Contenu principal

Message d'alerte

Affiche de la manifestation APFAprès bientôt 40 ans d'attente et deux lois inappliquées en matière d'accessibilité, l'Association des paralysés de France (APF) déplore les délais proposés par le gouvernement pour la mise en accessibilité de la France : jusqu'à 10 ans de plus ! L'association qui après avoir lancé une pétition, portée par Philippe Croizon, pour dire OUI à l'accessibilité qui a récolté plus de 188.000 signatures en quelques semaines, l'APF amplifie ce mouvement en organisant un grand rassemblement national, mardi 13 mai de 11h à 15h, place de la République à Paris : « Liberté - Égalité - Accessibilité : l'appel des 100 ! »

Ce rassemblement repose sur la prise de parole de 100 représentants de l'APF, venus de toute la France, dans un format court et impactant : 1 minute par intervenant pour témoigner de la colère des personnes en situation de handicap concernant le manque d'accessibilité et les nouveaux délais annoncés.

L'APF attend aujourd'hui du gouvernement des engagements fermes à la hauteur des enjeux : des délais resserrés et des sanctions fortes pour tous les acteurs ne respectant pas l'obligationd'accessibilité !

Un dispositif inédit pour une retransmission de l'événement en direct Afin de permettre à toutes les personnes ne pouvant pas être présentes le 13 mai de suivre l'événement en direct, un dispositif de retransmission sur Internet est mis en place. De 11h à 15h, les internautes pourront suivre et commenter en direct l'intégralité des interventions des représentants APF et les différentes animations qui auront lieu place de la République, en visionnant la vidéo de live streaming sur www.necoutezpasleslobbies.org ou sur www.apf.asso.fr.

Pétition : objectif 200.000 signataires !

Lancée le 11 mars dernier, la pétition de l'APF « Accessibilité : la liberté d'aller et de venir ne peut pas attendre 10 ans de plus ! », portée par Philippe Croizon, a déjà récolté plus 188.000 signatures sur www.change.org/accessibilite. l'association qui Liberté-Égalité-Accessibilité appel des 100éspere atteindre les 200.000 signataires qui disent OUI à l'accessibilité !

Avec cette pétition, Philippe Croizon appelle à soutenir le combat de l'APF pour une société accessible à tous : « Mon rêve, c'est une société où la personne en situation de handicap ne se posera plus ces questions :

Est-ce que je peux aller au cinéma ? Est-ce que je peux aller faire mes courses ? Est-ce que je peux prendre le métro ? Est-ce que je peux trouver un travail ? Et la liste est longue.... Je rêve que la personne en situation de handicap dise : Je vais au cinéma, je vais faire mes courses, je vais prendre le métro, je travaille grâce aux compétences acquises pendant toute ma formation scolaire sans aucune crainte puisqu'égale de tous ! »

Des mobilisations dans toute la France

Plusieurs délégations départementales de l'APF ont organisés des rassemblements pour protester contre les délais de mise en accessibilité de la France. Ainsi, une dizaine de manifestations ont eu lieu à Toulouse, Mont-de-Marsan, Orléans, Marseille, Vannes, Vesoul et Belfort. La Roche-sur-Yon, Nice, Limoges et Nantes organisent un rassemblement le 13 mai pour amplifier la mobilisation nationale du même jour. Le 20 mai, une manifestation est prévue à Montpellier.

Une France accessible en 2015, cela est-il possible...

l'APF qui reste convaincu que oui et pour qui alors que de nombreux lobbies se sont acharnés à déclarer que l'accessibilité c'est trop cher, trop compliqué, qu'ils n'avaient pas assez de temps, ni de moyens ; de nombreux établissements recevant du public ou transporteurs ont réalisé les travaux de mise en accessibilité de leur établissement avant l'échéance du 1er janvier 2015. "Rendre accessible un lieu public ou un transport en commun, c'est impossible ? Pourtant ils l'ont fait !"

Accessibilité : 40 ans d'échec et bientôt 10 de plus ?

Presque 40 ans après la loi de 1975 faisant de l'accessibilité une obligation nationale, le retard pris en la matière est particulièrement préoccupant ! À peine plus de la moitié des écoles et seulement 42% des réseaux de bus sont accessibles aux personnes en situation de handicap ! Même constat pour les cabinets médicaux et paramédicaux puisque la moitié des personnes en situation de handicap ont des difficultés à en trouver un accessible1.

Pourtant, depuis cette première loi de 1975, et plus encore depuis la loi handicap du 11 février 2005, les associations n'ont cessé de demander un accompagnement fort, une impulsion politique claire et des dispositifs financiers adaptés.

Aujourd'hui, le gouvernement envisage une programmation pluriannuelle des actions de mise en accessibilité, c'est-à-dire un dispositif avec des effets concrets, visibles, tangibles, année après année, constatables par un premier bilan au bout de 12 mois. Mais, concernant les délais envisagés qui peuvent aller jusqu'à 10 années supplémentaires, le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) a manifesté sa réprobation la plus totale.

Pour l'APF, après 40 ans d'immobilisme (la 1ère loi date de 1975 !), il est inacceptable de devoir attendre jusqu'à 10 ans de plus pour voir se concrétiser une réelle liberté d'aller et de venir. L'APF réitère avec force que l'accessibilité est un droit fondamental, qui ne peut devenir effectif qu'avec la continuité complète de la chaîne de déplacement et d'activité.

L'APF demande donc fermement que les délais soient resserrés, conformément à l'engagement pris par le Premier ministre lors du Comité interministériel du handicap du 25 septembre 2013. La Rédaction qui sera présente pour intérroger les manifestants et le président de l'APF.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir