Contenu principal

Message d'alerte

A droite Caty une des psychologue qui viennent soutenir la maman de Jessy et de Simon l’aîné qui bénéficie d’une thérapie depuis deux ans et Jessy Lemay alors que pour ce dernier cela ne fait que douze semaines.Un enfant sur cent cinquante est touché par l'autisme ce qui en fait un problème de santé public. Ce trouble du développement prend des formes aussi variées qu'il y a d'enfants qui en sont atteints. Le tournage a eu lieu en France et aux États-unis car ces deux pays sont pionniers de la recherche sur l'autisme. 

Tous ont en commun d'avoir des difficultés dans la relation à l'autre. Au cours des dix dernières années, en explorant la planète autisme, les neurosciences, la génétique et la psychologie du développement ont conquis de nouveaux territoires. Des découvertes récentes ont mis en évidence l'effet de ce trouble sur le cerveau et sur la façon de percevoir le monde et de communiquer.

Les thérapies nouvelles, qui en découlent, visent à relancer le développement atypique des enfants atteints d'autisme par l'échange ludique et des activités ajustées, dès les premières années. Ces méthodes donnent l'espoir de rejoindre ces enfants différents, de leur donner les clés pour grandir, et vivre dans ce monde.

Le tournage qui montre les thérapies innovantes que nous avons filmées font l'objet de validations expérimentales. Malgré le dynamisme de la recherche et la pertinence de ces méthodes, l'approche par le développement – qui n'est ni psychanalytique, ni comportementale – est encore assez mal connue.

Aux États-unis, l'âge moyen du diagnostic est de quatre ans et tous les enfants atteints d'autisme vont à l'école ou sont accueillis en institution. En France seulement la moitié des enfants atteints bénéficient d'une prise en charge à temps complet et l'âge moyen du diagnostic est de six ans, avec des listes d'attente souvent très longues. 13 000 enfants porteurs de handicap sont à la charge exclusive de leurs parents, ce qui a valu à la France plusieurs rappels à l'ordre de la part de l'Union Européenne. Il est temps que la loi de 2005 sur le handicap soit appliquée pleinement et que le droit au diagnostic et à l'éducation pour tous les enfants atteints d'autisme devienne réalité.

Un film produit par Flair Production et Guillaume ROY avec la participation de France Télévisions France 5 et le soutien du Ministère des Affaires sociales et de la santé. Un film diffusé en avant-première le 12 décembre à 19h30 à Amphithéâtre Pierre Laroque en présence notamment en présence de Laurent SETTON, Délégué à l'Information et à la Communication mais aussi de la réalisatrice, Valéria LUMBROSO et de Guillaume ROY le producteur.

A noté que ce film sera diffusé une semaine plus tard le 18 décembre 2012 sur France 5 à 20h 35 dans « Le monde en face » présenté par Carole GAESSLER.

La Rédaction

Tthibault lors de ces entrainement image du premier reportage "Ma plus belle histoire" diffusée  le 7/12 à 22 h le 9/12 à 8 h et le 20/12 à 21 h Alors que se déroule en plein cœur de Paris du 1er au 9 décembre et qui accueille cette année eux aussi les personnes a mobilité réduite avec la présence l'Écurie de la Ville au Bois située en Seine et Marne.

Voici l'histoire à travers deux documentaires de force et de conviction d'un jeune garçon qui a décidé que l'amour de l'équitation serait le moteur du dépassement de son handicap. Un pari réussi que nous montre la chaîne câblée Équidia entre le 7, 9 et 20 décembre prochain* à travers deux documentaires réalisés par Sarah-Myriam Poirson.

Ma plus belle histoire

Thibault n'a pas choisi de naître handicapé, mais il a choisi d'écrire sa destinée. Atteint d'un handicap moteur cérébral à plus de 80 %, Thibault Stoclin, 19 ans, attachants et débordants de vie, s'est découvert une passion pour l'équitation. Monter à cheval l'épanouit et l'aide considérablement dans sa vie de tous les jours. Il remercie souvent son cheval de lui prêter ses jambes pour l'emmener au bout de ses rêves. Documentaire de 52 minutes, « Ma plus belle histoire » a été sélectionnée dans de nombreux festivals (Moscou, Tokyo, Milan...)

Le défi de Thibault

Un second reportage qui nous montre toute la volonté de ce jeune homme pour qui l'équitation dépassera le handicap et deviendra pour Thibault,  un défi....Si le handicap fait partie intégrante de la vie de Thibault et de ses proches, sa façon de transcender sa vie pour atteindre un but très précis est exceptionnelle. La passion qu'il voue pour son cheval et la compétition de haut niveau est sans doute la seule manière que Thibault a trouvée pour accepter et dépasser son handicap.

Consacré sept ans, de suite Champion de France en dressage para équestre, il est entré dans l'Équipe de France avec pour défi une sélection aux Jeux paralympiques de Londres... Défi qu'il n'aura pas réussi à atteindre pour cette fois...

Salon du cheval à Paris

affiche du salon du cheval de paris 2012 qui acceuil cette année les personnes a mobilité réduitePrésente sur le salon la chaîne, celui-ci sera cette année véritablement ouvert à tous ! Que vous soyez novice ou cavalier confirmé, le Salon vous donne rendez-vous pendant 9 jours pour vivre de riches moments d'échanges, de rencontres, de compétitions et de spectacles.

Un lieu ou même les cavaliers a mobilité réduite seront les bienvenus et y découvrir un lieu unique en Île-de-France, l'Écurie de la Ville au Bois situé en Seine et Marne. L'occasion d'une découverte, mais aussi d'un possibilité vers l'apprentissage a long terme pour ceux qui auront pris goût à l'expérience.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Philippe CROIZON et le sportif Arnaud CHASSERY à leur arrivée à Cirès, sur la côte marocaine avec Théo son petit protéger tenant le drapeau tricoloreProjeté mercredi à Joigny il y a deux jours dans l'Yonne à Joigny, celui-ci sera diffusé le 30 novembre dans une émission spéciale de Thalassa à 20h45 sur France 3 à Philippe CROIZON en diffusant "Nager au-delà des frontières". Le film raconte l'exploit réalisé par Philippe CROIZON accompagné d'Arnaud CHASSERY. Deux nageur « intouchables », l'un handicapé, l'autre valide, qui ont traversé à la nage quatre détroits séparant les cinq continents affrontant les eaux très froides de Béring ou peuplées de requins de l'Océan Indien.

Philippe CROIZON, originaire de Châtellerault dans la Vienne, a été amputé des quatre membres à l'âge de 26 ans après un accident dû à l'électricité. Il s'accroche farouchement à la vie et va relever les défis avec un courage exemplaire. Saut en parachute, plongée sous-marine puis en septembre 2010 à 42 ans, la traversée de la Manche à la nage qui le fait connaître au grand public.

Cet homme décide alors de se lancer dans une nouvelle aventure et en compagnie d'Arnaud CHASSERY monte le projet de relier les cinq continents à la nage en quatre mois. Un combat tout d'abord financier pour réunir les fonds nécessaires puis physique pour aboutir sur une formidable aventure sportive et humaine.

Ces rencontres, le récit des traversées, les longues préparations, l'histoire d'une amitié et la découverte d'un homme qui force le respect "Nager au-delà des frontières" relate ces mois d'aventure.

Cent dix minutes, sans voyeurisme, entre les rires de Philippe Croizon, avec un conducteur papou ou en file indienne avec les enfants de la Petite Diomède dans le détroit de Béring ; Arnaud lançant, goguenard, « on sera pour l'apéro en Indonésie » ou souriant sur leur défi, fait « complètement à l'arrache ». Du rire, mais aussi son lot de larmes, « le casse-tête administratif » sans cesse renouvelé, l'attente en Papouasie, sur la Petite Diomède, en Égypte ou à Gibraltar : « On est deux furieux qui n'ont qu'une envie d'être lâchés », lance alors Philippe CROIZON dans le documentaire.

Le film présenté au Festival du Film d'Aventure de La rochelle a reçu le Grand public du public et Philippe CROIZON, invité d'honneur de l'Unesco à Paris a été longuement ovationné sur scène. Un film a été réalisé par Robert ISENI et Charlène GRAVEL et coproduit par Gédéon Programmes et France Télévisions/Thalassa.

Le 1er décembre à 15h20, retrouvez l'homme a nouveau sur votre France 3 dans le documentaire produit par France 3 Poitou-Charentes qui lui est consacré intitulé "La vie à bras le corps" .

Des femmes défiliant sur un poduim présentant une collection de vétement issus d'un extrait du documentaire A vous de voir comment je m'habille © Bleu Krystal media / France 5  Alors que Paris connaîtra la 5è présentation Mode & Handicap créée en 2006 et son défilée été/printemps 2013/2014 organisée dans le cadre de la manifestation « Mois Extraordinaire » le 29 novembre prochain. France 5 nous amène dans le cadre d'un documentaire de 26 minutes dans une société ou l'apparence et l'image de soi prévalent de plus en plus.

il semble légitime de se demander comment les personnes déficientes visuelles vivent ce monde du paraître. Comment vivent elles la mode ? Le prêt-à-porter ? Comment maîtrisent-elles leur relation quotidienne au vêtement ? Roxane, Véronique et Wahiba nourrissent cette réflexion et racontent leur vécu respectif.

Roxane travaille à l'Institut des Jeunes Aveugles (INJA) et s'occupe notamment des relations extérieures. Pour elle, la tenue vestimentaire s'avère d'une grande importance. Elle livre son quotidien et révèle l'organisation de sa garde-robe, organisation lui permettant de rester autonome.

Véronique, ancienne mannequin, a travaillé dans une boutique de prêt-à-porter avant de devenir non-voyante. Elle raconte comment son rapport au monde et à la mode s'est modifié, et revient sur son passé de mannequin.

Wahiba est une « mordue » de mode et de nouvelles tendances depuis toujours. Non-voyante depuis l'âge de 18 ans, cette passion ne l'a pas quittée. Elle a aujourd'hui décidé de monter un projet avec de jeunes étudiants stylistes qu'elle a mis au travail sur la création d'une collection de prêt-à-porter autour du thème de la déficience visuelle, jusqu'à son dévoilement officiel au public lors d'un défilé de fin d'année.

Un documentaire si proche de cette réalité que vivent tout les jours déficient visuelle notamment comme peuvent le vivre les personnes touché aussi par une déficience physique ou mental. Un documentaire réalisé par Isabelle Saunois et Produit par Bleu Krystal Media avec la participation de France Télévision et soutien du CNC et de l'UNADEV. Un documentaire a voir le 3 et 8 décembre prochain a 8h25 et 23h00.

La Rédaction

Troisième jour, ici en découverte et en apprentissage avec l’extérieur et Corinne qui depuis 24 ans a se déplacer a des déficient visuel.© France 2 / 21 jours à...Souvent proposé dans des manifestations grand public pour leur faire comprendre et imaginer la vie quotidienne d'une personne « non-voyante », un euphémisme qui révèle encore a notre société la persistance d'une peur face à ce handicap. C'est l'expérience qu'a voulu vivre une de nos co-sœurs journaliste Alexandra ALEVEQUE, qui après une immersion dans la peau d'une ouvrière et d'une auxiliaire de vie, plonge dans l'obscurité pendant trois semaines. Une expérience que vous pourrez vivre ou revivre dans une série d'émission intitulée 21 jours à...diffusé sur france 2 à 22h30.

Un documentaire fort dans les rencontres que va faire Alexandra ALEVEQUE qui malgré la fatigue physique et mental progresse une canne à la main, dans sa rue devenue immensité menaçante. Une vie ou chaque instant montre y comprit dans les gestes anodins comme repérer les étages, éteindre son réveil, poser sa tasse de café sont source de complications infinies. Des sorties qui sont souvent pour des milliers d'entre eux un parcours d'un combattant. Après trois jours d'expérience Alexandra ALEVEQUE fait la connaissance de Corrine qui apprend depuis 24 ans a se déplacer a des déficient visuel.

Une jeune femme qui sait aussi qu'au bout de cette expérience elle retrouvera une vie normale. Contrairement a Jérôme, Gérard, Sandra ou encore Emmie 5 ans aveugle de naissance et qui pourtant une petite fille pleine de vie, soutenue par ses parents, qui aimeraient tant que leur "petite fille pose un jour son regard sur eux".

La Journaliste qui souhaite avant que ce reportage puisse contribuer à changer le regard des valides sur les personnes handicapées, qu'ils " soient un peu plus attentif sur les non-voyants qu'ils croisent. [...] Mais ce n'est pas parce qu'on est handicapé qu'on a besoin de l'aide des autres mais il faut que cette aide soit bien amenée et il faut savoir la proposer."

Des rencontres ordinaires...mais extra...

Dix jours après avoir commencé l'expérience, Alexandra rencontre son deuxième témoin Gérard, 51 ans a Calais et ancien marinier et aveugle suite a une opération qui provoquait un avc l'ayant rendu aveugle © France 2 / 21 jours à...Après quatre jours de reconnaissance et des premier pas autant a l'intérieur que a l'extérieur celle va a la découverte de ces témoignages. En dehors des institutions spécialisées et des associations, qui se soucie du bien-être de ces personnes ? Alexandra ALEVEQUE est allée à leur rencontre pour tenter de comprendre la manière dont elles envisagent leur propre existence.

Parmi eux deux hommes comme celui de Gérard, 51 ans, père de famille et Jérôme, chef d'entreprise de 35 ans deux homme que tout oppose. Le premier malgré le soutien de sa femme et de ses deux fils et qui n'arrive pas à accepter la perte de sa vue suite a une opération du dos ou il fera un avc. Un homme balayé par la détresse. Nous, qui pouvons contempler à loisir un paysage, savons-nous les ressources qu'il faut pour s'attacher au monde lorsqu'on en ignore les couleurs ?

Face à Jérôme aujourd'hui chef d'entreprise aveugle depuis l'âge de 15 ans a transformé sa déficience en une force de caractère et une confiance en l'avenir peu communes. Battant, il a lutté dés l'adolescence pour suivre un parcours de voyant, qui s'est avéré exemplaire. Avec lui, Alexandra a assisté à son premier match de foot en tribune...

Ou encore face a Sandra, 24 ans, aveugle depuis 2 ans après un accident de voiture, qui nous explique comment elle travaille d'arrache-pied pour apprendre les nouveaux codes de son quotidien, parce que "j'ai ma vie à faire. Faut que j'y aille".

L'équipe au complet de la nouvelle 2e saison de la mini série "les Vestiaires" sur France 2 ©Ftv/François LefebvreAprès une première saison qui a réuni en moyenne 1,5 millions de téléspectateurs, « Vestiaires », la série impertinente et décalée 100% handi, revient pour 40 nouveaux épisodes de deux minutes sur France 2 à partir du 12 novembre à 19h50 du lundi au vendredi. Retrouvez Romy et Orson pour leur entraînement mais aussi toute l'équipe de nageurs handisports d'Aubagne, CARO, RAMIREZ, THIBAULT et les autres.

Cette année ils devront composer avec de « drôles » de loustics valides : leur nouveau kiné à la plastique parfaite, l'intraitable femme de ménage de la piscine, leur coach dépressive. Lors de la première année, ils s'étaient assez gentiment échauffés. Attention, pour cette nouvelle saison, ils sont carrément chauds bouillants ! Oubliées réserve et raison, pudeur et sagesse, nos trublions infernaux promettent encore plus d'humour, de déshabillés et de joie de vivre...Accompagné d'un humour satirique et décalé, non dénué d'un profond humanisme.

Une réussite pour cette série qui avait lors de sa première saison avait étaient récompensés par les Trophées du Film Français et dont le projet iconoclaste dans un paysage audiovisuel français peu à l'aise dans le traitement humoristique du handicap. Les 23 premiers épisodes avaient réalisé en moyenne, 1,6 millions de téléspectateurs.

Une serie qui fait suite au lancement il y a quelques semaine ce celle du policier Fred Caïn. La ville, Marseille qui véritablement même au coeur mêmes des téléspectateurs cette serie n'a pas véritablement convaincu. "Je trouve ce personnage complètement déplacé et en tout cas fait passer le handicapé physique pour un être mentalement dérangé. Je suis surpris que Mme Di Chiappari ne soit pas plus sévère envers une série qui ne va pas arranger nos affaires", ecrit un temoin sur le forum de l'APF. Il vrai que France télévision peu vouloir se rattraper avec le peu de moyen déployer pour les jeux paralympique. Force est de constaté que l'animateur d'emission ou le présentateur d'un journal handicapés lui n'a toujours pas vu le jour sur France Télévision...

La Rédaction

Martin, 22 ans et son chien Fanta dans les rues de Paris ou il reside © bleu Krystal media Quelques semaines après la campagne de promotion menée par la FFAC, voici encore un excellent moyen pour comprendre et mieux imaginer l'importance essentiel de ce que représentent le chien et son maître, lors que celui-ci n'a plus la vu, en l'occurrence a travers Martin 22 ans et son chien Fanta. Un documentaire de 26 minutes proposé sur France 5 par Bleu Krystal média, le 5 et 10 novembre.

Quiconque a déjà croisé un aveugle marchant dans les traces de son chien mesure à quel point ce dernier est pour l'homme un atout majeur en termes de mobilité. Mais au-delà de « l'outil » extraordinaire que représente le chien guide, quel est le lien affectif qui se tisse, au fil des ans, entre le maître et son chien ?

Olivier, 38 ans, et Georgette, 78 ans ont déjà eu plusieurs chiens guides. Si les expériences sont forcément différentes, tous deux sont unanimes sur un point : leur chien, c'est leurs yeux, la clé de leur autonomie et de leur liberté. L'animal a transformé leur existence à tel point qu'aujourd'hui, ils ne pourraient plus s'en passer. En plus de l'aide précieuse que les chiens guides apportent dans l'accomplissement des tâches quotidiennes, ils sont des compagnons de route occupant une place de choix dans leur univers.

Pour le jeune Martin, 22 ans, l'aventure ne fait que commencer puisqu'il vient tout juste de se voir remettre Fanta, son premier chien guide. Pour Martin et Fanta, ce sont les premiers pas d'un couple en formation. La fusion attendue entre Martin et sa jeune chienne aura-t-elle lieu ? La venue d'un chien guide dans la vie d'un non-voyant, est un bouleversement total : une porte ouverte sur la liberté certes mais aussi des contraintes qu'il faut gérer sous peine de courir tout droit vers un échec car le chien, lui aussi, a besoin de soins attentifs, de reconnaissance et d'affection...

Un documentaire que vous pouvez voir le lundi 5 novembre a 8h25 ou le 10 novembre a 23h00 sur france 5