Contenu principal

Message d'alerte

Les universites securise au depend de l emploi des travailleurs handicapes universite toulouse 1Sept jours après son annonce à l’occasion de la conférence des présidents d’université, la polémique sur les déclarations de la ministre de l’Éducation national ne ce cesse de s’amplifier. Ainsi la FNATH, mais aussi l’APF et bien d’autres ont exprimé leurs colères et leurs incompréhensions sur une décision jugeant « inacceptable » pour la FNATH au risque de mettre en danger dans de l’emploi dans la fonction publique.

La sécurité ne peut "mettre en péril l’emploi"...

La FNATH qui de son côté condamne cette décision qui met selon elle « en péril l’existence même du fonds, après de nombreuses autres ponctions » précisant que la sécurité des établissements scolaires ne doit pas se faire au détriment de l’emploi des personnes handicapées. Un sentiment partagé par l’APF qui rappelle que « les universités, et l’Éducation nationale tentent par tous les moyens, depuis plusieurs années, de se défausser de leurs obligations d’emploi de personnes en situation de handicap ». Des universités il vrai qui emploient seulement 1,6% de travailleurs en situation de handicap au lieu des 6% légalement requis

L’APF précisant dans son communiqué que « si une meilleure sécurisation des campus universitaires est indispensable celle-ci ne doit pas être réalisée aux dépens des droits des personnes en situation de handicap. Le handicap doit cesser d’être la variable d’ajustement systématique et opportuniste des politiques publiques ! »

Les associations rappelant les nombreuses ponctions de 90 M€ sur trois ans sur le Fond du FIPHFP s’ajoutant au 58 M€ pour les contrats aidés auquel n’ont que très peu bénéficié les salariés handicapés. La FNATH qui souligne dans son communiqué que « Cette décision ne sera pas indolore, puisqu’elle pose ni plus ni moins la question du maintien de l’existence de ce fonds. En effet ce fonds, qui dépense depuis deux ans plus que les contributions qu’il reçoit, doit puiser dans ses réserves. Autant dire que cela revient à mettre en cause à court terme les aides qu’il doit verser pour favoriser l’accès et le maintien en emploi des fonctionnaires handicapés »

Une décision que condamnent les deux associations face a un chômage qui n’a jamais été aussi élevées même si dans la fonction publique hospitalière qui atteint les 6% et la fonction territoriale qui les a pratiquement atteints selon le dernier du FIPHFP EN 2016, celui dans le secteur privé reste très bas. Pour preuve avec un taux de chômage qui a augmenté de 130% en 7 ans, atteignant près de 500.000 chômeurs actuellement !

L’APF qui déplore « ce nouveau coup porté à l’emploi des personnes en situation de handicap, elle demande au gouvernement de se saisir enfin de cette question prioritaire et d’apporter des réponses concrètes, en urgence, aux personnes en situation de handicap ».

Stéphane LAGOUTIÉRE

Source : FNATH & APF

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir