Contenu principal

Message d'alerte

Les laureats_de_la_5e_edition_du_prix_Patrimoine_pour_tousFleur PELLERIN, ministre de la Culture et de la Communication, et Ségolène Neuville, Secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées ont présidé, le 27 janvier 2016, la 10e Commission nationale Culture Handicap avant de remettre le 5e Prix « Patrimoines pour Tous », aux lauréats de l'édition 2015. Un prix qui a pour objectif la mise en avant des avancées en matière d'accessibilité universel. 

C'est-à-dire pour les personnes en situation de handicap moteur, visuel, auditif ou mental, dans les établissements culturels accueillant du public. Un bilan qui peut paraître positif, mais qui sur le fond reste malheureusement trop casuel !

Renouveler leurs ambitions pour 2016-2017

Les ministres qui ont écouté attentivement Étienne Mengin, secrétaire général du Comité interministériel du Handicap, sur lequel il a notamment refait le point sur les avancé enregistrées depuis 2014 et notamment. La ministre et la secrétaire d'État ont rappelé leur engagement à ce que les établissements culturels se mobilisent pour accueillir en service civique de nombreux jeunes en situation de handicap et proposé que tous les jeunes en service civique bénéficient d'une formation au handicap organisée en lien avec les associations représentatives des personnes handicapées.

La Ministre de la Culture a rappelé que le projet de loi relatif à la Liberté de création, à l'architecte au patrimoine intègre pleinement la question de l'accès à la culture des personnes handicapées et notamment améliore l'exception handicap aux droits d'auteurs, en incluant dans la définition des publics bénéficiaires les dyslexiques ou dyspraxiques ; ainsi qu'en favorisant la mutualisation des fichiers numériques des œuvres adaptées aux situations de handicap entre les différentes structures agréées.

"Priorité à l'accessibilité à l'audiovisuel public"

Alors que les ministres ont notamment annoncé France Télévisions s'est engagé en matière d'accessibilité aux programmes télévisuels avec notamment le déploiement, dès juin 2016, d'un lecteur (player) permettant la mise à disposition, sur la télévisionSalle d exposition Musee departemental de la Ceramique Lezoux connectée, de l'interprétation de certains programmes en langue des signes française, et dès octobre 2016, de accessibilité en langue des signes des journaux d'information de 13h et de 20h. Faut-il s'interroger pourquoi ce service ne serait présent que sur les chaînes publiques et pas également privé. Une obligation que le CSA  pourrait parfaitement imposer au vu de son indépendance...

Un musée intergénérationnel...des musées locaux

Le 1er Prix pour la catégorie des établissements relevant des collectivités territoriales a été remis au musée départemental de la Céramique de Lezoux (puy de Dôme) qui a reçu 20 000 €, représenté par Dominique BRIAT, vice-présidente du Conseil départemental en charge de la Culture.

Un accueil auquel le musée s'est donné les moyens avec l'aide du département de faire de l'accessibilité pour tous les publics sa marque de fabrique. Il a ainsi reçu durant plusieurs mois un groupe intergénérationnel composé de seize personnes ayant des difficultés de santé ou très isolées socialement afin de favoriser l'accès à une pratique culturelle. « C'est une belle reconnaissance du travail des équipes du musée et des choix politiques volontaristes en faveur d'une culture qui s'ouvre à chacun, où qu'il se trouve sur notre territoire, quels que soient ses moyens et ses envies. Ce prix est un bel encouragement à poursuivre dans cette voie » aura lui souligné Jean-Yves GOUTTEBEL, Président du Conseil départemental

Une seance de L art par tous les sens au Musee des beaux_arts de QuimperLe deuxième prix aura lui été décerné, ex-aequo, au musée des beaux-arts de Quimper (Finistère) et au musée Fabre de Montpellier (Hérault), recevant chacun 15 000 €. Celui du musée des beaux-arts de Quimper pour son engagement dans une politique d'accessibilité généralisée afin de favoriser la compréhension des oeuvres par tous les publics. Sa salle pédagogique "Secrets d'atelier" est emblématique de cet engagement. Ainsi que le musée Fabre de Montpellier (Hérault). Depuis 2010, il propose une programmation de visites et d'ateliers adaptés à chaque déficience pour les visiteurs individuels et accueille annuellement près de 1 500 personnes handicapées.

A noté l'attribution par le jury une mention spéciale au musée Picasso d'Antibes (Alpes-Maritimes) sans dotation budgétaire, situé au sein du château Grimaldi, ce musée est aujourd'hui accessible aux personnes à mobilité réduite à la faveur d'une importante rénovation réalisée en 2008.

Améliorer l'accès pour tous...pour les musées nationaux

Enfin dans la catégorie des établissements relevant de l'État, la ministre a remis leur diplôme à deux établissements. Les Archives nationales (sites de Paris et de Pierrefitte-sur-Seine) ont été saluées notamment pour leur participation à différents projets de recherche visant à améliorer l'accès pour tous aux ressources et à la connaissance. Qui fait des progrès important pour les non et malvoyant. Comme avec les salles de lecture, celle de Paris (CARAN) et celle du centre de Pierre­fitte-sur-Seine, sont accessibles aux différents types de handicap, notamment aux personnes à mobilité réduite, mal-voyantes et malentendantes. Mais aussi celle ou se trouve le site internet des Archives nationales est conforme à la norme W3C et aux principales recommandations du référentiel général pour l’accessibilité des administrations (RGAA).

Un autre grand musée national celui du Sport à Nice, qui relève du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, a été distingué pour sa politique de mixité des publics dans l'offreMusee national du Sport a Nice culturelle et sa présentation des disciplines handisport au sein du parcours muséographique.Situé au rez-de-chaussée du stade Allianz Riviera à Nice, le Musée national du sport a ouvert ses portes au public le 27 juin 2014 et ses collections dont les premières remontent au XVIème siècle. Les espaces administratifs et le Centre de recherches, ont été rendus accessibles également, ainsi que les réserves qui sont visibles, sur réservation, par tous les publics, porteurs ou non de handicap.

La culture doit être accessible à tous...

Réuni le 5 octobre dernier, sous la présidence de Vincent BERJOT, directeur général des patrimoines, en présence des principales associations de personnes handicapées et de la société civile, et de la déléguée ministérielle à l'accessibilité, Marie PROST-COLETTA, avait souligné la très grande qualité de l'ensemble des dossiers de candidature. Il a souhaité associer au palmarès, les lauréats de l'édition 2014 : le Château de Saint-Mesmin, le Muséum d'histoire naturelle de Toulouse et le musée du Château de Mayenne, ainsi que le musée d'histoire de Nantes Château des ducs de Bretagne au titre d'une mention spéciale.

La ministre Fleur PELLERIN, qui a tenu a salué avant la remise des prix « l'engagement des établissements primés, plus largement, de l'ensemble des établissements publics sous tutelle de l'État ou des collectivités territoriales, en faveur de l'accès de tous à la culture ».

Insistant notamment pour  « que tous les Français participent à la vie culturelle, il faut faire en sorte que la vie culturelle fasse une place à chacun. Chacun doit s'y sentir inclus. C'est à mes yeux un enjeu essentiel, de justice sociale et de cohésion nationale à la fois. Les Prix "Patrimoine pour tous" montrent que rien n'est impossible à qui veut rendre les lieux de culture toujours plus accessibles aux personnes en situation de handicap. Tous ceux qui oeuvrent en ce sens pourront compter sur mon soutien».

La Secrétaire d'État aux personnes handicapées, Ségolène NEUVILLE aura elle insisté sur un principe « En proclamant le principe d'accessibilité universelle, c'est-à-dire le droit accordé à toutes et à tous d'accéder à tout la loi de 2005 a également ouvert aux personnes handicapées l'espace public dans sa totalité, et ce quel que soit leur handicap. Cela implique d'organiser leur pleine participation à la vie de la Cité. Ce principe se caractérise par l'étendue du champ des possibles qu'il ouvre. L'accès à la culture et à l'information y occupe une place d'une importance toute particulière ».

La ministre qui aura oublié de circuler en ville ou dans le métro parisien en fauteuil ou  avec une canne blanche semble-t-il. Oui effectivement nous avons le droit, mais est-il véritablement respecté cela je n'en suis pas certains !!!

Une question reste a se posé tout de même. Faut-il considérer ces améliorations ici ou la comme un respect véritable du droit a l'accessibilité ? Et ces mesures mises en œuvre aussi bonne quel puisse être sont-elle vraiment la solution qui permettra a une personne en situation de handicap de se rendre ou elle le souhaite ?

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir