Contenu principal

Message d'alerte

Le Président du FIPHFP, Didier FONTANA sans véritable comité nationale depuis septembre 2012Alors que le mandat des membres du comité nationale FIPHFP, rassemblant les employeurs publics, les associations et les organisations syndicales de la Fonction Publique a pris fin le 27 septembre dernier. L'arrêté de nomination des nouveaux membres n'a toujours pas été publié au journal officiel à ce jour. Une situation qui provoque la colère des associations représentative comme la FNATH, l'APF ou l'UNAPEI et la FFAIMC mais aussi celles des syndicats comme FO - FSU CFE-CGC – CFTC – CGT. Un délai dont les associations et les syndicats dans un communiqué commun ont jugé trop long et inadmissible !

Au regard des attributions et compétences du Comité National du FIPHFP. Situation incompréhensible que le chemin reste encore long pour atteindre les 6 % dans la fonction publique dont la moyenne et tout supérieur a 4.22 % et qu'il reste donc encore un défi pour notamment pour l'administration d'état.

Le retard pris dans l'activité du Comité National a un impact important sur des dossiers pourtant urgents souligne le communiqué tel que le suivi du plan d'accessibilité de l'environnement professionnel des trois fonctions publiques, pilotage des politiques concertées d'emploi et de formation des travailleurs handicapés au niveau national et régional, rénovation de la gestion des conventions employeurs, examen ou renouvellement de ces conventions, révision du catalogue des aides.

Questionné publiquement à plusieurs reprises par les organisations sur ce long délai, le gouvernement n'a pas jugé utile de s'en expliquer durant toute cette période. Le Premier Ministre lui-même, sollicité en janvier, s'était contenté de faire savoir que « les contraintes d'un emploi du temps très chargé ne lui permettait pas de (nous) recevoir prochainement ». Une conception de la baisse du chomage qui reste parfois un véritable mystère !

Pourtant, en septembre dernier, une circulaire interministérielle annonçait que « le Président de la République a pris l'engagement de faire du handicap une préoccupation générale de l'action du Gouvernement ». Nos organisations espèrent que les ministères concernés auront désormais à cœur de concrétiser cet engagement. Ils peuvent être assurés de notre vigilance et de notre volonté de contribuer à l'amélioration du dispositif de compensation du handicap, face à un contexte socio-économique qui fragilise encore davantage les personnes concernées.

Stéphane LAGOUTIERE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir