Contenu principal

Message d'alerte

Emmanuel Constans president de L ADAPT le 21 juin 2013L'Assemblée nationale et le Sénat viennent de ratifier une ordonnance qui retarde les délais de la mise en accessibilité des lieux publics aux personnes en situation de handicap. L'ADAPT qui organise en novembre prochain la semaine pour l'emploi des personnes handicapées, dont la France, connaît un chômage de 23 %, a exprimé dans un communiqué sa colère. L'Adapt qui rappel que l'obligation d'accessibilité, déjà inscrite dans la loi du 30 juin 1975, avait été renforcée par la loi du 11 février 2005.

« Mais l'application de ces lois, qui devait être effective en 2015 pour tous les lieux publics, se voit à nouveau retardée ». Une situation que n'accepte plus il vrai malgré les affirmations de la ministre lors d'une visite a Paris sur le sujet.

La France qui compte 11,8 millions de personnes souffre d'une incapacité, d'une limitation d'activité ou d'un handicap, soit presque 17,8 % de la population et seulement 40 % des établissements recevant du public leur sont aujourd'hui accessibles ! Sachant que ceux concernant le handicap mental il ne représenterait 5 à 10 %

Une question d'autant plus importante que si aujourd'hui le taux d'embauche de 6 % n'est toujours pas respecté par près de 40 % des entreprises, le reste se situe dans une moyenne de 3 à 5 % seule quelques grandes entreprises comme le groupe Casino peut se vanter d'avoir atteint plus de 10 %. L'accessibilité des lieux de travail et de l'environnement notamment du trajet Domicile Emploi demeure essentielle si l'on veut pouvoir favoriser cette inclusion des personnes en situation handicap dans la société Française.

L'ADAPT qui déplore ce nouveau report de l'application de cette obligation et dénonce les largesses consenties en matière de dérogations aux institutions publiques. S'interrogeant sur le fait s'il s'agit là d'un abandon définitif des espoirs suscités par la loi de 2005 sur l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ? Qui conclut son communiqué en affirmant poursuivre son combat « pour une application rapide de cette mise aux normes ».

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources : Communiqué

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir