Contenu principal

Message d'alerte

La nouvelle présidente du CNSA Marie-Anne MONTCHAMP, et sa nouvelle directrice Anne BURSTINSecrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale de 2010 à 2012 elle avait notamment porté comme Secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées la loi du 11 février 2005. Marie-Anne MONTCHAMP a été élue hier à la présidence de la CNSA à l’occasion d’un conseil extraordinaire. Une femme d’expérience qui se voie récompensé également pour son soutien a Emmunel MACRON qui l’avait désigné pour siéger au sein du conseil de la CNSA comme personnalité qualifiée, aux côtés de Philippe de NORMANDIE et du philosophe et écrivain autiste, Josef SCHOVANEC, par arrêté du 18 octobre 2017.

Une présidence quelle assumera au coté de Anne BURSTIN, la nouvelle directrice générale nommée le 22 septembre dernier et qui occupait jusqu’àlors le poste d’inspectrice générale des affaires sociales (IGAS) et dirigeait une mission d’évaluation des dispositifs de maintien en emploi des personnes malades et handicapées.

Une élection saluée par les Agnès Buzyn, ministres des Solidarités et de la Santé, et Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, pour cette « d’une experte des politiques de l’âge et du handicap, dont la connaissance des acteurs constitue un atout précieux pour la CNSA ».

Les enjeux pour les années à venir…
Un conseil extraordinaire qui aussi était l’occasion pour la ministre et la secrétaire d’État au handicap, Agnès BUZYN et Sophie CLUZEL de rappelé les nombreux enjeux qui attendent l’établissement public en termes de solidarité et d’accès à l’autonomie des personnes âgées et handicapées. Un établissement dont le budget prévisionnel de la CNSA en 2017 s'élève à 25,4Mds€. Au cours d'un conseil extraordinaire, Agnès Buzyn et Sophie Cluzel ont rappelé les nombreux enjeux qui attendent l'établissement public en termes de solidarité et d'accès à l'autonomie des personnes âgées et handicapées. Les axes de travail suivants ont notamment été abordés :

Parmi ces principaux enjeux dont certains se retrouvent se retrouveront dans la future stratégie nationale de santé portée par Agnès BUZYN, notamment la prévention, le soutien aux aidants et la qualitéMarie Anne MONTCHAMP et les deux membres qualifié désigné par Emmanuelle MACRON le 17 octobre 2017 de vie au travail.

D’autres ont également étaient abordés, avec l’offre d’accueil des personnes âgées en perte d’autonomie, la qualité des prises en charge au sein des établissements médico-sociaux, la transformation de l’offre d’accompagnement des personnes handicapées au service d’une société inclusive, mais aussi la lutte contre la maltraitance

Le CNSA « reste vigilant »…
Une « feuille de route ambitieuse », selon la CNSA qui s'est félicitée de la présence des deux ministres. Pourtant, dans un communiqué rendu public le 24 octobre, elle mentionne quelques points de « vigilance », voire de « préoccupations quant à la réforme de la tarification des EHPAD (maisons de retraite), à l'utilisation de la CASA (journée de solidarité) et au reste à charge pour les personnes hébergées ».

Le rapprochement de la HAS et de l'ANESM fait également l'objet d'une attention particulière ; le Projet de la loi de finances de la Sécurité sociale prévoit en effet que cette agence spécialisée pour l'évaluation des établissements du secteur médico-social soit intégrée au sein de la Haute autorité de santé. Comment garantir la spécificité du champ du handicap dans cette machine colossale ? La prochaine réunion du Conseil est programmée le 21 novembre. Elle aura notamment à l’ordre du jour le vote du budget prévisionnel 2018 de la Caisse.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources : ministre de la Solidarité et Santé / CNSA

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir