Contenu principal

Message d'alerte

une personne âgée seule dans la chambre de son domicile (illustration)Oui les français préfère garder leur autonomie, une solution qui même si elle nécessite un investissement parfois important au départ, reste le plus économique tant pour les familles que la société. Une question qui ne va cesser de s'accroître chez les valides, mais qui apparaît tout aussi importante chez les personnes en situation de handicap et pour lequel les familles ne cesse de demander des réponses.Dans la même enquête, les personnes interrogées sont partagées sur le financement du maintien à domicile : 49% pensent faire appel à des aides publiques et 45% à des ressources propres

Evoquer le pouvoir d'achat au cœur de la campagne, c'est dans leur cas se poser la question : aurai-je les moyens de bien vieillir ? De rester chez moi ? De ne pas « être un poids » pour mes enfants ? L'approche concrète du lien logement-vieillissement se résume à une priorité : assumer le coût du maintien à domicile. Une situation qui ne cesse de devenir aussi un enjeu politique, car pour la première fois en France, la majorité des voix exprimées à l'élection présidentielle le sera par des électeurs de plus de 50 ans. Près d'un quart de la population a plus de 60 ans, et le nombre de personnes de plus de 75 ans a progressé de 45% en vingt ans.

Pour Muriel Boulmier, auteur du rapport au ministre chargé du Logement « Bien vieillir à domicile : enjeux d'habitat, enjeux de territoires » publié à la Documentation française le 21 mars dernier, celle-ci intervient dans le débat et propose de décloisonner les modes de financement de l'adaptation des logements pour prévenir la dépendance. Un choix astucieux car si l'on en juge par un sondage récent, 90% des Français estiment que le maintien à domicile est la bonne solution face au problème de la dépendance et la même proportion préfère adapter son domicile dans le cas d'une dégradation physique liée à l'âge, plutôt que d'intégrer un établissement spécialisé. Dans la même enquête, les personnes interrogées sont partagées sur le financement du maintien à domicile : 49% pensent faire appel à des aides publiques et 45% à des ressources propres. En revanche, 69% des répondants ont déclaré ne pas pouvoir assumer le coût d'un hébergement médicalisé..

Adapter son logement, un choix économique autant qu'affectif

Adapter son logement revient à minima à 4 280€, un chiffre à rapprocher des 2 200€ représentant le coût moyen mensuel d'une maison de retraite. C'est pour répondre a cette situation que Muriel BOULMIER, présidente du groupe de travail « Évolutions démographiques et vieillissement » du Comité européen de coordination de l'habitat social (CECODHAS) préconise entre autres, un réaménagement des aides publiques et du dispositif fiscal, à dépense budgétaire constante.

 « Souvent inabordable pour une personne seule, le maintien à domicile peut se révéler une manne d'économies pour la dépense publique. Si la prise de conscience collective naissante s'accompagne d'une mutualisation des moyens publics (Santé, Logement, Cohésion sociale), à l'échelle étatique comme territoriale, l'économie réalisable pour la dépense publique apparaîtra clairement. En effet, bien que majoritairement propriétaires, les personnes âgées n'ont pas pour autant les moyens d'assumer cette dépense, ou son reste à payer, aides publiques déduites ».

Or pour la dépense publique, le coût du traitement de la dépendance (non cognitive) en institution reste bien plus élevé que celui du maintien à domicile ! Nombre de professionnels, du milieu sanitaire et social comme du secteur des assurances, caisses de retraites et mutuelles s'accordent à dire que la vieillesse n'est ni une maladie ni un handicap, et que la place des personnes âgées n'est donc pas à l'hôpital. Est-ce si difficile d'appréhender cette évolution démographique dont on connait la tendance depuis un demi-siècle ? Qui peut raisonnablement croire qu'il est impossible de permettre aux personnes vieillissantes d'envisager un avenir serein, en sécurité, chez elles, et de réserver les établissements spécialisés et hôpitaux, coûteux pour l'Etat comme pour les familles, aux derniers moments de la vie ?

Sur fond de crises, financière et budgétaire, l'abandon de la réforme de la dépendance n'a laissé place à aucune proposition de substitution, voire de transition. Or, plusieurs pistes attendent d'être empruntées. Par exemple, un aménagement de l'article 200 quater A du CGI peut, à dépense constante, venir absorber en partie le coût du maintien à domicile, si tant est que le crédit d'impôt auquel il ouvre droit soit transférable aux descendants. De même, la généralisation dans les établissements bancaires d'un microcrédit spécifique aux personnes âgées, pour l'adaptation de leur résidence principale, peut constituer une aide précieuse permettant d'envisager un maintien durable à domicile. Enfin, le viager HLM, qui reste à créer, peut d'après Muriel Boulmier dans son rapport y concourir.

Mais, conclut Muriel BOULMIER  « Vieillir chez soi reste un objectif, d'ordre intime et affectif autant qu'économique, que les seniors ne renonceront pas à atteindre. Quitte à évoluer dans un logement inadapté à la diminution de leurs capacités physiques, avec baignoires, escaliers, bref, quitte à prendre le risque d'un accident. Et qui dit accident dit hôpital et perte d'autonomie, puis, trop souvent, dépendance. »

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir