Contenu principal

Message d'alerte

Image campagne FAF accessibilité (illustration)Manifestement les associations et pas seulement l'APF qui souhaitent souvent faire croire qu'elle serait la seule dépositaire des questions de l'accessibilité, la Fédération des aveugles de France, viennent aujourd'hui à travers une déclaration mettre en avant sa colère dans le dossier de l'accessibilité. Dossier qui sera discuté comme promis par François HOLLANDE, le 4 juillet dernier aux associations lors de la conférence nationale. La question est de savoir si le chef de l'État et son gouvernement ont véritablement un souci de négociation alors même que le délai de 2015 a été repoussé de 10 ans !!!

La Fédération des Aveugles et Handicapés visuels de France (FAF) qui dénonce notamment l'application dans les jours prochains du projet d'ordonnance relative à l'accessibilité qui va « profondément modifier la loi » du 11 février 2005. Une possibilité obtenue par le Gouvernement par la loi n°2014-789 du 10 juillet 2014 et publiée au JO du 11 juillet dernier.

Cette derniére autorisant le Gouvernement à prendre par voie d'ordonnance toute mesure pour la mise en accessibilité des établissements recevant du public, des transports publics, des bâtiments d'habitation et de la voirie pour les personnes handicapées. Vincent MICHEL, le Président de la FAF qui s'étonne qu'une ordonnance remette en cause une loi votée par le Parlement voilà près de 10 ans.

Il affirme ne pas comprendre et qu'« Il serait tout de même curieux que le Parti socialiste, alors dirigé par

François Hollande, qui ne trouvait pas cette loi assez avant-gardiste, la vide aujourd'hui d'une large partie de sa substance par le procédé de l'Ordonnance ». Et d'ajouter son étonnement face à des projets de décret et arrêtés présentés récemment qu'ils remettent en question sur bien des points les consensus sur lesquels l'ensemble des parties prenantes avait abouti lors des précédentes négociations de l'automne et l'hiver 2013-2014.

Des négociations si le terme peu en soit peu être véritablement utilisé qui après avoir reçu le vendredi soir un projet d'arrêtés de 40 pages celui de surcroit est totalement inaccessible aux déficients visuels, tout ceci pour une réunion décisive le lundi matin à 9 h. Un comportement et des agissements qui incite la FAF à avoir le plus grand mal à croire la parole politique et les promesses sans lendemain, systématiquement contredites par les projets de décrets et d'arrêtes proposés par l'administration.

Aujourd'hui, le contrat de confiance entre les politiques et les associations est donc sérieusement remis en cause par ce double discours et les Aveugles de France se posent la question de leur présence future lors de la Conférence nationale du handicap (CNH) prévue en fin d'année.

Le 2 juillet dernier, le Président de la République s'est engagé à ne pas attendre 10 ans de plus pour engager les améliorations nécessaires en matière d'accessibilité. La Fédération des Aveugles et Handicapés Visuels de France ne peut que se féliciter d'un engagement aussi solennel que celui-ci, mais attend toujours de voir concrètement les bonnes intentions transformées en actes, grâce à l'édiction d'un projet d'Ordonnance largement amendé proposant des délais réellement resserrés et un dispositif persuasif.

Malgré deux lois sur l'accessibilité en 40 ans, les résultats ne sont toujours pas au rendez-vous et la situation des personnes handicapées et notamment des personnes déficientes visuelles est pourtant critique. L'accessibilité est un droit qui n'a que trop longtemps été relégué au second plan. La FAF qui réclame et exige que le temps de l'action soit désormais appliqué dans les déclarations, mais aussi sur le terrain.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir