Contenu principal

Message d'alerte

Conception universelle accessibiliteL'accès à tous, pour tous, avec tous ! Tel est le message que l'APAJH souhaite porter porte la Charte de Paris pour l'accessibilité universelle, concept qui recouvre l'accès à tous les domaines de la vie, pour tous et au-delà tous les citoyens. Un texte adopté à l'unanimité lors du dernier congrès de l'APAJH et fruit d'une réflexion nationale interne et publique, mêlant à sa réflexion personnes en situation de handicap, militants, professionnels, familles, adhérents, ou encore experts. Une accessibilité que malheuresement dont la prise de conscience a du mal a se mettre en oeuvre...

Deux ans de travaux, concernant l’ensemble des domaines de la vie

Ce texte concerne sept domaines : l'école, l'emploi, la vie civique, le logement, l'accès aux loisirs, au sport, à la culture et aux médias, l'accès aux soins et enfin l'accès à une vie affective, à l’intimité, à la sexualité. Il développe des propositions et réflexions, et répertorie des témoignages et bonnes pratiques identifiées sur toute la France.

Pour Jean-Louis GARCIA, président de la Fédération des APAJH, « à presque dix ans de la loi du 11 février 2005, nous avons souhaité dépasser le modèle de l'accessibilité français, qui la conçoit essentiellement sous l'angle du handicap physique et de la chaîne de déplacement ».

Un angle qui est le fruit du passé en cet année du centenaire de la guerre de 14-18 ou les gueules cassés, amputé et autre blessée de guerre n’auront été vu que sous l’aspect physique et qui sera l’un moteur de la création de l’APF en 1933 par André Trannoy et d'autres personnes atteintes comme lui de poliomyélite. Pourtant l’accessibilité n’en reste pas moins un facteur qui nous concerne tous et le vieillissement de notre population le prouve, et pour lequel handicap visuel, mental, auditif, maladies invalidantes souvent invisibles, et femme enceinte ne doivent pas être oublié !!!

« Avec l’accessibilité universelle, nous proposons de changer de paradigme. Il pose des bases concrètes, utiles aux politiques, à la société civile, aux professionnels et plus largement, à tous les citoyens ; ceci au service d’un objectif, construire une société véritablement inclusive qui garantisse l’égalité réelle de chacun et de tous », conclut Jean-Louis GARCIA.

A l’heure de la Conférence nationale du handicap et du dixième anniversaire de la loi du 11 février 2005, il est temps que la France voit plus loin et se mette en conformité avec ses engagements internationaux pour construire une société toujours plus juste et plus égalitaire

Accessibilité universelle, un concept né de la convention de l’ONU

En 2010, la France a ratifié la Convention internationale sur les droits des personnes handicapées, suite à quoi le Conseil national consultatif des personnes handicapées a adopté une résolution pour faire appliquer l’accessibilité universelle dans le droit positif. Cinq ans plus tard le bilan reste largement décevant entre avance, promesse et reculade par les gouvernements successifs de droite comme de gauche.

Pour preuve l’application de la loi du 11 février 2005 prévoyant un délai maximun au 1er janvier 2015 n’aura pas été finalement respectée concernant l’accessibilité. La création des Agendas d'accessibilité programmée (Ad'Ap) le 25 septembre et publiée le 6 novembre dernier n’est au final qu’une vaste plaisanterie au regard des dotations en baisse continue pour les collectivités territoriales pour lequel ceci est loin d’être une priorité a quelques exceptions…

Rappelons que comme le précise l’article 2 Article de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées « On entend par « conception universelle » la conception de produits, d’équipements, de programmes et de services qui puissent être utilisés par tous, dans toute la mesure possible, sans nécessiter ni adaptation ni conception spéciale. La « conception universelle » n’exclut pas les appareils et accessoires fonctionnels pour des catégories particulières de personnes handicapées là où ils sont nécessaires. »

Pour l’APAJH, c’est cette conception de l’accessibilité et aucune autre qui est le moyen de réalisation de l’inclusion, une conception porter par d’autres associations qui ont tenté de faire entendre ce message lors de la conférence régionale a Nantes le 24 novembre dernier, mais sans véritable succès semble-t-il !

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir