Contenu principal

Message d'alerte

Operation de controle des places reserve organise avec la Police et le collectif  CIAH31Toulouse 4e villes de France, ne cesse comme de nombreuses grandes villes, ils sont ainsi 400 000 véhicules à venir quotidiennement a Toulouse pour des raisons personnelles ou professionnelles. Si la ville dispose de 3 % contre les 2 % prévus par la loi, d'emplacement réservé, les difficultés pour les personnes handicapées restent constantes. Incivilité, fausse carte, utilisation abusive sont des situations que sont venu dénoncée, Odile MAURIN du collectif interassociatif handicap 31 au coté de Sonia LAVENIR, représentante départementale suppléante APF 31.

À leurs côtés le représentant du Préfet M. SOLEIL, ainsi que les agents de la Police nationale et municipale.

Une opération qui se veut un signal pour tous les contrevenants, les fraudeurs et personnes inciviques de tous poils pour leurs rappelés qu'ils ne peuvent plus continuer à agir ainsi en toute impunité. « L'action de ce matin n'est pas qu'une unique opération de contrôle, d'autres suivront... », soulignent Odile MAURIN et Sonia LAVENIR. Des policiers municipaux qui auront en 2015 dressé près de 1998 verbalisations, dont 323, en centre-ville.

Dix vérifications et trois contraventions

Une journée qui aura commencé par un contour du marché Victor HUGO, ou un livreur stationné sur l'emplacement n'aura pas échappé à cette première verbalisation. Une injustice selon lui « dutOperation de controle des places reserve  des automobilistes sans principes aux stationnements de livraison qui sont occupés et qui m'empêchent de travailler ». Un peu plus loin un homme dans son véhicule aura lui failli en venir aux mains avec les agents, estimant qu'il ne gênait personne...Deux expériences qui nous font comprendre que le slogan, maintes fois utilisé pour dénoncer les abus aux stationnements sur les places réservées « Si tu prends ma place, prends mon handicap !» et toujours au cœur de l'actualité, ce mercredi 23 décembre 2015.

Une situation confirmée également il y a quelques jours dans la parution d'un sondage publié par SETON. Ou ont apprend que les automobilistes ne sont pas les seules et qui sont 16 % ne pas la respecter le stationnement réservé. Ils sont ainsi 27 % chez les motards, et 22 % chez les livreurs. (V. article)

Occuper indument ces places, c'est dénier aux plus fragiles le droit de vivre ! Ce droit n'est pas un privilège, mais bien une compensation ! Quand on ne peut pas faire plus de 200 m à pied, quand on est en fauteuil, quand par exemple une maladie cardiaque ou respiratoire sévère réduit fortement l'autonomie de déplacement, quand on est aveugle ou grand malvoyant, quand on a besoin d'être accompagné.

Une place occupée de stationnement réservé qui peut avoir des conséquences importantes pour les personnes handicapées qui ne veulent passer deux heures à chercher un emplacement libre simplement « pour aller le médecin ou faire les courses d'aller travailler, d'accéder aux loisirs, en bref de vivre ! » Comme nous le précise Odile MAURIN dans l'interview vidéo que nous avons réalisée.

Fraude, reste un mal récurrent...

M. SOLEIL Representant de la prefecture de Toulouse et Sonia LAVENIR Délégué départementale adjointe de l APF 31Mais le véritable mal reste bien évidement la fraude, entre fausses cartes de plus en plus nombreuses, ou les utilisations abusives, comme celle fils qui utilisé la carte de sa grand-mère alors que celle-ci ne se trouve pas avec lui. Des situations malheureusement très fréquente et difficilement verbalisable, car très difficile a détecté. La carte actuelle dépend en effet pour son numéro de la préfecture et pour le propriétaire de la MDPH ou de l'ONAC (Office national des anciens combattants et victimes de guerre). Autre véritable difficulté les photos elles sont présentes au verso de la carte non visible par la police. Une situation qui a vu cette fraude se multiplier depuis quelques semaines depuis que la gratuité du stationnement accordée aux bénéficiaires de la Carte européenne de Stationnement a été ouverte sur l'ensemble des places ouvertes au public comme le reconnaît le représentant de la Préfecture.

Un regret pour Sonia LAVENIR l'absence d'un registre national, qui pourrait permettre une meilleure identification de son utilisateur. Une idée qui pourtant devrait faire son chemin, et pourrait un jour être enfin reprise par un gouvernement. Pour mémoire, le contrôle du respect des emplacements réservés appartient aux forces de police (nationale, gendarmerie et municipale).

Une situation qui ne risque pas de se réduire, sachant que Toulouse, 4e ville de France, se sont près de 400 000 véhicules qui ont quotidiennement alors que celle-ci ne dispose que de 17 400 places de stationnement, dont 9 700 sur voirie et 7 700 dans les parkings en ouvrage dont 3 % pour les places réservées. Il n'y a donc pas de la place pour chacun...

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir