Contenu principal

Message d'alerte

Logo FIPHFPLe Délégué fédéral en charge du Handicap, de la Fédération des fonctions publiques de la CFE-CGC, Christophe ROTH a dénoncé une nouvelle fois la décision du gouvernement de ponctionner 29M€ au FIPHFP, caisse qui sert à financer les aides pour le handicap ! Une situation qui produite également dans les fonds de l’AGEFIPH pour le secteur privé, alors que la demande d’aides pour les personnes handicapées est en ce moment plus importante, Une action faite en toute discrétion par le ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, François REBSAMEN, à l’occasion d’un amendement gouvernemental, adopté discrètement la semaine dernière.

Objectif, permettre en tou impunité permettre de puiser dans les réserves du Fonds d’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) afin de financer les emplois aidés. Des réserves “dormantes”, selon le ministre du Travail.

Membre du Comité national du FIPHFP, la CFE-CGC dénonce se quelle considère comme de toutes les associations représentatives du handicap. Un acte grave puisqu’il diminue des moyens de ce fond pour les personnes handicapées qui cherchent un emploi ou qui veulent le conserver dans les trois Fonctions publiques. Un taux d’embauche qui était de 4.22 % en 2013.

« Une telle décision s’assoit aussi sur l’idée que cette contribution des différents ministères est une participation à l’action pour le handicap, une façon d'intégrer le handicap dans la vie des Fonctions publiques », souligne Christophe ROTH et d’ajouté qu’« une telle ponction est le signe d’un mépris du ministère du Travail vis-à-vis des textes statutaires de ce fonds qui ne permettent pas ce genre de cavalcade financière ! ».

Un choix fait au mépris du Comité national du FIPHFP qui n'a pas été concerté en amont et qui n’aurait été informé ! et dont les conséquences risque de fragilisé la COG voté et l'avenir du FIPHFP et ses différentes actions pour l’emploi.

Les Fonctions publiques CFE-CGC tirent la sonnette d'alarme face à une remise en cause de ce qui fonctionne et qui est utile pour l'intérêt de tous, tout cela pour venir combler des déficits par ailleurs. Et qui s’interroge en se demandant, quelles sont donc les priorités? « Pas le handicap a priori ! ». Le syndicat qui souhaite et demande le retrait de cette décision et reste en action sur cette décision prise sans concertation !

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir