Contenu principal

Message d'alerte

Troisième jour, ici en découverte et en apprentissage avec l’extérieur et Corinne qui depuis 24 ans a se déplacer a des déficient visuel.© France 2 / 21 jours à...Souvent proposé dans des manifestations grand public pour leur faire comprendre et imaginer la vie quotidienne d'une personne « non-voyante », un euphémisme qui révèle encore a notre société la persistance d'une peur face à ce handicap. C'est l'expérience qu'a voulu vivre une de nos co-sœurs journaliste Alexandra ALEVEQUE, qui après une immersion dans la peau d'une ouvrière et d'une auxiliaire de vie, plonge dans l'obscurité pendant trois semaines. Une expérience que vous pourrez vivre ou revivre dans une série d'émission intitulée 21 jours à...diffusé sur france 2 à 22h30.

Un documentaire fort dans les rencontres que va faire Alexandra ALEVEQUE qui malgré la fatigue physique et mental progresse une canne à la main, dans sa rue devenue immensité menaçante. Une vie ou chaque instant montre y comprit dans les gestes anodins comme repérer les étages, éteindre son réveil, poser sa tasse de café sont source de complications infinies. Des sorties qui sont souvent pour des milliers d'entre eux un parcours d'un combattant. Après trois jours d'expérience Alexandra ALEVEQUE fait la connaissance de Corrine qui apprend depuis 24 ans a se déplacer a des déficient visuel.

Une jeune femme qui sait aussi qu'au bout de cette expérience elle retrouvera une vie normale. Contrairement a Jérôme, Gérard, Sandra ou encore Emmie 5 ans aveugle de naissance et qui pourtant une petite fille pleine de vie, soutenue par ses parents, qui aimeraient tant que leur "petite fille pose un jour son regard sur eux".

La Journaliste qui souhaite avant que ce reportage puisse contribuer à changer le regard des valides sur les personnes handicapées, qu'ils " soient un peu plus attentif sur les non-voyants qu'ils croisent. [...] Mais ce n'est pas parce qu'on est handicapé qu'on a besoin de l'aide des autres mais il faut que cette aide soit bien amenée et il faut savoir la proposer."

Des rencontres ordinaires...mais extra...

Dix jours après avoir commencé l'expérience, Alexandra rencontre son deuxième témoin Gérard, 51 ans a Calais et ancien marinier et aveugle suite a une opération qui provoquait un avc l'ayant rendu aveugle © France 2 / 21 jours à...Après quatre jours de reconnaissance et des premier pas autant a l'intérieur que a l'extérieur celle va a la découverte de ces témoignages. En dehors des institutions spécialisées et des associations, qui se soucie du bien-être de ces personnes ? Alexandra ALEVEQUE est allée à leur rencontre pour tenter de comprendre la manière dont elles envisagent leur propre existence.

Parmi eux deux hommes comme celui de Gérard, 51 ans, père de famille et Jérôme, chef d'entreprise de 35 ans deux homme que tout oppose. Le premier malgré le soutien de sa femme et de ses deux fils et qui n'arrive pas à accepter la perte de sa vue suite a une opération du dos ou il fera un avc. Un homme balayé par la détresse. Nous, qui pouvons contempler à loisir un paysage, savons-nous les ressources qu'il faut pour s'attacher au monde lorsqu'on en ignore les couleurs ?

Face à Jérôme aujourd'hui chef d'entreprise aveugle depuis l'âge de 15 ans a transformé sa déficience en une force de caractère et une confiance en l'avenir peu communes. Battant, il a lutté dés l'adolescence pour suivre un parcours de voyant, qui s'est avéré exemplaire. Avec lui, Alexandra a assisté à son premier match de foot en tribune...

Ou encore face a Sandra, 24 ans, aveugle depuis 2 ans après un accident de voiture, qui nous explique comment elle travaille d'arrache-pied pour apprendre les nouveaux codes de son quotidien, parce que "j'ai ma vie à faire. Faut que j'y aille".

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir