire valoir leurs droits pour bénéficier de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA), Ils sont ainsi plus d’un Français sur deux à ne pas savoir comment procéder pour bénéficier d’aides à l’aménagement de l’habitat.

84% Français favorables aux nouvelles mesures...
Ils sont ainsi 84 % des Français se disent favorables aux nouvelles mesures affirment même être susceptibles d’y avoir recours, à plus ou moins long terme. A contrario si les Français confirment que la création du statut de «proche aidant» qui remporte l’adhésion générale (81 % de satisfaction). Et pour cause: elle offre une reconnaissance à plus de 4,3 millions de personnes aidant un proche âgé.

Une enquête qui démontre également l’attente des Français pour un soutien financier plus important. Pour 58 % d’entre eux, des progrès restent à fournir quant à la revalorisation de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie à domicile (APA). Le coût de la prise en charge en maison de retraite demeure également une difficulté ils sont ainsi 39 % des sondés à exprimer le souhait de voir une hausse de l’APA en établissement.

Aux yeux des Français, la loi n’a donc que partiellement atteint ses objectifs. Pour pallier leurs difficultés quotidiennes (surmenage, épuisement, coût de la prise en charge...) diverses initiatives sont plébiscitées. Les sondés citant également parmi les autres mesures qu'ils souhaiteraient voir introduites, pour 29 % celle d’un développement des habitats partagés entre membres de générations différentes ou entre seniors et 13 % souhaiterais la mise en place d’une assurance prévoyance autonomie obligatoire. Voir la mise en place d’un service civil en faveur des personnes âgées pour 12 % d’entre eux...

Un manque d’information chez les professionnels
Autre information et pas des moindres alors que l’ont aurait pu s’attendre a que la d'adaptation de la société au vieillissement soit connu chez les professionnels du secteur, ce sondage démontre l’importance d’un travail de communication auprès de ces derniers, ils sont ainsi 61 %, une majorité du secteur médico-social à faire état de lacune dans ce domaine.

Aux côtés des personnes âgées et de leurs proches
Cap Retraite propose une plateforme d’information spécialisée afin de pouvoir répondre aux questionnements des familles et les aider à faire valoir leurs droits (plus de 100000 demandes en 2015). Mais aussi de relayer la voix de ces familles est une mission phare de Cap Retraite, 1er service gratuit d’aide à la recherche de maison de retraite. Et pour œuvrer encore plus concrètement à leurs côtés, celle-ci a fait le choix de verser 5 euros par participant à la consultation, soit 6 075 euros, à l’Association Française des Aidants et à la Fondation pour la Recherche sur Alzheimer.

Stéphane LAGOUTIERE

Source communiquée

1) Consultation réalisée en ligne du 30 mai au 12 juin 2016. 1 215 sondés répartis comme suit: aidants (64,6 %), professionnels du secteur médico-social (15,8 %), personnes âgées (4,7 %), autres (14,9 %)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir