Contenu principal

Message d'alerte

Brigitte THORIN  Deleguee ministerielle a l AccessibiliteAprès le départ le 29 juin dernier précipité de Marie PROST-COLETTA, son successeur Mme Brigitte THORIN, est intervenu pour la première fois depuis sa nomination le 1er juillet. La nouvelle déléguée, ingénieure en chef des travaux publics de l'État occupait jusqu'alors le poste de sous-directrice adjointe de la modernisation et de la gestion statutaires au ministère de l'Environnement. Dans son intervention, celle-ci a dans un texte du 30 août amplie de prudence, elle affirme vouloir notamment chercher l’apaisement et s’inscrire dans continuité des travaux de ces prédécesseurs ».

Un discours prudent pour cause d’un départ précipité...
Brigitte THORIN, qui a souligné s’inscrire « dans la continuité des travaux de mes prédécesseurs (e)s dont je tiens à saluer l'action, et plus particulièrement Marie PROST-COLETTA qui a conduit le chantier de concertation de l'hiver 2013-2014 et porté le déploiement du dispositif Ad'AP » précisant vouloir mettre en œuvre « pour que l’accessibilité demeure au cœur des politiques publiques avec vous, pour chacun d’entre nous ».

Un objectif ambitieux a atteindre indique telle face à un cadre, « parfois ressenti comme contraignant, mais porteur de ces évolutions au bénéfice de tous, a été élaboré. Puis, il a fallu donner du temps au temps et inventer de nouveaux dispositifs pragmatiques et ambitieux pour maintenir la dynamique quand cela s'est avéré nécessaire ».
Un discours pondéré qui trouve aussi son origine dans le départ précipité de sa prédécesseure Marie PROST-COLETTA qui avait alors déclaré comme satisfaite de son bilan « Après six années et demie consacrées à promouvoir la politique d’accessibilité, je ne peux que remercier tous ceux qui ont participé à ce vaste chantier et les remercier pour leur implication et leur volonté à faire évoluer notre société. (...) Je ne doute pas que notre travail portera dans les années à venir ses fruits.

L’ancienne déléguée qui aura pourtant connu des relations pour le moins difficiles avec les associations, car si certains désaccords pouvaient se comprendre, les tentatives et parfois même l’assouplissement de certaines normes notamment dans le domaine du logement et de l'accessibilité des ERP. Celle-ci se trouvait depuis plusieurs mois une position plus que délicate. Un choix de prudence et d’apaisement qui est à l’origine de cette première intervention reste que les choix et décisions de ce gouvernement ne vont pas faciliter sa tâche.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir